Le violeur de la fillette de 5 ans avait déjà fait 12 victimes

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

Toulouse

C'est à proximité de cette aire de jeux pour enfants que Christophe Guiboud-Ribaud (ci-dessus) aurait enlevé, vendredi soir, une fillette de 5 ans. Elle n'a été relâchée que 7 heures plus tard/Photo DDM, X. de F. et D.R.

Christophe Guiboud-Ribaud, l'homme accusé d'avoir enlevé et violé une fillette vendredi à Toulouse, était surnommé « le violeur d'Île de France » au milieu des années 1990. En deux ans, le pédophile s'en était pris à 12 fillettes.

« Le violeur d'Île de France », un « démon au double visage »… C'est ainsi qu'au milieu des années 1990, la presse parisienne, à l'image du Républicain de l'Essonne, avait surnommé Christophe Guiboud-Ribaud, l'homme soupçonné d'avoir, vendredi, enlevé, séquestré et violé une fillette âgée de 5 ans à Toulouse.

À l'époque, pendant deux ans, la brigade criminelle avait traqué ce prédateur d'enfants. Il s'en était pris à pas moins de 12 petites victimes selon le même mode opératoire qu'il y a quelques jours.

Son parcours sordide démarre en plein Paris, au printemps 1993. Il n'a alors que 23 ans. Sa proie, une fillette de 9 ans prénommée Ondine qu'il entraîne dans les bois avant d'en abuser. Dès lors, il ne cesse de partir en chasse, multipliant les viols et enlèvements.

Des fillettes traumatisées

À chaque fois, il passe entre les mailles du filet. Il parvient à échapper aux policiers, qui disposent pourtant d'un portrait-robot, en usant de stratagèmes tels que raser sa moustache, changer de couleur de cheveux ou circuler à bord de voitures volées. Un après-midi de décembre 1993, une petite Karine âgée de 8 ans se retrouvera dans les griffes du pédophile. Comme à Toulouse, le prédateur enlèvera l'enfant avant de l'abandonner traumatisée.

Pendant plus d'un an encore, il s'en prendra aux fillettes d'Île de France allant jusqu'au rapt d'une enfant de 5 ans et demi dans la cour de son école. Il la laissera une heure plus tard le long d'une route.

Au total, pendant cette période, une douzaine de fillettes a été prise entre ses griffes. Arrêté, il sera jugé en février 1996 par la cour d'assises de l'Essonne. Au terme de deux jours de procès, il sera condamné à 15 ans de réclusion criminelle assortie de 10 ans de sûreté.

Il en était sorti le 25 septembre 2006. Trois semaines après il avait commis des attouchements sur une petite fille de 5 ans, dans une piscine. Pour ces faits, il avait écopé de deux ans de prison.

Élargi en juin dernier, il était venu s'installer à Muret, près de Toulouse. Il avait trouvé un emploi d'agent de production. L'enquête devra déterminer si, avant son passage à l'acte de vendredi, « le violeur d'Île de France » n'a pas agressé d'autres fillettes en région toulousaine.


 

Incarcéré à la maison d'arrêt de Tarbes

Christophe Guiboud-Ribaud a été incarcéré à la maison d'arrêt de Tarbes (Hautes-Pyrénées) plutôt qu'à Seysses en Haute-Garonne, un endroit trop proche du lieu de son crime présumé. Le pedigree de l'individu incite les services pénitentiaires à beaucoup de prudence. Toutes les heures, des rondes sont organisées pour le surveiller.

La récente tentative de suicide de Tony Meilhon, le meurtrier présumé de Lætitia Perrais dont le corps a été retrouvé près de Nantes, a incité les services pénitentiaires à renforcer ce type de surveillance.


Le chiffre : 7

Heures > Enlèvement. Il s'est déroulé 7 heures entre l'enlèvement de la petite fille du quartier de la Faourette, vendredi soir à Toulouse, et le moment où elle a été libérée.

Faits divers

 

Toulouse. Enlevée puis violée à 5 ans: le suspect arrêté serait un récidiviste

Il était aux environs de 18 h 30, vendredi, lorsqu'une petite fille de 5 ans, qui jouait non loin de ses parents au jardin public de Fontaine Lestang, à Toulouse, a été enlevée. Ne trouvant pas trace de la petite, ils ont, vers 19 h 30, alerté la...
Publié le 17 Avril 2011

 

Publié dans Toulouse

Commenter cet article