Reforme des retraites, une reforme necessaire, par Jean-Luc Moudenc

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

toulouse-avenir.jpg

Alors que s’engagent depuis quelques jours les discussions, qui s’annoncent laborieuses et difficiles, sur l’avenir des retraites, un sondage, réalisé par l’IFOP pour une édition récente du dimanche du quotidien Ouest-France, en dit long sur les contradictions qui traversent l’esprit de nos concitoyens sur ce dossier, aussi épineux que fondamental pour l’avenir de notre société et de chacun en son sein. Les Français sont conscients du fait qu’il y a un vrai problème, et qu’il faut faire quelque chose, mais ils sont désemparés sur les voies de solution possibles.


Rappelons qu’il y aura 22 millions de retraités en 2050, au lieu de 16 millions aujourd’hui, et que le défi consiste à trouver la ressource suffisante pour les faire vivre, alors que la population active décroît, tandis que s’allonge l’espérance de vie.


93 % des Français sont défavorables à une baisse du niveau des retraites, option unanimement écartée par les politiques et les partenaires sociaux, pour une fois au diapason de l’opinion.


67 % sont opposés au recul de l’âge de la retraite, alors que cette solution est en train d’être mise en vigueur dans les autres pays européens (y compris ceux dotés d’un gouvernement socialiste), qui sont confrontés au même problème que nous.


74 % sont contre une augmentation des cotisations sociales, ce qu’on peut comprendre dans un contexte où les entreprises ont besoin de faire des gains de productivité et où les personnes aspirent à davantage de pouvoir d’achat.


52 % sont négatifs vis-à-vis d’une solution complémentaire de financement par capitalisation, alors que cela constitue pourtant, non la solution principale au problème posé, mais un adjuvant intéressant ; notons toutefois que le taux d’approbation sur ce point monte tout de même à 46 %.

En conclusion, il y a de quoi être inquiet.


Je ne sais si le Gouvernement, le patronat et les syndicats arriveront ou non à se mettre d’accord sur des solutions, mais ce qui est certain, c’est qu’il semble exclu de compter sur un mouvement d’opinion pour les y aider. Inutile de compter sur l’Opposition parlementaire, partagée entre hésitation à jouer un rôle dans la construction d’un consensus et jeux de positionnement interne en vue de l’investiture pour l’élection présidentielle, trop heureuse de laisser le pouvoir actuel se débrouiller seul avec ce mistigri empoisonné


Tout cela constitue des raisons supplémentaires pour inviter tous les partenaires assis autour de la table de discussions à faire preuve de responsabilité afin de préparer l’avenir, par des décisions collectives, courageuses et acceptables. Lourde mais historique responsabilité !


Jean-Luc MOUDENC

Maire de Toulouse de 2004 à 2008

Président du groupe d'opposition au conseil municipal de Toulouse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article