Union et action Jean-François Copé était à Toulouse le 14 septembre 2011

Publié le par A.P.ré. (Jean Claude Bayau Daban)

 

 photo1.jpg

 

 

C'est devant un millier de personnes, que les élus locaux ont prêché à la fois l'union et l'action.

Après l'accueil chaleureux de Laurence Arribagé la chargée de mission, faisant fonction de secrétaire départementale, on est entré dans le vif du sujet.

A 200 jours des élections présidentielles, la gauche n'est pas à la hauteur des enjeux.

 

 photo2.jpg

 

 

Alain Châtillon, sénateur et maire de Revel a rappelé qu'en politique il faut avoir trois vertus essentielles : la compétence, la connaissance et le courage. Il est contre l'idée de supprimer le cumul des mandats, considérant qu'un mandat local permet de garder le contact et la connaissance du terrain. Connu pour son activité industrielle, Alain Châtillon a axé son discours sur  son action de sénateur au plan économique et industrie, optant pour une obligation d'embaucher les jeunes en contrat d'alternance, de limiter la concurrence étrangère et d'être à l'écoute des ruraux.

 photo3

 

Jean-Luc Moudenc, élu depuis 9 mois à la tête de l'UMP31 a évoqué le travail de fond effectué, la réorganisation de l'UMP, le changement de méthodes. Selon lui, une page se tourne, le climat change, du chemin a été fait, mais il reste encore du chemin à faire. Il s'est engagé à impulser le renouvellement du parti, de découvrir de nouveaux talents dans le parti et sur le front électoral. L'unité est en marche. Il met toutefois en garde les électeurs :

Il ne faut pas céder à la démagogie qui ne mène qu'à la ruine, ni au discours de la facilité.

 

Les discours se sont terminés sur l'intervention de Jean-François Copé, porteur  de quelque espérance aux yeux des toulousains lassés par les querelles internes qui ne se sont pas apaisée après les élections. Reconnaissant qu'à Toulouse, l'opposition municipale de droite était partagée en deux,

 photo4.jpg

 

Jean-François Copé a une fois encore lancé un appel vibrant à la réconciliation et à l'unité pour faire gagner Nicolas Sarkozy aux élections présidentielles.

 Il a chargé Jean-Luc Moudenc d'animer les campagnes présidentielle et législative sur le 31.

 

Les différents thèmes de son discours :

L'effort :

Il convient de faire un effort au niveau national. Trois conditions pour cela : Ne jamais oublier que l'UMP est un mouvement populaire, s'assurer que chacun ait droit à la parole, liberté totale d'expression, de critique, de débat.. Il demande de privilégier le débat de fond plutôt que les petites phrases et la langue de bois.

Le patriotisme :

Il faut dessiner un nouveau patriotisme. Le patriotisme est un acte d'amour pour son pays, de lucidité et de courage. Il ne grandit pas avec la peur mais dans l'espérance, c'est la préparation de l'avenir. Il ne s'agit pas d'aller conquérir un territoire, mais le grand défi d'intégrer la France dans un monde de demain, la fidélité à nos racines, l'ouverture sur les autres, l'envie de vivre ensemble et être heureux ensemble.

Ce qui nous rassemble, notre seul objectif, c'est tout faire pour l'avenir de nos enfants. « Tout ce que l'on fait, on le fait pour les enfants, et ce sont les enfants qui nous font tout faire » Charles Péguy.

 

Les droits et les devoirs :

 

Cet été, trois événements nous ont ramenés à la réalité :

-        Les événements à Londres. Les violences sont un rappel à l'ordre face à la permissivité et au laxisme. Les habitants sont sortis dans la rue aux côtés des forces de l'ordre. Toute la chaîne de l'autorité est à reconstruire en Europe. Il n'y a pas de droits sans devoirs. Avant de contester, il faut apprendre et respecter.

-        La chute de Kadafi. En Tunisie, en Égypte, en Libye et en Syrie, les jeunes se sont soulevés contre la tyrannie.

-        La dégradation de la dette souveraine américaine qui a été un choc dans le monde.

-        Nous sommes à la croisée des chemins, il faut tenir un discours de vérité, imaginer un autre modèle de croissance en renforçant l'exportation, réorganiser notre tissus industriel, Encourager nos chercheurs, nos universitaires, et changer notre modèle éducatif, nous mettre sur la même ligne de départ que les autres pays. Nous sommes 65 millions de français et la France est de 5e pays économique du monde. Il y a des opportunités à saisir, retrousser les manches et serrer les coudes. Pendant que l'Etat supprime 35 000 emplois de fonctionnaires, les collectivités locales, régions et départements en particulier en ont créé 38 000, hors transfert de compétence.

-        En matière de dépense sociale, c'est la main tendue de ceux qui sont en difficultés, mais il ne faut pas tomber dans le piège de l'assistanat. Les cotisations doivent-elles être payées que pas les salariés et les patrons, ou bien par tout le monde à  un taux plus faible ?

-        L'apprentissage de l'anglais doit être soutenu pour favoriser les échanges avec l'extérieur.

-        Il faut être intransigeant sur la sécurité, lutter contre l'immigration clandestine, mais aider à l'intégration des autres.

-        Il faut garantir la liberté religieuse, mais refuser les pratiques contraires à nos valeurs, veiller à lutter sans concession contre la délinquance. Refuser le droit de vote aux étrangers, droits civiques et nationalité vont de pair.

 

Il faut trouver un équilibre entre les droits et les devoirs.

Nous avons donc bien compris le message, UNITE, patriotisme, pas de droits sans devoirs.

La soirée s'est terminée par un buffet convivial, qui a permis avant tout de se rencontre et d'échanger quelques propos entre militants.

 photo5.jpg

 

Claudette Vergnes pour l'APRE

Commenter cet article