Moscovici mis « K.O » par Fadela Amara d'un Upper Cut du gauche ! ( Chez Arlette Chabot )

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

Moscovici2240 Fadela

 

 


 



Méfiant par nature, surtout lorsqu'il s'agit d'une émission animée par Arlette Chabot, c'est donc le pouce paré à zapper sur ma télécommande ...que je décidai d'assister presque malgré moi, au débat télévisé entre Pierre Moscovici et Fadela Amara...entre autres.

Ah ! Force est de revenir sur le portrait au vitriol que j'avais dressé voici peu de temps encore sur Arlette Chabot...je ne sais pas si c'est à cause du plaisir que m'a donné son émission, mais j'ai trouvé celle-ci rajeunie, plus belle qu'avant...souriante même, voire, rayonnante!

Comme quoi, et je ne cesse de le répéter, dès lors qu'une femme laisse ses rancoeurs de côté, elle peut rapidement redevenir un être ...désirable. ( Si ! Si ! Désirable ! Que voulez vous la chair est faible ! J'espère qu'il me sera de ce point de vue, beaucoup pardonné ! )

Mais revenons-en au débat, j'inviterai Arlette Chabot chez Maxim's... plus tard :

Ainsi « monsieur confit », entendez Pierre Moscovici, n'en finissait pas de déballer avec un soin de grand confiseur donc, des propos ponctués et ampoulés aux allures de marrons glacés, qui en avaient la couleur...le glacis...mais pas l'odeur !  Car les boulettes assassines de « monsieur confit » contrairement au parti qu'il représente, ne sentent pas la rose...

Bref rien n'allait au gouvernement selon lui, et visiblement, Moscovici tout comme Ségolène, ignorait encore que Nicolas Sarkozy avait été élu Président, et que les français lui avaient donné une mission : celle de réformer la France, ce qu'il fait.

Moscovici étant le proche conseiller de Ségolène Royal, je comprends mieux à présent pourquoi cette dernière avait crié victoire ...au soir de sa défaite. Trop de fruits confits, trop de sucre, trop de diabète, trop d'urée...cela mène tout naturellement au délire.

Pendant ce temps, sur le plateau des invités d'Arlette Chabot donc, Fadela Amara observait d'un oeil amusé et le sourire au coin des lèvres, les confiseries périmées et aux emballages surannés, de monsieur confit...

Touchante et malicieuse, telle est Fadela Amara, dont on devine à travers son regard, que pour n'avoir pas fait l'ENA comme monsieur Moscovici, elle n'en respire pas moins l'intelligence et la franchise.

Et puis donc, à sa façon bien à elle, directe et sans ambages, Fadela a décidé lorsqu'elle a jugé que la coupe était pleine, de faire goûter en direct et un à un, ses marrons glacés au confiseur Moscovici lui-même, lequel faillit à plusieurs reprises s'étouffer. 

Fadela Amara à Pierre Moscovici : ( extraits )

« Lorsque j'étais au PS, vous m'avez prise pour la beurette de service »...( premier marron )

« C'est le PS qui a traité la seule sénatrice socialiste issue comme moi de l'immigration de  représentante de la gauche tajine »  ( deuxième marron...glacé, à l'adresse du confiseur )

«Ségolène Royal m'a demandé de parler en "bon français"...je vais essayer » ( troisième marron )

« François Fillon n'est pas le premier ministre effacé que vous dites...bien au contraire ! » ( 4 ème )

Etc.Etc. La boîte de marrons y est passée...en moins de deux rounds !

Pierre Moscovici, les yeux ronds, la bouche pleine, n'en revient pas, le regard perdu vers Fadela Amara il semble lui dire tout en postillonnant quelques miettes...pitié Fadela...'itié...P' f'itié...

Mais Fadela intraitable compte bien lui faire payer les humiliations et le racisme que le PS en son temps lui a fait subir . Elle l'achève en lui faisant avaler la boîte vide...c'est le Knock Out !

Le confiseur « marron » est à terre, sous le regard toujours amusé, du porte parole du gouvernement Laurent Wauquiez, qui à 32 ans a gardé cette candeur juvénile qui fait tant défaut à la gauche « déconfite » . Quel bonheur que de voir tant de jovialité chez ce jeune homme, promis sans aucun doute à un brillant avenir!

Pendant ce temps, dans les coulisses, juste après l'émission, je surprends Pierre Moscovici, qui semble exhiber ses maigres attributs virils sous le nez d'Arlette Chabot qui s'esclaffe en les désignant de l'index.

Je comprends alors que comme dans le film de la guerre des boutons, Moscovici voulait être rassuré sur sa...dimension, à prendre prochainement la direction du PS.

Devant l'hilarité de Chabot, Moscovici a remballé sa petite marchandise et, tout penaud, ayant définitivement compris qu'il ne serait pas...de taille, celui ci dira, étouffant un sanglot comme le jeune héros dans le film " la guerre des boutons " son fameux : « Si j'aurais su...j'aurais pas venu !  »

Gold31   http://jeff123.typepad.fr/royalmensonge/

Commenter cet article

nana75 28/04/2008 13:35

Je trouve vos commentaires un peu au dessous de la ceinture, c'est indigne de vous !
blog à déconseiller !!!

beurkkkk