Gérard Bapt approuve plusieurs pans du plan de l'assurance-maladie

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

PARIS (AFP) - Le député socialiste de Haute-Garonne Gérard Bapt a affirmé mercredi approuver plusieurs volets du plan de redressement des comptes de l'assurance-maladie présenté par le gouvernement, se démarquant de la position officielle du PS, qui a dénoncé un "énième plan de rafistolage"

Dans un communiqué, M. Bapt, rapporteur spécial du budget de la Santé, "approuve la mise en place d'une contribution sociale patronale sur les revenus de participation et d'intéressement".

"Il ressort du principe de solidarité que ces revenus qui progressent 2 à 3 fois plus vite que les salaires soient progressivement astreints aux mêmes prélèvements sociaux", écrit-il.

M. Bapt "approuve également la taxation des réserves des organismes d'assurance complémentaire, qui doit servir à réduire le nombre d'assurés renonçant aux soins devant un reste à charge trop important au regard de leur revenu".

extrait de Yahoo ! actualités.


Publié dans Toulouse 2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

patrick CRASNIER 05/08/2008 16:29

Monsieur Bapt est pour la taxation de l'intéressement et de la participation au prétexte de la solidarité. Sait-il que l'affirmation disant que les salariés n'auront pas de prélèvement supplémentaires est un mensonge. En effet cette taxation de la participation sera payée par les salariés évidemment. Les sommes réparties au tire de l'intéressement etd e la participation sont une redistribution des résultats. Si une entreprise donne 1000 elle donnera toujours 1000 avec les prélèvements. Les salariés ne toucheront donc plus que 1000 bmoins les prélèvements, ce qui est logique car les entreprises ne peuvent donner plus.
Prendre cette solidarité comme prétexte alors qu'elle ne repose que sur les entreprises et les salariés est une réelle malhonnêteté. Les personnes couvertes par la CMU devraient être prises en charge par l'impôt et non pas par l'assurance maladie reposant sur le travail.
Mais ce discours évident ne passe pas ni à droite ni à gauche pourquoi?