Toulouse : transports toulousains l'effort budgetaire ne va pas aux investissements d'avenir

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

toulouse-avenir.jpg

 

citelis18tisseo0752.jpg 


J’ai salué, en son temps, la décision nouvelle de consentir un effort financier supérieur, dans le budget municipal toulousain, au chapitre des transports en commun. J’avais émis une seule réserve : que cet effort accru des Toulousains n’ait pas été négocié avec nos partenaires des autres communes et intercommunalités du périmètre de Tisséo, de façon à ce qu’eux aussi fassent un effort de plus ; dans mon esprit, la contribution financière doit être identique pour tout habitant de la grande agglomération, au lieu de faire supporter toujours plus aux Toulousains qu’aux autres.


La première année, cet effort supplémentaire s’est élevé à 20 millions d’euros.


Cette année, alors que les transports sont, du moins dans le discours officiel, décrétés prioritaires, cette dotation a été réduite de 25% et est tombée à 15 millions.


En même temps, le Député-Maire-Multiprésidents alimente une argumentation polémique et catastrophiste sur les finances de Tisséo, en faisant semblant de s’effrayer des emprunts que ses amis et nous-mêmes avons votés pour réaliser la ligne B du métro, en disant qu’il y a de gros besoins d’argent, qu’il est contraint de renoncer à des projets, etc… S’il y a des besoins financiers, pourquoi baisser de 25% la contribution supplémentaire de Toulouse ? Mais, il est une autre question tout aussi cruciale : à quoi servent les 15 millions d’euros d’effort en question ?


D’après les informations que j’ai pu recueillir, deux nouveautés ont généré des dépenses issues de décisions prises par la Majorité politique qui est aux commandes, tout à la fois, de la Mairie de Toulouse, de la Communauté urbaine du Grand Toulouse et de Tisséo.


Il s’agit d’abord du tarif à 10 euros pour les moins de 26 ans (tarif spécial destiné à pallier le non-respect de la promesse de gratuité des transports en commun faite lors des élections municipales), qui se traduit par un coût supplémentaire de 6 millions d’euros en année pleine.


Il s’agit ensuite des augmentations salariales et divers avantages pour les personnels de Tisséo réseau urbain, à la suite des grèves de l’hiver dernier et de négociations ultérieures, qui représentent un total de 5 millions supplémentaires de dépenses annuelles.


Bien sûr, je me mets à la place des jeunes et des personnels en question : ces mesures ont été bienvenues et positives pour eux.


Mais je calcule, et vous avec moi : elles coûtent chaque année 11 millions d’euros à la collectivité, et absorbent donc plus de 73% du budget supplémentaire que les Toulousains consacrent aux transports. Autant de moyens financiers qui ne seront consacrés ni à la création ou l’amélioration des lignes de bus, ni à des prolongements de lignes du métro, ni à de nouvelles lignes de tramway. Ainsi, dans le budget de Tisséo, les dépenses de fonctionnement et d’exploitation gonflent depuis 2 ans, tandis que l’enveloppe des investissements et réalisations nouvelles régresse. Est-ce cela que veulent les Toulousains ? Est-ce cela le grand progrès promis lors de la campagne électorale ?


Jean-Luc MOUDENC
Maire de Toulouse de 2004 à 2008

Président du Groupe Toulouse pour Tous

Publié dans Toulouse 2008

Commenter cet article