PS - Martine Aubry, c'est sa fête

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)



Ils n'y vont pas de main morte. Julien Dray et Bernard Henry-Levy tirent à boulet rouge ce week-end sur la patronne du PS Martine Aubry. C'est BHL qui dégaine le premier, via Le Journal du Dimanche. Le philosophe la qualifie de "gardien" d'une "maison morte", jugeant qu'il fallait "dissoudre" le PS et "en finir le plus vite possible" avec "ce grand corps malade". (Lire notre article)
 
Et puis, c'est Julien Dray, qui se défoule sur son blog. Et de fustiger les deux dernières initiatives du premier secrétaire du PS, une proposition de rassemblement à la gauche et une mise en demeure lancée à Manuel Valls (Lire notre article). "Par la publication de deux lettres, Martine Aubry a résumé et confirmé les grandes caractéristiques de son début de mandat de première secrétaire du Parti socialiste: l'impuissance, l'amateurisme et surtout une étonnante incapacité à entendre ce qui se passe et dans son parti, et dans la société", écrit-il.
 
Un soutien inattendu
 
Des piques, des critiques ou l'énième épisode des querelles internes au sein de la principale formation de l'opposition, déjà très affaiblie par son congrès de l'an dernier, où Martine Aubry n'a devancé que d'extrême justesse Ségolène Royal, et son échec aux élections européennes (16,48%). "Martine Aubry se concentre désormais sur la dénonciation publique de camarades, alors que les sujets d'actualité sur lesquels elle pourrait prendre la parole et positionner le PS ne manquent pas", écrit Julien Dray, élu de l'Essonne comme Manuel Valls.
 
En guise de preux chevaliers volant à la rescousse du PS et de sa patronne, Laurent Fabius et...Claude Guéant. L'ex Premier ministre approuve dans un entretien au Parisien le rappel à l'ordre de Manuel Valls et appelle au travail en commun. "Il faut aller de l'avant et ne pas donner l'impression que les socialistes passent leur temps à se déchirer", dit-il. Mais l'appui le plus remarqué est encore celui du premier secrétaire général de l'Elysée, qui refuse de faire le même constat que "BHL". "Il dit que le PS est mort, moi ce n'est pas ce que j'observe. Je constate que le PS est à la tête de beaucoup d'assemblées locales", déclaré l'homme de confiance de Nicolas Sarkozy. Et de terminer par un "J'espère très franchement que le PS redeviendra une force organisée avec laquelle nous pourrons débattre devant les Français", a-t-il déclaré sur Europe 1.

source: LCI

Publié dans Actualités nationales

Commenter cet article

gauchedecombat 19/07/2009 20:34

.. pour une fois, la Martine, je la soutiens. Un petit rappel à l'ordre ne fait aps de mal lorsqu'il s'agits de ces tenants de la "gauche frelatée" pour reprendre l'expression de D. Bensaïd. http://gauchedecombat.wordpress.com/2009/07/19/de-la-gauche-frelatee-en-general-et-de-bhl-en-particulier/