Situation de l'armée française : Interview exclusif du Général Darcos.

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)


Général Darcos, bonjour. L' A.P.Re. a quelques questions à
vous poser. Pourriez-vous vous présenter brièvement pour les personnes qui ne vous connaissent pas encore ?

Je suis entré à St-Cyr Coetquidan en 1960. A la sortie, j’ai choisi l’Arme du Train et de la Logistique. J’ai servi dans des unités de transport, de circulation et d’instruction. Après l’Ecole de Guerre, ma carrière a alterné des affectations en Administration Centrale (EMAT et Inspection du Train) en Etat-major opérationnel (2ème Brigade blindée, 3ème Corps d’armée) et territorial à la 7ème DN/CMD de Bourgogne Franche Comté à Besançon où j’ai terminé ma carrière en 1996 comme Général de division. J’appartiens à ce que l’on appelle la 2ème section des Officiers Généraux. Cette situation signifie uniquement que je peux, à tout moment, être rappelé en service actif sur ordre du ministre. Contrairement à ce que l’on dit ou écrit, je perçois une retraite rigoureusement identique à celle d’un fonctionnaire de même catégorie indiciaire et de même ancienneté sans aucun autre avantage (logement, voiture, ordonnance) que la carte de réduction de 75 % pour la SNCF uniquement.


Un Livre Blanc. Pourquoi ?


Le livre Blanc est un document d’étude et de propositions qui vise à définir pour les 15 à 20 ans à venir, les évolutions géostratégiques mondiales prévisibles et les risques et menaces argumentées qui en résultent. Il expose, en conséquence, les objectifs de la politique de défense, la stratégie, les moyens et les ressources nécessaires que la Nation doit consentir à sa défense. Ce n’est qu’une fois ce document établi et approuvé par le pouvoir politique que les capacités financières sont examinées et que le pouvoir politique fait ses choix sur les possibilités budgétaires de la Nation. Elles se traduisent par une loi de programmation militaire. Le L.B.2008 est le 3ème du genre (1972 puis 1994) après la définition, par le Gl De Gaulle en 1959, des principes de la défense globale de la France et sa décision de doter notre pays d’une force de dissuasion nucléaire En 2008, pour la première fois en raison de l’évolution du contexte géostratégique et des menaces multiformes, diversifiées, brutales et soudaines, qui peuvent toucher en même temps aussi bien l’extérieur que l’intérieur du sol national, le L. B. a inclus la composante Sécurité Intérieure. Le L.B.2008 se veut donc un document d’ensemble de la Défense et Sécurité Nationale.


Aujourd’hui, les trois armées françaises (terre, mer, air) représentent 271000 militaires. A la mi-juin, l’annonce de 54000 suppressions de postes d’ici six à sept ans, a fait grand bruit, le gouvernement, justifiant cette réforme comme la conséquence d’une redéfinition des priorités stratégiques de la France.

Les forces armées françaises représentent, tout compris, 321000 personnels dont 271000 militaires. La suppression de 54000 postes (46500 militaires et 7500 civils) d’ici à 2013/15 touchera 17 % des effectifs. Même si elle est regrettable et certainement dommageable pour certaines capacités d’action, cette réduction n’est que la conséquence inéluctable d’une diminution progressive de l’effort de défense de la France depuis 2 décennies. Je rappelle la lettre de mission de M. Richard, Ministre de la défense du gouvernement Jospin dont l’esprit (sinon la lettre) était d’économiser une année budgétaire des crédits d’équipements sur un quinquennat. Pour la défense, le seul poste pouvant varier sans trop de difficulté est celui-ci avec le ralentissement des crédits d’investissements (matériels nouveaux) et de ce que l’on appelle l’entretien programmé des matériels. C’est ainsi que depuis 2003/2004, nos matériels arrivent à bout de potentiel tout en étant sur employés en raison de nos interventions extérieures. Même si le L.B. a été rédigé en tenant compte d’emblée et en priorité d’une situation financière calamiteuse (le P.M. a parlé de « faillite »), la redéfinition des priorités stratégiques de la France d’ici à 2015 et 2025 est le résultat d’une analyse assez logique dans ce contexte. Le terme « imposture » s’applique aux conséquences incompréhensibles et injustifiés de cette redéfinition. Comment croire qu’elle doit se traduire par une diminution homothétique des trois armées et des personnels civils pour aboutir au même refrain annoncé chaque année depuis 30 ans : « On fait mieux avec moins ».


Hervé Morin a annoncé que cette réforme était nécessaire pour faire face aux nouvelles menaces et pour moderniser notre défense nationale. Qu’entend-il par nouvelles menaces ?

La réforme était nécessaire tout simplement parce que le modèle d’armée 2015, arrêté en 1996, ne pouvait être réalisé pour les raisons données précédemment. Il fallait le revoir et c’était l’occasion avec un Livre Blanc de prendre en compte cette redéfinition à la mesure de l’évolution très grande des risques et des menaces dans un monde en profonde mutation. Et parmi ces menaces, je n’en citerai que trois car elles peuvent entraîner un conflit majeur et généralisé : L’intégrisme religieux et son fanatisme L’insuffisance des ressources alimentaires et énergétiques face à des besoins qui explosent Le désordre écologique et climatique qui s’accélère.


Les autres pays européens n’ont pas l’air de suivre ce type de réforme, qu’en pensez-vous ?


Je pense que chaque pays européen a une approche spécifique de sa défense et de ses moyens pour y parvenir. Mais chacun a aussi son histoire qui lui dit que l’ennemi potentiel n’est pas forcément à l’est ! ! ! Une chose est certaine et très grave pour l’Europe. Alors que les budgets militaires ont augmenté de façon significative partout dans le monde (Chine, Russie, Inde, Afrique, Moyen-Orient de 10 à 20 % pour chacun), l’Europe a diminué son effort de défense. Pourquoi ?


Il y a un réel malaise dans les rangs puisqu’un groupe d’officiers a qualifié la réforme « d’imposture » dans un texte signé Surcouf publié dans le Figaro. Avez-vous pu constater ce ressenti auprès des hommes ?


Le malaise dans les formations existe depuis quelques temps. Les personnels sont sur employés, les matériels sont usés jusqu’à la trame. Les familles sont très souvent seules et esseulées malgré l’entraide qui existe dans chaque garnison. Une jeune femme de militaire a récemment voulu alerter le ministre (et les médias). L’isolement (les Noëls et les accouchements, seule), les colis hors de prix, les communications téléphoniques difficiles et aléatoires, le coût des déplacements en train (pas de réduction si le mari ne voyage pas avec l’épouse et les enfants) Le L B évoque des mesures pour améliorer la situation. Elles ne seront réalisées que si les lois de programmation sont respectées, ce qui n’a jamais été le cas depuis 1981. La défense reste toujours la variable d’ajustement du budget central. Par ailleurs les opérations extérieures, par principe impossible à budgétiser l’année précédente puisqu’elles sont soudaines, sont toujours imputées en tout ou partie au budget en cours. Ainsi pour 2008, on sait qu’elles coûteront 500 M d’€ de plus que prévu. Le collectif budgétaire de fin d’année en tiendra-t-il compte ? Compte tenu de l’état des finances de la Nation, les militaires ne sont guère optimistes, tant sur la réalisation de la loi de programmation que sur le retour à la Défense, des économies générées par la réforme des armées. Ainsi, le financement des réserves, concept d’appoint indispensable dont le financement vient d’être suspendu pour le second semestre 2008. Comment nos réservistes vont-ils vouloir renouveler un contrat qui souvent leur coûte de l’argent quand ils vont se rendre compte de la façon dont on les traite ? Malgré tout cela, les personnels ont toujours répondu, sans délai et avec professionnalisme, à toute intervention ordonnée par le pouvoir politique. C’est normal et il n’y a jamais de contestation « dans les rangs ».


Le malaise des militaires s’est notamment exprimé à travers la démission du CEMAT, le Général Bruno Cuche, après un accident lors d’une démonstration de l’armée qui a fait 17 blessés à Carcassonne le 29 juin. Le connaissez-vous ? A-t-il pris la bonne décision ?


Je connais le Gl Cuche au travers de la réputation qu’il a acquise tout au long de sa carrière. Homme droit, intègre, ayant le sens du devoir et de ses responsabilités, l’accident de Carcassonne par lui-même, le terme d’amateur » dans la bouche du Chef des Armées l’ont conduit à ce geste, que nous regrettons mais qui l’honore et qui, je l’espère, montrera le vrai chemin à suivre à tous les autres grands responsables de la fonction publique, sans oublier les ministres. Ceci restera probablement un vœu pieux ! !


D’autres militaires ont protesté contre le fait que le président syrien, Bachar al Assad, invité du défilé sur les Champs-Élysées le 14 juillet, a vu passer de la tribune, la promotion de Saint-Cyr baptisée « Antoine de la Batie » (le nom d’un officier tué au Liban en 1983 dans un attentat imputé à la Syrie qui fit 58 victimes parmi les soldats français) Qu’avez-vous pensé de cette situation ?


La seule intervention que j’ai entendue est celle d’un ancien casque bleu grièvement blessé ce jour là. Il l’a fait avec raison, sérénité et beaucoup d’amertume en pensant à ses 58 camarades morts pour on ne sait pas bien pour quelle cause ! Ceci étant, le militaire en activité n’a pas à prendre position sur la politique extérieure décidée par le pouvoir politique investi. Les élèves de la promotion de l’EMIA « Lt de la Batie » ont défilé derrière leur drapeau et ont rendu les honneurs au Président de la République, Chef des Armées. Ils l’ont fait, eux aussi, avec panache, montrant ainsi la sérénité de leur état d’esprit.


A terme ne va-t-il pas y avoir qu’une armée européenne et non une armée nationale ?


Il faut bien différencier la notion « d’armée européenne » et celle de « système de défense européenne » La première est illusoire dans un avenir de 30 à 50 ans. La seconde, en revanche, le gouvernement français et le L B 2008 le disent clairement est un objectif majeur de la France avec un retour au sein de l’OTAN qu’il faudra bien que nos partenaires acceptent de réorganiser pour qu’il y ait « plus d’Europe et moins d’USA »


Quel est l’avenir de l’Armée Française ?


L’avenir de l’armée française sera celui que les élus de la République voudront bien lui donner. Selon les normes OTAN et Européennes admises, en 1981, nous consacrions à la Défense 3,8 % du P I B Aujourd’hui il n’est plus que de 1,65 % (hors pensions et gendarmerie) En termes relatifs, notre effort a été divisé par deux alors que les menaces sont plus dangereuses et proches ! Ainsi, la professionnalisation coûte plus cher que la conscription. Ainsi, 1 heure de vol de l’hélicoptère Tigre coûte 8500 € alors que pour une gazelle il n’était que de 900 €. Quant au transfert des charges de soutien du temps de paix au secteur civil, l’avenir nous dira s’il conduit à des économies. C’est très peu probable et la défense devra en assumer le surcoût.


En conclusion ?

Je crois que la majorité du monde de la Défense souhaite deux choses : Le 14 juillet, le président de la République a voulu clore le malentendu de Carcassonne en affirmant sa totale confiance envers les personnels des forces armées de la Nation. Ils le méritent, qu’il s’en souvienne Qu’il s’en souvienne l’an prochain lors de l’approbation de la loi de programmation pour le court et moyen terme. Ce sera autant nécessaire et indispensable pour la capacité et la volonté des hommes à servir que pour la sauvegarde des intérêts vitaux de la Patrie.

Gl Darcos, l'équipe de l'a.p.ré. vous remercie. A bientot.
Fr
éd
éric GUYONNET

Publié dans Actualités nationales

Commenter cet article

J.D.Delaire 03/09/2008 16:43

Militant interpelle les autorités françaises !
Paris Match a retrouvé les talibans responsables de la terrible embuscade ! Notre crédibilité opérationnelle en prend un rude coup !

Pourquoi pas les forces de l'Otan, et nos militaires ?
Pourquoi il n'y a pas eu de blessés et des prisonniers ramenés de chez les talibans ?
Les journalistes sont ils plus efficaces que le renseignement militaire ?
Pourquoi ces talibans n'ont pas subit de représailles et été anéantis depuis l'ambuscade ?

Le général Puga qui vient d'être nommé à la DRM, a du soucis à se faire !

Ces talibans sont installés à une vallée de distance seulement de l’Uzbin où a eu lieu l’embuscade qui a coûté la vie aux soldats français. Le premier village afghan est à vingt minutes de marche.



Propos recueillis par Eric de Lavarène. Photo Véronique de Viguerie

-------------------------------------------------------
Celui qui commande un des groupes responsables de la terrible attaque contre les soldats français se fait appeler le commandant Farouki. Il affirme être originaire de la province de Laghman. Il a environ 30-35 ans, comme la plupart de ses hommes. Ils seraient plus de 500.
L’entretien ne va durer que quelques minutes. Personne ne s’attarde, dans ces régions.



Paris Match. Pourquoi vous en êtes-vous pris aux militaires français ?

Commandant Farouki. Ils ont franchi une limite en venant près d’ici. La vallée d’Uzbin nous appartient. C’est notre territoire. Quelques jours avant, des villageois les avaient prévenus : n’allez pas au-delà de cette zone, c’est dangereux. Ils ne les ont pas écoutés. Alors, nous les avons attaqués. C’est de la légitime défense.



Aviez-vous obtenu des informations sur cette patrouille avant l’embuscade ?

L’embuscade n’était pas préparée. Nous avons juste été prévenus un peu avant l’attaque de la présence de soldats étrangers sur notre territoire. Ensuite, nous avons agi très rapidement. Ce n’était pas compliqué. Nous disposons de caches d’armes un peu partout et nous connaissons évidemment bien le terrain. Nous étions positionnés avant qu’ils arrivent. Cent quarante combattants bien entraînés. Si la nuit n’était pas tombée, nous les aurions tous tués.



Avez-vous torturé des soldats tombés entre vos mains ?

Non. Ces hommes sont morts à cause de Bush et de votre président. Nous n’avons pas voulu tuer vos maris ou vos enfants. Nous n’en voulons pas aux Français. S’ils partent, alors tout ira bien. Tant que vous resterez chez nous, nous vous tuerons. Tous.



Qu’allez-vous faire à l’avenir, s’ils reviennent ?

Nous recommencerons. Par cette attaque, nous avons voulu montrer aux soldats français qu’il faut cesser d’aider les Américains. Et croyez-moi, c’était juste une sommation. La prochaine fois, nous les attaquerons directement là où ils se terrent, à Tagab et ailleurs. Et nous frapperons les intérêts français partout dans le monde. Nous en avons largement les moyens. Nous ne sommes pas seuls ni isolés dans ces montagnes.



Avez-vous le soutien de la population ?

Les gens ne nous soutiennent pas vraiment. Nous les laissons tranquilles et ils ne nous trahissent pas. Mais de plus en plus de jeunes nous rejoignent à cause des bombardements de l’Otan. Une maison bombardée, c’est un nouveau combattant à nos côtés. Ça s’appelle l’esprit de vengeance. C’est normal. Surtout ici.



Avez-vous le soutien de groupes étrangers ?

Nous sommes tous afghans. Nous n’avons pas besoin des autres. Nous défendons notre pays. C’est une guerre de libération. C’est tout. Mais il y a des liens entre groupes, jusqu’au-delà des frontières. Armes, argent, combattants passent d’une région à l’autre. D’un pays à l’autre. Facilement.



Seriez-vous prêts à négocier avec les autorités de Kaboul ?

Aucune négociation tant que les étrangers sont sur notre territoire. Nous nous en prenons à vos soldats, nous nous en prendrons à vos organisations humanitaires. Nous allons continuer à défendre notre pays. Jusqu’au bout. Jusqu’au dernier des nôtres. Il faudrait tous nous tuer pour en finir .



par Militant publié dans : Politique communauté

Generation Ecologie 30/08/2008 10:57

En ce sens le Président de la République à raison. Le rôle de l’armée française n’est pas de voloriser l’Aménagement du territoire pour combler des lacunes economiques dans des zones défavorisées mais de contribuer à assurer la défense aux frontières de l’Europe (et notamment ses frontière maritimes) et de remplir des missions à l’étranger pour préserver les intérêts de la France et des pays avec lesquels nous avons signé des traités d’alliance ou d’assistance.

L’armée francaise doit donc s’adapter à son rôle pour ne pas être, encore une fois, en « retard d’une guerre ».

l’Armée est certes un service public mais n’est pas un service public de proximité comme l’éducation nationale, les hopitaux, la recherche ou la police.

C’est donc vers les services de proximité que doivent se tourner les responsables de l’aménagement du territoire pour compenser les pertes économiques engendrées par la suppression des casernes dans des localités qui n’ont plus d’intérêt stratégique.

Génération Ecologie se demande cependant si le Gouvernement tiendra compte de ces nécessites stratégiques en ce qui concerne Paris et sa région laquelle détient la « palme hexagonale de la concentration militaire ». On verra alors si l’effort de reconversion de l’armée sera national ou seulement provincial.

Delaire 19/08/2008 19:44

COMMUNIQUÉ DE M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DU 19 AOUT 2008

Dans son combat contre le terrorisme, la France vient d'être durement frappée.

Hier, 10 de nos soldats appartenant au 8ème Régiment de parachutistes d’infanterie de marine, au 2ème Régiment étranger de parachutistes et du Régiment de marche du Tchad sont morts en Afghanistan. 21 autres ont été blessés, au cours d’une mission de reconnaissance conjointe avec l’armée nationale afghane. D’importants moyens, aériens notamment, ont été mis en œuvre avec le soutien des Alliés pour appuyer et dégager nos hommes pris dans une embuscade d'une extrême violence. Cette mission se déroulait dans la région de Kaboul, où nos forces sont présentes avec nos alliés depuis 2002.

Je m'incline avec respect et émotion devant le courage de ces hommes qui ont accompli leur devoir jusqu'au sacrifice suprême. Mes pensées vont d’abord à leurs familles et à leurs proches auxquels je transmets, au nom de la Nation, mes condoléances. Je dis aux blessés ma sympathie et mon soutien dans cette épreuve. Je partage également la peine de leurs camarades et au-delà de tous les militaires français. Dès ce soir je me rendrai en Afghanistan pour les assurer que la France est à leurs côtés.

Ma détermination est intacte. La France est résolue à poursuivre la lutte contre le terrorisme, pour la démocratie et la liberté. La cause est juste, c’est l’honneur de la France et de ses armées de la défendre. Au nom de tous les Français je renouvelle à nos armées la confiance de la Nation pour remplir leur mission.

Nicolas Sarkozy, Président de la République

Le ministère de la Défense met, à la disposition des familles et des proches des militaires des 8e Régiment parachutiste d’infanterie de marine, Régiment de marche du Tchad et 2e Régiment étranger de parachutistes engagés en Afghanistan, le numéro vert suivant : 0 800 74 75 75

En savoir plus sur le dispositif français pour l'Afghanistan

Pour ma part, j'ai tout dit sur ce et mon blog à ce sujet ! Manque de moyens...!

Mes condolénaces et mon grand respect aux familles et aux blessés.

Delaire 15/08/2008 10:51

http://www.lefigaro.fr/international/index.php

Comment avec une armée réduite par Sarkozy, on arrêterait une attaque venue de l'est ?
Avec les soviétiques issus du communisme, tout peut arriver un jour !

Arnaud Deaubuisson 04/08/2008 01:14

Super. Entierement d'accord avec Delaire.