Jean-Luc Moudenc et l'insécurité grandissante de Toulouse

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)


LA SÉCURITÉ

DOIT DEVENIR UNE PRIORITÉ DE LA MAIRIE  !

 

L’Office de la tranquillité est l’unique réponse de la municipalité face à une délinquance de plus en plus agressive (voitures brûlées, bagarres, drogue, trafics en tout genre, dégradations contre les commerces..) et rares sont les quartiers épargnés à Toulouse : rue Bayard, place Arnaud-Bernard, commerces d’Ancely, place du Morvan à Bagatelle, Empalot, place Belfort… Face à cette montée en puissance de la violence gratuite, il a fallu attendre 18 mois pour que cette instance s’installe et si on n’a rien vu venir avant, c’est pour une raison simple : la sécurité n’est pas une priorité de la Mairie  !

 

Certes, le rôle de l’Etat, notamment à travers la police nationale et la justice, est essentiel pour faire face à cette situation et réagir. Mais il serait incompréhensible que la Mairie , collectivité de proximité par excellence, soit aux abonnés absents sur ce sujet. C’est pourtant le sentiment que donnent le député-maire et sa majorité depuis 18 mois, confinés dans une idéologie anti-sécuritaire et fuyante, rappelant systématiquement que cette mission relève de l’Etat. Or les textes de loi sont formels : « le maire concourt par son pouvoir de police à l’exercice des missions de sécurité publique » ; « la police municipale a pour objet d’assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques ».

 

Ainsi, pour éviter que cet office de la Tranquillité ne devienne un simple standard téléphonique, déconnecté de la réalité, avec de simples « chutteurs » chargés de dire « chutt !» sur le terrain, je propose des mesures concrètes à prendre sans tarder :

 

-  le doublement des effectifs de la police municipale afin d’éviter que les équipes de policiers dans les quartiers soient en situation de sous-effectif comme c’est le cas actuellement avec seulement 4 policiers mobilisés pour 6 secteurs de 75.000 habitants chacun. Grâce à cette mesure, l’office de la Tranquillité pourrait devenir un vrai outil opérationnel, associant police nationale et police municipale dans une coopération de terrain, avec des équipes d’intervention rapide, réparties aux quatre coins de la ville.

-  l’armement des équipes de policiers municipaux 24h/24h, à condition qu’ils s’entraînent bien plus que l’exige la loi, qu’ils soient régulièrement évalués, et que seuls les volontaires soient armés.

- la mise en place d’un Plan Municipal de Prévention de la Délinquance à Toulouse, qui permettrait au Maire d’intervenir sur toutes les situations dans la ville qui favorisent le passage à l’acte du délinquant.

-  le développement de la vidéo-protection dans les quartiers les plus exposés à la violence, en concertation avec les riverains et les commerçants des quartiers concernés.

 

Jean-Luc MOUDENC

Maire de Toulouse de 2004 à 2008

 

Pour en savoir  encore plus sur le laisser-aller municipal à Toulouse

www.moudenc.fr

Publié dans Municipales 2014

Commenter cet article