Christian Vanneste : reaction a la condamnation de Brice Hortefeux

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

c-vanneste.jpg

La condamnation de Brice HORTEFEUX appelle de ma part trois remarques :


D’abord elle souligne à quel point la liberté d’expression est menacée dans notre pays. En effet, les propos incriminés présentent une certaine analogie avec ceux d’Éric ZEMMOUR. Ils peuvent être ressentis comme désagréables mais ne constituent pas une injure qui devrait être invoquée uniquement lorsque celle-ci vise une ou des personnes précises et non lorsqu’il s’agit d’une formule de portée générale. Un homme politique peut parfaitement avoir un point de vue sur le nombre des immigrés qu’un pays peut accueillir et sur les risques que fait courir une immigration trop importante : ce sont les électeurs qui doivent ensuite juger ces propos, non les magistrats, car la condamnation des magistrats implique un renversement de la hiérarchie de la légitimité en démocratie entre le pouvoir élu par le peuple et l’autorité judiciaire.


En second lieu, Brice HORTEFEUX fait appel et il a raison car il serait paradoxal qu’une phrase prise dans une conversation privée soit davantage pénalisée que l’injure manifeste de Georges FRÊCHE à l’encontre des Harkis qu’il a traités de sous-hommes alors qu’ils étaient devant lui au cours d’une manifestation officielle. Condamné par le tribunal correctionnel de Montpellier, il a par la suite été relaxé par la Cour d’appel. Autrement dit, employer des termes nazis à l’encontre de ceux qui se sont battus pour la France en Algérie n’est pas une injure punissable ! Curieuse justice que la notre !


Enfin, la mésaventure que j’espère passagère de notre Ministre devrait servir de leçon aux inquisiteurs et aux censeurs qui sévissent à l’intérieur de l’UMP. Le débat politique peut et doit se passer des injures. Il a aussi le besoin le plus urgent de s’ouvrir à la liberté de ton, à la force des convictions, et à l’humour des boutades qui sont à la Démocratie ce que l’oxygène est à nos poumons.

Publié dans Actualités nationales

Commenter cet article

Tony 06/06/2010 14:43



Bien sur qu'il le peut. Y en a marre maintenant d'etre censuré et toujours etre obligé de fermer sa gueule. Y en a marre, vc'est comme une cocotte minute qui monte en tension et un jour ça
explosera parcequ'on l'aura pas ouvert assez tot. C'est ça la réalité. Il dit simplement ce que beaucoup pense et ecoutez...



OrangeOrange 06/06/2010 14:17



Les racistes, même quand il n'y en a qu'un, il y a problème !

Sarkozy peut-il le conserver dans son gouvernement ? C'est la question-débat vue sur Pnyx.com   
La vraie question n'est pas "Devrait-il démissionner ?" mais, "Le Président de la République, garant des Institutions, peut-il compromettre l'honneur de celles-ci en conservant en leur sein un
Ministre condamné en correctionnelle pour injure raciale ?"