Jean-Luc Moudenc : A quand l’extension de la vidéoprotection à Toulouse ?

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

toulouse-avenir.jpg

Quartier de la Dalbade 

Le viol d'une jeune fille, ces jours-ci rue des Couteliers, repose la question de la vidéosurveillance à Toulouse. D'autant qu'il y a 10 jours, une autre jeune fille a subi la même agression dans le quartier Saint-Cyprien; toutefois, le violeur a été reconnnu grâce aux images de lui filmées par les caméras de vidéosurveillance du métro, ce qui a permis son arrestation. A Grenoble, ces jours-ci, 11  agresseurs d'un groupe de jeunes ont été identifiés eux aussi, grâce au même procédé.


Depuis 2 ans, la municipalité toulousaine, malgré mes multiples demandes, refuse de développer dans toute la ville les caméras de vidéoprotection que j'avais fait installer, à titre expérimental, en 2007. Pourtant, elles ont permis des arrestations d'auteurs de délits, dont la presse s'est fait l'écho à bien des reprises. Pourtant, l'audit de la police municipale, commandité par la municipalité en 2009, a recensé pas moins de 1200 interventions de la police municipale, effectuées en 2008 à partir de la vidéosurveillance.


Pourtant, la présence de la vidéo surveillance dans les 2 lignes de métro, depuis des années, fait du métro toulousain un des lieux publics les plus sûrs de notre ville, et donne toute satisfaction. Tous ces dispositifs, partiels, fonctionnent sans qu'il y ait quelque atteinte que ce soit aux libertés publiques et à la liberté individuelle. Si la vidéoprotection n'est pas une baguette magique apte à solutionner toutes les questions de sécurité, et que son développement ne saurait s'opérer pour remplacer la présence humaine, indispensable, des policiers, elle constitue un outil efficace de nature à contribuer à la lutte contre la délinquance.


Je demande solennellement à la Mairie de Toulouse d'agir, plutôt que de s'enfermer dans sa position de refus, (en fait très politique et idéologique), ou de nous promettre débats et discussions à ce sujet, et de décider, dès le prochain Conseil municipal, l'extension de la vidéoprotection à tous les points sensibles du territoire communal, et de bénéficier pour cela des subventions de l'Etat.


Jean-Luc MOUDENC

Maire de Toulouse de 2004 à 2008

Président du Groupe d'Opposition au conseil municipal de Toulouse

Publié dans Actualités locales

Commenter cet article