Convention de l’A.P.Ré sur les Retraites

Publié le par A.P.ré. (Jean Claude Bayau Daban)

Photo-groupe-2.jpg G.Tranchant-JLC-P.Crevel-A.Robinet.jpg

 

C’est devant près de 200 personnes, que Jean-Louis Chavoillon, Président de l’A.P.Ré, a ouvert le mercredi 27 mars la convention sur la Retraite en présence du député Jean-Luc Moudenc, de la Secrétaire Départementale de l’UMP Laurence Arribagé, du Président du 

 

Conseil d’administration du RSI et 1er Vice-président de la chambre des métiers, André Maury, et de l’ancien directeur de la CRAM, monsieur Lages.

 

Etait réuni un plateau d’intervenants relevé : le Député de la Marne, Arnaud Robinet spécialiste des questions de retraite, la Directrice adjointe du RSI Midi-Pyrénées, Gabrielle Tranchant, le Secrétaire Général du Cercle des Epargnants, Philippe CREVEL, expert en macro économie et en problématique des retraites.

 

Jean-Louis Chavoillon a lancé le débat en plantant le décor : 2013 sera sans conteste une année placée sous le signe des retraites. Puisqu’il faudra trouver 19 milliards en 2014, 21 milliards en 2017. Evoquant les diverses pistes pour revenir à l’équilibre, il s’est tourné vers le Député Robinet pour lui poser la question essentielle : notre système de retraite a-t-il vécu ?

 

Arnaud Robinet a expliqué que l’on ne pouvait rester comme cela compte tenu de l’évolution démographique, critiquant la gauche pour son conservatisme et pour son manque de courage dans les réformes à mettre en place. Il a plaidé pour une réforme systémique en introduisant une part de capitalisation et s’est montré favorable à la convergence de l’ensemble des systèmes de retraite y compris pour celui spécifique aux élus.

 

Gabrielle Tranchant,  s’est ensuite exprimée après que Jean-Louis Chavoillon ait évoqué la paupérisation des retraites des artisans-commerçants en insistant notamment sur la problématique des reversions.

 

Philippe Crevel, a pris la parole ensuite pour répondre à Jean-Louis Chavoillon sur le manque de capitaux de nos entreprises. Il a expliqué les différences entre système de retraite par répartition et capitalisation. Philippe Crevel a estimé que le système des retraites français n’est plus soutenable en raison de l’augmentation de l’espérance de vie, a évoqué la dégradation des pensions et a  plaidé en faveur dune réforme qui pourrait s’inspirer d’un système unique de retraites par points à l’image de ce qui existe en Suède ou en Allemagne.

 

Un dialogue enrichissant s’est ensuite poursuivi avec la salle suscitant de nombreuses questions soulignant ainsi l’inquiétude partagée entre les actifs et les retraités.

 

Après avoir remercié les intervenants,  l’auditoire et les personnalités, Jean-Louis Chavoillon a salué l’aide apportée par les Jeunes Populaires et par l’UNI pour la réussite de cet évènement.

 

Publié dans Toulouse

Commenter cet article