Message de Jean Luc Moudenc

Publié le par A.P.ré. (Fred GUYONNET)

Chers Amis,                                                              

 

Nous voici dans la dernière ligne droite avant le premier tour de l’élection présidentielle.

Tout conduit à penser que les Français vont aller à l’essentiel, organisant leur choix ultime entre les deux seules options réalistes politiquement : Nicolas SARKOZY/François HOLLANDE.

Je voudrais m’adresser à ceux qui demeurent tentés par la dispersion ou sont en proie à l’indécision.

Nicolas SARKOZY doit arriver le plus nettement possible en tête le soir du 22 avril, afin de créer une dynamique de victoire pour le 6 mai !

Nous avons présents dans notre esprit les tragiques évènements qui ont endeuillé, il y a quelques semaines, depuis notre chère ville de Toulouse et Montauban, la France entière.

Si nous nous sommes, à raison, refusés à exploiter politiquement cette sanglante tragédie, il n’en reste pas moins qu’elle a été très révélatrice.

Il fallait prendre des décisions rapides, fortes, graves, et parvenir à la maîtrise rapide du tueur pour éviter d’autres crimes.

Nicolas SARKOZY ne s’est ni dérobé, ni cantonné dans le registre de la compassion : il a été à la hauteur et présent sur le terrain ; il s’est investi immédiatement et à fond. La République était défiée : il a su lui donner le dernier mot, faisant prévaloir une logique d’union nationale sur la campagne électorale.

Son style direct et tranchant, si éloigné du protocole et des habitudes présidentielles françaises, en d’autres circonstances, a pu agacer jusque dans les rangs de sa propre majorité: là, il a produit le meilleur.

Imaginez ce qui se serait passé si nous avions eu un Président plus classique - certains diraient « normal » -, qui aurait pesé longuement le pour et le contre, écouté les uns puis les autres, calculé l’impact de telle ou telle décision avant de bouger d’un centimètre, se refusant à la moindre prise de risque politique, perdant un temps précieux en hésitations et tergiversations diverses et variées ?

Poser cette question, c’est y répondre !

Nous vivons une époque tourmentée, traversée de crises violentes et de soubresauts imprévisibles.

Et cela est vrai dans tous les domaines : l’économie, la finance, les relations internationales, la sécurité intérieure, …et même les éléments naturels !

Une crise peut surgir à tout moment, mettant en péril notre quotidien, voire nos existences.

C’est dans ce monde là, et pour gouverner dans un tel contexte, que nous devons élire le Président qui, au cours des cinq années à venir, tiendra le gouvernail de notre cher pays de France.

Voilà le véritable enjeu des 22 avril et 6 mai prochain !

Les Françaises et les Français doivent choisir le meilleur capitaine pour barrer le vaisseau « France » au milieu d’une mer démontée, celui dont le caractère se révèle au contact des éléments déchainés et sait les dominer.

Il s’agit certes d’avoir de l’expérience, mais pas seulement : c’est une question de caractère surtout.

A l’aune de ce critère essentiel, l’évidence saute aux yeux de tous. Même ceux qui n’aiment pas le Président sortant ou se disent déçus par lui avouent le reconnaître : « il n’y a pas photo », comme on dit.

Nicolas SARKOZY est le Président dont la France a besoin pour aujourd’hui et pour les cinq années qui viennent.

Quant à l’adversaire, il a beau avoir appris avec talent son rôle, à la manière d’un acteur madré, avoir minci et teint ses cheveux, retouché son portrait en affiche : c’est bien beau et peut séduire, mais rien de cela ne confère ni du caractère, pas plus que de l’expérience. A vouloir singer une illustre référence, on n’a qu’une mauvaise copie.

Au fond, socialisme mis à part, il ferait peut-être un bon Président si l’époque coulait comme un fleuve tranquille, si les richesses abondaient au point que la question centrale serait comment faire pour les prélever puis les distribuer. Candidat au style du passé, adepte des bonnes intentions et des leçons de morale ressassées à l’envi, il est en décalage avec les défis du monde d’aujourd’hui.

La campagne électorale dure maintenant depuis de longs mois.

Les Français ont eu tout le temps d’observer les candidats et de s’amuser à répondre aux sondages comme on joue avec un jeu dont on sait bien qu’il ne vaut pas bulletin de vote.

Excellents connaisseurs de la chose politique en général, et de l’élection présidentielle en particulier, ils sentent bien qu’approche l’heure de faire le choix de la raison.

L’antisarkozysme a atteint des sommets mais nul n’est dupe : un rejet personnel ne fait pas un projet politique et, encore moins, ne construit l’avenir d’un pays et d’un peuple !

Et même s’il ont des reproches à formuler envers la Présidence qui s’achève - ce qui a été fait ou pas, la manière de présider - ils savent, au fond d’eux-mêmes, que Nicolas SARKOZY est le seul candidat crédible, représentatif et responsable, qui soit doté de la dimension adaptée, tout à la fois, à la fonction suprême et à l’époque où nous vivons.

Tout comme ils ont bien conscience que le quinquennat n’a pu objectivement tenir toutes ses promesses à cause de la crise internationale d’ampleur inédite qui en a cassé l’élan.

Nous voulons une France forte, qui aille de l’avant, qui sache, tout à la fois, préserver le meilleur de ses traditions et préparer l’avenir par sa capacité d’innovation ; qui soit fière d’elle-même tout en étant le moteur de l’indispensable construction européenne ; qui soit protectrice de ses citoyens, les plus fragiles et les plus démunis surtout, tout en promouvant les valeurs de responsabilité ; qui soit volontaire tout en maitrisant enfin les excès de la dépense publique et son cortège de déficits ; qui renoue avec la croissance, seule apte à recréer des emplois et produire du pouvoir d’achat.

Les vieilles recettes du socialisme d’hier, qu’aucun parti socialiste ailleurs en Europe n’applique plus, ne peuvent relever tous ces défis. Loin du courage dont notre pays a besoin, elles entretiennent un discours de facilité, dont l’Histoire témoigne qu’il fourvoie toujours les peuples quand les temps sont difficiles.

Faire croire aux Français, pour capter leurs suffrages, qu’il n’y aura aucun effort à faire, qu’on peut être le seul pays à revenir à la retraite à 60 ans, que toujours plus de dépense publique est possible, qu’il suffit de faire payer les « riches », que des emplois subventionnés viendront à bout du chômage des jeunes, tout cela procure peut-être une petite musique agréable à entendre mais certainement pas une vraie politique, sérieuse et d’avenir.

Nicolas SARKOZY doit être réélu car c’est un vrai Président qu’il faut pour la France; pas un joueur de flûte pour nous bercer avec ce qu’on aimerait peut-être entendre !

Réélu, il sera revenu de loin, vainqueur d’une épreuve qui aura patiné son caractère, davantage humanisé par ce parcours d’obstacles qu’il aura surmonté.

Il ne sera que plus pertinent dans ses décisions. Enfin, l’impossibilité constitutionnelle de se représenter en 2017 lui confèrera une hauteur de vue supplémentaire, lui ôtant toute préoccupation électoraliste pour se concentrer plus que jamais sur l’intérêt supérieur de notre pays, sans considération personnelle, avec pour unique critère l’avenir de la France et des Français.

C’est en cela que, tout en restant lui-même, il sera « différent », pour reprendre sa propre expression.

 

Jean-Luc MOUDENC.

Publié dans Presidentielles 2012

Commenter cet article

Gold31 20/04/2012 20:56


VICTOIRE ASSUREE DE NICOLAS SARKOZY (par Gold31)






Envoyez cet article de Gold31 par e-mail à l'ensemble de vos amis, membres de votre famille, et internautes


 


Françaises, français, vous êtes les seuls détenteurs  de la légitimité nationale et républicaine. A travers vous et par
vous, le Président de la République n'est que le porte parole de vos ambitions pour la France.





Dans les circonstances internationales présentes, d’une part, et compte tenu de l’imminence de l’élection Présidentielle
d’autre part,  la France c’est vrai, n’a jamais été aussi en danger, comme l’a dit Nicolas Sarkozy,  Place de la Concorde.





Pour ce qui concerne l’élection Présidentielle, en effet, les représentants de la gauche plurielle incarnée par François
Hollande et Mélanchon, ont décidé de changer les valeurs Républicaines de notre pays sans demander votre avis !





"Depuis le droit de vote qu’ils s’apprêtent à accorder aux étrangers, à la régularisation des sans papiers, jusqu’à
l’ouverture des vannes de l’immigration".


 


(François Hollande pour sa part, appuyé par Martine Aubry, veulent non seulement accorder le droit de vote aux étrangers en
France, mais leur permettre aussi de se présenter à des élections locales !)


(M. Mélanchon quant-à-lui,  a promis la régularisation de tous les sans papiers. Pire, il vient d’annoncer à
l’antenne : «qu’il n'y a pas d'avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères du Maghreb ! ».)  


Autant dire : « vive l’immigration clandestine libre ! ».





Si  François Hollande l’emportait demain contre la raison, et contre l’esprit républicain auquel  les français
sont pourtant si attachés, ce sera donc avec l’apport des voix de Mélenchon.





Quoiqu’il s’en défende aujourd’hui, Mélenchon aurait donc toutes les chances de faire partie du gouvernement Hollande, et
d’imposer à la France ni plus ni moins,  qu’un changement radical de notre modèle de civilisation.





Or, je ne crois pas que ce soit là la volonté du peuple de France.





Je ne crois pas qu’un tel changement de nos valeurs Républicaines puisse être décidé par une pincée d’hommes de gauche,
 sortes de docteurs  « Folamour » d’un autre siècle, irresponsables, aveuglés et poussés vers tous les excès, vers toutes les folies, par la seule soif du
pouvoir.


 


La France et les français valent mieux que cela.





Je crois en revanche, qu’il appartient au peuple français et à lui seul, de se prononcer sur ces grandes questions qui
concernent l’avenir de la France, celui de ses enfants pour les uns, ou de ses petits enfants pour les autres.





Le peuple décidera de sa destinée par voie de référendum. C’est ce que proposera  Nicolas Sarkozy aux français, s’il
est élu demain.





Parce qu’on ne bâillonne pas le peuple français tout entier, en l'empêchant de s'exprimer !





Parce qu’on ne lui imposera pas « des us et coutumes de pays étrangers » qui ne sont en rien compatibles avec les
valeurs « une et indivisible » de notre République !





Parce que les français ne cèderont ni à  l'intimidation, ni aux mensonges de François
Hollande !





Parce que les français exècrent par-dessus tout la désinformation, l'intoxication et la tyrannie
médiatique !





Dimanche, votez utile dès le premier tour !





Ne votez pas pour les extrêmes…voter FN c’est donner mathématiquement une voix à François Hollande.





Décidez les indécis, les éventuels abstentionnistes à aller voter, tant il y va de l’avenir de tous.


 


Envoyez cet article par e-mail à tous vos amis, aux membres de votre famille, à l’ensemble de vos
contacts.





Demain, votez pour la France !


Votez pour Nicolas Sarkoz