Yves Jego : le marquage de l’origine sur tous les produits

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

yves_jego_3e_seine_marne_jpg.jpg

  • PARIS, 6 mai 2010 (AFP)

  • Le député UMP de Seine-et-Marne Yves Jégo propose dans un rapport remis jeudi au président de la République d’imposer le marquage de l’origine nationale sur tous les produits mis en vente dans l’Union européenne afin d’"en finir avec la mondialisation anonyme".

  •  

    "La mondialisation des échanges a accru les exigences du consommateur en matière d’information sur l’origine et la qualité des produits qu’il achète", mais "paradoxalement, pour l’immense majorité des produits de consommation (…), les nouvelles exigences de traçabilité ne peuvent être satisfaites", écrit l’ancien secrétaire d’Etat à l’Outre-mer.

  •  

    Pour y remédier, et afin également de valoriser le "made in France", dont la valeur est "incontestable", selon le rapport, M. Jégo a élaboré plusieurs propositions.

  •  

    Outre l’obligation d’indiquer l’origine nationale de tous les produits mis en vente en Europe, il propose d’étendre dans l’UE le champ des indications géographiques protégées aux produits non alimentaires, citant l’exemple de la verrerie de Murano, des couteaux de Laguiole ou de la porcelaine de Limoges.

  •  

    Toujours au niveau européen, le député envisage d’étudier les moyens d’assimiler la fraude au marquage de l’origine à de la contrefaçon.

  •  

    M. Jégo se prononce également pour la mise en place d’un label facultatif "Made in France" à une, deux ou trois étoiles, afin de valoriser les entreprises qui vont au-delà des simples règles douanières de détermination de l’origine.

  •  

    Parallèlement, M. Jégo avance également l’idée de créer un autre label, qui ferait l’objet d’une certification et de contrôles par un ou des organismes agréés, destiné à valoriser les produits d’origine française.

  •  

    Le rapport propose d’ailleurs également de réglementer la définition et l’usage du mot "label" et de l’expression "label officiel", et de réguler le marché de la labellisation, pour apporter aux consommateurs des garanties de sérieux.

  •  

    M. Jégo suggère également de mettre en place une "carte d’identité" des produits, qui permettrait aux consommateurs d’avoir accès, via leur téléphone portable ou via internet, à des informations ne pouvant pas figurer sur une étiquette.

  •  

    Enfin, il propose d’améliorer, pour les commandes publiques, l’information des donneurs d’ordre sur l’origine des produits.

Publié dans Dossiers

Commenter cet article