Xavier SPANGHERO et les jeunes actifs UMP31 ont fait leur rentrée!

Publié le par A.P.ré. (Jean Claude Bayau Daban)

Image-blog.jpg

 

Lundi 22 août à 19h, au siège de la fédération UMP, une réunion sur : « la communication en politique » était organisée par Xavier Spanguero, président des jeunes actifs. 

Malgré la canicule et la date à laquelle bon nombre de toulousains sont encore en vacances, nous étions plus d’une trentaine hier soir.

 

Les deux intervenants, Patrick Crasnier, Conseiller en communication, et journaliste, et Pierre Espluglas Professeurs de droit constitutionnel et journaliste, sont de vrais professionnels de la communication, connus pour leurs activités tant politiques que journalistiques.

Leur aisance sur le sujet ne trompe pas. Ils nous ont présenté leurs réflexions et leurs conseils sur la façon de convaincre. Une excellente transmission de leur savoir.

Patrick Crasnier a traité de la forme, et Pierre Espluglas du fond.

 

Ainsi, deux cas se présentent : soit on s’adresse à un individu, soit à un groupe d’individus.

La démarche ne sera pas la même.

 

Si on s’adresse à une seule personne, le contact s’établi en fonction de la ressemblance, de l’identification à son interlocuteur. On doit se mettre à sa portée, le regarder droit dans les yeux, l’écouter, ne pas être technique si la personne n’est pas à même de comprendre, ne pas être péremptoire, ne pas essayer d’imposer ses idées. La tenue vestimentaire sera à l’identique de celle de l’interlocuteur. Plus vous serez apprécié en tant qu’individu, mieux le discours sera entendu.

 

Si on s’adresse à un groupe, une salle, il ne peut pas y avoir le même type de contact ni de comportement. Dans sa tenue, il faut, non pas être à l’identique, mais au contraire se différencier par tenues inhabituelles pour éveiller la curiosité de l’auditoire, capter son intérêt, atteindre son imaginaire.

Dans les deux cas, pour être convaincant, il faut être positif.

 

Il faut bien définir son message, et le préparer. Même si on n’est pas chasseur par exemple, il convient de connaître le sujet pour pouvoir en discuter.

Léon Zitrone, disait que la meilleure improvisation est celle qu’on a préparée longtemps.

 

Le contact ne doit jamais être frontal. On ne doit pas asséner une vérité, qui de toute façon sur un sujet ne peut être que SA vérité. Le OUI – MAIS est le bienvenu pour ouvrir et relancer la conversation au lieu de la fermer.

 

Plutôt que de polémiquer systématiquement sur l’adversaire, il vaut mieux placer la conversation sur les raisons de votre engagement politique.

Parler des valeurs qui vous tiennent à cœur et qui justifient votre engagement, la liberté, le travail, la fiscalité le libéralisme, l’UMP est un parti libéral, ouvert, vous avez la volonté d’agir pour le bien de la France et des français.

Parlez des réformes engagées, parfois impopulaires mais nécessaires telles que les réformes judiciaire, hospitalière, des collectivités territoriales… et de celles qu’on va engager. Trouver une matrice telle que « le changement dans la continuité », « la force tranquille » etc. qui définira une image et annoncera clairement une ligne, un projet.

 

Patrick Crasnier nous a cité Aristote : pour convaincre, il est nécessaire d’être confiant,  logique et d’amener l’émotion chez l’interlocuteur.

 

La réunion s’est terminée par le pot de l’amitié qui permet les échanges informels et sympathiques. Les jeunes actifs nous ont préparé une bien agréable soirée.

 

Claudette Vergnes

Pour l’APRé

 

Commenter cet article