Jean-Luc Moudenc : 5 PROPOSITIONS POUR LA SECURITE DES TOULOUSAINS

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

toulouse-avenir.jpg

 

 Alors que les faits d’insécurité se multiplient à Toulouse, que la violence gratuite et les attaques physiques contre les personnes se développent, frappant de plein fouet une jeunesse innocente et qui aime sortir le soir, j’ai souhaité que nous soyons force de proposition, pour ne pas cantonner le débat sur la sécurité à une polémique, aussi stérile qu’exaspérante pour les victimes.

Des solutions, des actes concrets, voilà ce qu’il faut, et vite !


Voici les 5 propositions, dont le début de mise en œuvre peut être immédiat, à condition de le vouloir, que j’ai exposées au Conseil municipal, le 30 avril dernier :


- 1) la signature de la convention entre la police nationale et la police municipale

La sécurité d’une ville, c’est l’affaire de l’Etat et de la Mairie, qui tantôt agissent dans des domaines différents, tantôt ensemble ; il faut préciser les objectifs, les moyens, les modalités de cette coopération indispensable, et je trouve anormal que cette convention ne soit pas encore au point alors que nous sommes au tiers du mandat municipal ; que de temps perdu alors qu’il y a urgence !


- 2) l’augmentation des effectifs de la police municipale

Depuis deux ans, ils ont régressé ; depuis quelques mois, ils stagnent, ce qui est contradictoire avec l’augmentation démographique, le développement des faits de délinquance et d’incivilité, et l’affichage, largement fictif, d’une présence dans les quartiers. Rien ne remplace la présence humaine et l’intervention des fonctionnaires professionnels de sécurité, et je déplore que mon successeur ait annulé le recrutement, pourtant prêt, de 70 policiers municipaux, juste après son élection en 2008


-3) le maintien des patrouilles de nuit de la police municipale

Au moment où les agressions sauvages se multiplient la nuit, le Député-Maire-Présidents annonce sa décision de faire cesser ces patrouilles à minuit, au lieu de 3 heures et demie ou 5 heures du matin aujourd’hui !

Sans le vouloir, il adresse un signe d’encouragement fort aux délinquants, et je lui ai donc demandé de renoncer à son projet. Que la Mairie demande l’Etat de développer la présence nocturne des policiers nationaux, mille fois d’accord, mais il serait irréaliste de l’espérer en contrepartie d’un désengagement municipal ! Et à quoi sert de faire fonctionner 24 heures sur 24 le fameux « Office municipal de la Tranquillité », si c’est avec 0 policier municipal sur le terrain ?


- 4) le renforcement de l’éclairage public

La décision de supprimer pendant plusieurs mois, l’hiver, l’éclairage public, pour des raisons seulement symboliques, alors que cela ne rapporte que des économies de bout de chandelles, doit être revue, car elle a pour conséquence de créer des zones d’ombre qui favorisent les guet-apens, surtout en centre-ville.

Au contraire, il faut développer l’éclairage public, bien sûr en utilisant les nouvelles technologies économes de l’énergie, dans les endroits aujourd’hui trop sombres, qu’il faut recenser.


- 5) la généralisation de la vidéo protection

Comme je me suis largement exprimé sur ce sujet, et que des débats nous sont promis sur cette question, il est inutile que je développe ce point ici.

A mes propositions, il m’a été répondu :

- que la convention entre les deux polices serait signée prochainement ; il a fallu attendre le Conseil Municipal du 28 mai dernier, pour débattre, pour la première fois depuis le début du mandat, des orientations en matière de sécurité

- que l’arrêt des patrouilles de nuit serait maintenu en préservant le montant de rémunération des policiers,

- que le débat sur la vidéo protection traiterait de cette question.

Sur les effectifs et l’éclairage public, je n’ai reçu aucune réponse.

Fait marquant de cet échange sur les questions de sécurité, qui a duré près d’une heure : le silence total de l’adjoint à la sécurité, pourtant ancien directeur départemental de la sécurité publique et ancien conseiller d’un ministre de l’Intérieur. Etrange…


Jean-Luc MOUDENC

Maire de Toulouse de 2004 à 2008

Président du groupe d'opposition au conseil municipal de Toulouse

Publié dans Toulouse

Commenter cet article