MPF : Chronique sur l'islamisation

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)



Après les horaires aménagés pour les femmes musulmanes dans les piscines municipales, les cantines de nos écoles qui ne servent plus de porc, les cours d’histoire, de français et de biologie contestés car non conformes à l’Islam, le débat en Allemagne sur des jours fériés islamiques pour tous les écoliers (quelle que soit leur religion) et la volonté du Ministère de l’économie français d’autoriser la finance islamique, c’est au tour des entreprises de connaître les joies du communautarisme.

Selon un sondage IFOP, un tiers des entreprises se disent préoccupées par les revendications de leurs salariés à l'égard du port du voile, des jours fériés islamiques et de la prière.

L’anthropologue Dounia Bouzar publie aujourd'hui les résultats d'une vaste enquête dans le monde du travail « Allah a-t-il sa place dans l'entreprise ? ». De plus en plus de dirigeants de divers secteurs s’interrogent sur le comportement à adopter face à la pratique du ramadan, qui accentue la déconcentration et la fatigue, de la prière sur le lieu de travail qui est un temps de pause inégalitaire, ou sur le port du foulard dans les bureaux.

C’est pourquoi les entreprises aménagent les horaires et jours travaillés en fonction des fêtes et jeûnes islamiques. Cette gestion, dans la pratique, de la communautarisation du monde du travail risque d’entraîner le malaise légitime des non-croyants et une spirale de revendications.

 

Diabolisé, lors de la dernière campagne présidentielle parce qu’il dénonçait l’islamisation de la société française, le Mouvement Pour la France s’inquiète de cette nouvelle érosion de la laïcité, qui est pourtant le socle de la vie républicaine. Personne ne pourra dire que nous n’en avions pas parlé, ni qu’il ne savait pas. Nous demandons l’interdiction de la burka et du voile islamique dans tous les lieux publics qui font le lit de la communautarisation de la France.

Il est tout de même paradoxal que, au moment où la Cour européenne des Droits de l’Homme condamne l’Italie pour la présence de crucifix dans les salles de classe (alors que le crucifix, selon le Conseil d’Etat en Italie, est symbole de respect et de tolérance selon la loi de 1859),  elle ferme les yeux sur l’islamisation galopante de l’Europe.

Publié dans Actualités nationales

Commenter cet article