La Lettre de l’A.P.Ré par Jean-Louis Chavoillon

Publié le par A.P.ré. (Jean Claude Bayau Daban)

 

« Le travail est au cœur des valeurs qui nous rassemble »

 

La Lettre de l’A.P.Ré

               

Par Jean-Louis CHAVOILLON

 

 

 

Comme l’a démontré Nicolas SARKOZY tout au long de cette crise mondiale, les Français au delà d’une certaine peur attendent pour les derniers vœux du quinquennat du Courage et la poursuite du langage de vérité avec en 2012, une mise en œuvre immédiate des réformes structurelles dont notre pays a besoin.

 

Ceci passe par :

 

·        Une réforme de notre Etat providence

·        Une refonte de notre système fiscal.

·        La réforme de la sécurité sociale et des retraites bâtie sur une égalité des droits pour tous.

Face à une inertie politique qui s’est traduite par un renoncement d’affronter les corporatismes ambiants, notre pays a pris du retard et malgré le courage de notre Président, un seul quinquennat ne pouvait rattraper ce retard.

Aujourd’hui, en France, le libéralisme politique est admis comme une valeur républicaine mais au niveau mondial, il est devenu l’excuse toute trouvée pour cacher nos propres faiblesses récurrentes. 

 Des ruptures réelles et sérieuses s’imposent donc afin d’anéantir notre trio infernal que sont les prélèvements énormes, les impôts très lourds qui découragent à investir en France et nos dettes gigantesques.

Le résultat de ceci se concrétisant par un chômage de masse, fruit amers de nos déficits à répétition destructeurs de notre économie dans son ensemble. Nicolas SARKOZY a compris cet enjeu et c’est la raison pour laquelle, plus de 60 chantiers de réformes ont été lancées entrainant inquiétude et colère des publics concernés. Néanmoins, elles sont indispensables pour que la France reste en vie et joue un rôle dans la compétition mondiale.

Redonner aux citoyens la liberté d’entreprendre

Pendant bien longtemps, nos réformes minimales ont été superficielles dictées par « la peur de rue ». Résultat des gouvernants tétanisés, des députés craignant pour leurs sièges, une haute fonction publique freinant la parution voire ne mettant pas en pratique les décrets d'application. Où est la démocratie quand on sait que 40 % des lois votés ne sont jamais appliquées ?

Ceci a pour conséquence de rendre les Français, déjà sans illusions, irrités voire enclins à des solutions sans lendemain. Seule une réforme fiscale radicale peut nous sortir du de cette impasse avec, en plus, une lutte féroce contre les 120/150 milliards de nos folles dépenses inutiles. Fraudes et gabegie aggravée par une gestion calamiteuse, étatique, avec des fraudes fiscales et sociales ! Fraudes facilitées par notre assistanat dispensé par des organismes divers et variés.

Pour conclure, l'Etat doit retrouver ses fonctions régaliennes qu’il a délaissées et rendre aux citoyens la liberté d'entreprendre, ce qui est difficile face aux contraintes fiscales, aux  charges sociales très lourdes aggravées par un secteur publique tentaculaire.

Le prochain enjeu du futur Président de la République sera de réfléchir aux avantages d’une politique capable de rendre le goût d’initiative aux Français.

Pour reprendre l’expression d’Alain MADELIN que je fais mienne : «  Nous n’avons pas besoin d’un Super Etat mais de Super citoyens » capables à nouveau de croire en l’avenir de leur pays. Ne doutons pas que Nicolas SARKOZY saura entendre ce message issu de la société civile.

Chers amis qui nous suivez depuis bien longtemps, en mon nom personnel et au nom de toute mon équipe, je tenais à vous présenter pour 2012 tous mes vœux en espérant qu’elle soit enfin celle de l’après crise.

Cordialement

 

 

Jean-Louis CHAVOILLON

Président de l’A.P.Ré

 

 

Commenter cet article