Philippe Perrin : DEVELOPPEMENT DURABLE : LE SOMMET DE COPENHAGUE

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

http://www.sarkozy.fr/pictures/video/20070403_ajlj_perrin_airbus.jpg

Aujourd'hui, avait lieu une conference-débat sur le sommet de Copenhague animée par Philippe Perrin,
pilote d'essai Airbus, ancien astronaute.
Je salue le travail effectué par M. Perrin qui a su nous faire une presentation compléte et instructive.

Voici ce que Philippe Perrin a rappelé :

La Terre, notre belle planéte vu du ciel, a des ressources limitées. De l'espace on la voit petite et fragile.
Il faut trouver des solutions à l'echelon du monde mais également en local pour la preserver.
Depuis 1950, le monde a gagné 0,74 °C et la France 1°C.
La Terre est en mutation et sa temperature augmente dangereusement.
Dans le siècle qui arrive si rien n'est fait la température augmentera de 5°C. La situation est dramatique.
L'effet de serre y est pour beaucoup dans cette hausse des températures. M. Perrin a tout de même rappelé que
sans effet de serre, la terre aurait  une temperature moyenne de - 20 °C

Quelles emissions de gaz retrouvons nous dans le principe de l'effet de serre ?
Pour 58 % c'est le CO2 fossile
Pour 16 % le CO2 dù à la déforestation
Pour 17 % du méthane
Pour 8% N2O qui est 300 fois plus nocif que le CO2

On comprend alors que la machine s'emballe. Il faut réduire nos emissions de 50% après 2020.
D'après une étude britannique, le coup de la lutte contre les emissions de gaz à effet de serre
coutera 1% du P.I.B. mais si nous ne faisons rien, on peut évaluer le coût à 5 à 10 % du P.I.B.
(ouragans, tsunamis, tremblements de terres...)

L'Union Européenne compte réduire ses emissions de 20 % par rapport à l'année 1990 qui
sera l'année de reference.
Malheureusement, les americains et les chinois veulent prendre comme point de départ 2005.
Or, entre 1990 et 2005, les emissions de gaz à effet de serre ont considerablement augmenté.

Après Cophenague, il faut se rendre compte d'une chose. C'est que TOUT projet politique devra
être marqué par ce soucis d'objectif.

En 2013, les quotas carbonne seront vendus aux encheres aux entreprises.

Il faut changer les comportements. Il faut rapprocher les producteurs des consommateurs.
Il faut developper la voiture élèctrique.
Nous sommes en retard sur la recherche.

Au niveau local, Toulouse devrait se doter d'une école d'ingenieurs de l'environnement.
Il faut reprendre le pouvoir en Midi Pyrénées.

Philippe Perrin a conclu sa présentation sur cette citation de Kennedy :
"On ne fait pas les choses car elles sont faciles, on les fait car elles sont difficiles".

Puis, Philippe Perrin a répondu aux questions. J'en ai retenu quelques unes.
Quelqu'un a soulevé le probléme démographique de notre planéte. Nous avions traité ce sujet
sur ce même blog. (voir ce dossier : http://apre.over-blog.com/article-35195704.html)
M. Perrin a reconnu qu'on était trop nombreux et que l'homme s'est developpé comme
une bactérie, à la vitesse d'une bactérie.

Par rapport aux technologies de l'espace, il a rappelé avec un employé d'Astrium que les
satellites permettent aujourd'hui de réduire l'usage d'engrais sur les terres en gardant les
mêmes rendements.

Brigitte-Bareges.jpgBrigitte Baréges est intervenue pour rappeler que c'était également
le rôle de la région de travailler à l'amelioration de notre environnement. La région devra être un acteur.
Ce nouveau mode de vie est un fabuleux gissement d'emplois. On doit rattraper le retard que nous avons accumulé. Lorsque l'on pense que Martin Malvy vient à peine de découvrir qu'il existait un plan climat...

Un plan climat energie territoriale est actuellement en test sur la ville administrée par Brigitte Barèges : Montauban.


Un etat des lieux se fait actuellement, avec plusieurs plans : Econ Home, cap infos energie...
10 familles vont être testé afin de constater leurs dépenses energetiques.
Après le film de Al Gore et de Home, une vraie consciense a été reveillé.
Il faut mettre en place des actions efficaces, coordonnés et calculés pour Midi Pyrénées.
Avec un budget de 1 milliard 300 millions d'euros, Midi Pyrénées peut se donner les moyens
de travailler dans ce sens. Arretons le clientelisme et depensons l'argent utillement
et non pour s'assurer un siége à la région en soupoudrant untel ou untel. Il y a des actions plus importantes.
Il faut une politique courageuse, Toulouse et la région sont passés à coté du grand emprunt
qui aurait permis d'avancer sur le terrain écologique, ne laissons pas passer le train
une seconde fois.

Brigitte Baréges a raison et je rajouterais personnellement.
Que c'est naturel, l'homme est ainsi fait. Et on ne peut rien contre le temps.
Il y a un temps pour tout.
Martin Malvy a connu la seconde guerre mondiale et c'est bien malheureux.
Il a connu l'arrivée de la telévision et du télephone dans chaque foyer. La mise en place
de l'éléctricité et de l'eau courante. Il faut bien s'en rendre compte.
Ses combats sont finis, il ne peut plus avoir la même envie et le même dynamisme.
Mettez vous à sa place. Que peut il attendre de plus ?
Pour moi qui est 30 ans, je me dis que l'avenir c'est la preservation de notre planéte
et pour cela il faudra prendre des décisions innovantes et importantes même au niveau local.
On ne peut pas parler d'avenir avec M. Malvy, je ne lui jette pas la pierre, c'est comprehensible.
Il sera très difficile de parler d'innovation et d'avancée technologiques à un élu qui va avoir
74 ans en 2010 et qui aura plus de 80 s'il fait un nouveau mandat.
Au delà, des étiquettes politiques il faut être raisonnable. J'espere vraiment que ceux
qui aiment Midi Pyrénées et ceux qui pensent à notre planéte ne ferons pas l'erreur de voter
Malvy.
NOUS N'AVONS VRAIMENT PLUS DE TEMPS A PERDRE.

Fred Guyonnet

Publié dans Ecologie

Commenter cet article

artemisa mariès 12/12/2009 14:44


Avec tout le respect du à Monsieur Perrin, je voudrais faire remarquer qu'il est pilote de ligne et non climatologue.
Beaucoup de spécialistes dans le domain, justement, de l'étude du climat, sont extrêmement sceptiques face aux delcarations fracassantes style Al Gore.
Il est bien connu que l'un des ressorts les plus puissants pour faire faire aux populations ce qu'on veut qu'elles fassent, c'est de leur faire peur.
La manipulation que nous voyons actuellement à propos de la planète qu'il faut sauver me semble entrer dans ce cadre là.
Qu'il y ait rechauffement de la planète paraît prouvé (mème s'il y a des glaces qui augmentent par endroits au lieu de diminuer), mais on ne sait pas du tout quelle est la cause. On sait qu'il
y a eu des cycles de refroidissement et de rechauffement par le passé alors que l'activité humaine était negligeable.
 Il me semble qu'il faut raison garder, et ne pas s'engouffrer dans la panique ambiante.


SILVER31 11/12/2009 01:17


Nous ne sommes pas propriétaire de notre planète.
Nous ne sommes que locataire sur un bail limité.
Nous devons veiller à rendre cette Maison Commune dans un meilleur état que celui qui la caractérise actuellement sous peine de se voir expulser dans le cadre d'une procédure d'urgence.
Il en va de notre SURVIE.
Alors Oui à un APRES pour une nouvelle vie   


Martine Susset 11/12/2009 00:26


Je souscris et je dis : chiche ! les enjeux sont importants, il en va de l'avenir de notre planète, tout le monde le sait maintenant. Des belles paroles, il est temps de passer aux actes. Toulouse
et Midi-Pyrénées ont un rôle primordial à jouer. Nous avons tous les atouts pour réussir : la matière grise, les technologies, un environnement propice. Franchissons le cap et engageons
nous avant que d'autres le fassent avant nous. 
Martine Susset, déléguée régionale de Cap21, présidente de la commission Environnement Développement durable de Toulouse Avenir.