La Lettre de l’A.P.Ré

Publié le par A.P.ré.

« Le travail est au cœur des valeurs qui nous rassemble »

  La Lettre de l’A.P.Ré  

 Par Jean-Louis CHAVOILLON  

  

 

Objet: Osons la Réforme face à l’immobilisme  

 

A l’heure où les manifestations se multiplient pour sauver notre Modèle Social, il est nécessaire aujourd’hui de faire une radiographie du malade France qui compte :  

 

  • 1 million de Rmiste

    10% de chômeurs  

  • 25% de jeunes sans emploi 

    Le diagnostic est sans appel ; le modèle social français est en faillite :   

     

·        Faillite de notre protection sociale avec un déficit de 13,5 milliards d’euros en 2005 auquel il convient de rajouter les 14 milliards de déficit de l’UNEDIC.  

 

·        Faillite de nos services publics ; prenons l’exemple de notre système éducatif qui absorbe 7% du PIB et qui laisse 15% d’illettrés sur le chemin.  

 

·        Faillite économique avec un effondrement de notre compétitivité française et le creusement de notre déficit commercial  

 

·        Faillite sociale qui se concrétise par un chômage excessif chez les jeunes, un ascenseur social en panne et une intégration des immigrés qui correspond plus à une ghettoïsation qu’à une adhésion aux valeurs de la République  

 

·        Faillite civique faisant ressurgir les communautarismes face à la faiblesse de l’Etat Nation 

 

·        Faillite de la représentation sociale qui se matérialise par le fait que 8% des actifs et seulement 6% des salariés du privé sont syndiqués et se posent comme les partenaires sociaux du politique    

 

Face  cet état de déliquescence généralisé, la réinvention d’un modèle social français adapté à la mondialisation passe par une révolution des esprits.  

 

Pourtant la France a des atouts indéniables avec une démographie qui résiste, des pôles de compétitivité, des infrastructures au niveau mondial, de la matière grise… Mais ces outils vecteurs de développement sont paralysés par notre modèle social. 

 

La Réforme du modèle social semble donc être la clé dans l’origine de la crise que connaît notre pays et dans sa solution pour en sortir.  

 

Pour engager cette réforme, quatre principes de base doivent être affirmés par notre mouvement :  

 

·        Toute forme de travail est préférable au chômage pour renforcer le dynamisme économique et  le renforcement du lien social ; le débat sur le CPE en est l’illustration.

 

·         L’esprit d’entreprise et le libre échange sont les deux vecteurs du progrès économique et social 

 

·        Le courage politique passe par l’assainissement des dépenses de l’Etat  

 

·        La production de richesses est le préambule à la redistribution de ces mêmes richesses.  

 

Pour mettre en application ces principes fondateurs, il convient à l’UMP d’affirmer qu’au niveau européen, une partie du budget européen doit soutenir la compétitivité (recherche, enseignement supérieur, innovation) et en réaffirmant l’idée de la préférence communautaire ; de même au niveau national, les pouvoirs publics doivent donner des signes forts en libérant le travail des 35 heures, en encourageant la production par un allègement de la fiscalité, en s’attaquant au sujet tabou de l’ISF et en pratiquant une politique favorable au retour des talents et des cerveaux.  

 

La France a besoin de courage politique et Nicolas SARKOZY a souhaité que l’engagement politique d’aujourd’hui soit synonyme de Dynamisme et de Vérité.  

 

L’UMP se doit être porteuse d’un message politique fort, répondant à l’attente d’exigence de notre électorat et au désir de rupture avec le passé.  

 

Aujourd’hui, à la veille d’élections importantes pour notre pays, il convient de débattre démocratiquement et contribuer ainsi, à renouer avec le militantisme désintéressé, dépassant les jeux d’appareil pour livrer le seul combat qui vaille : celui des Idées 

 

C’est pourquoi, nous appelons l’ensemble des sympathisants et adhérents croient dans le souffle de la réforme, à venir nous rejoindre pour alimenter ce débat nécessaire à notre démocratie interne.

 

 

Pour conclure, CLEMENCEAU déclarait qu’en politique « il faut d’abord savoir ce que l’on veut ; il faut ensuite avoir le courage de le dire ; il faut ensuite l’énergie de le faire ! »  

 

Alors Osons la démocratie et Osons la réforme pour que notre Engagement Politique soit au rendez-vous de 2007.  

 

                              Jean-Louis CHAVOILLON   

                                         Président de l’A.P.Ré

Publié dans Dossiers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article