Inadmissible : Menaces contre le référent de l'UMP Facs Frédéric Cazaux au Mirail‏

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

Chers Amis,

Nous souhaitons vous informer que pour la 1ère fois depuis de très nombreuses années, l'UMP a eu le courage d'aller porter la contradiction à la gauche au sein de l'Université du Mirail.

Notre responsable de l'UMP Facs à Toulouse, Frédéric Cazaux, s'est en effet rendu hier au sein de l'Université pour participer à une "Assemblée Générale" de rentrée organisée par les associations de gauche.

A plusieurs reprises, il a pris la parole, sous les huées et les quolibets des militants de l'extrême-gauche locale. Ceci ne l'a pas empêché de :

- dénoncer le blocage de la FAC du Mirail lors du printemps dernier (4 mois.. qui ont entraîné le report des examens) ;
- défendre le plan Campus de Valérie Pécresse (qui abonde significativement en crédits ce que reçoivent déjà les universités toulousaines) ;
- rappeler que le budget, que l'Etat consacre par étudiant, était à nouveau en hausse cette année.

Au terme de son propos, Frédéric a été dangereusement menacé. Ceci est proprement inadmissible, et entraînera un dépôt de plainte.

Nous tenons en tous les cas à le saluer, et à vous faire partager son courage et son sens de l'engagement.


bien amicalement,

Christine de Veyrac et Chantal Dounot

ps : vous pouvez retrouver l'article paru ce matin, sur ce sujet, dans la Dépêche du Midi :
http://www.ladepeche.fr/article/2009/11/18/717522-Premiere-AG-tendue-au-Mirail.html

 

Publié dans Actualités locales

Commenter cet article

Delaire 20/11/2009 05:40


Il n'y a plus de démocratie dans les facs, il faut se rapprocher de l'UNI, pour faire front !


Depeche 19/11/2009 07:16













Feu de paille ou premier pas vers un mouvement plus large ? Une chose est sûre, les organisateurs de l'assemblée générale qui a eu lieu hier à l'Université Toulouse-Le Mirail ont de quoi se
réjouir. En effet, l'amphi 8, qui compte 800 places assises, était presque plein au plus fort de la réunion. Une affluence record pour une première AG de début d'année scolaire. Et avec une
ambiance plutôt électrique tout au long des débats, la fac la plus agitée de France n'a pas dérogé à sa réputation.


Le responsable de l'UMP-Facs menacé


Après que les syndicalistes étudiants ont dénoncé les « attaques du gouvernement contre les facs », comme la réforme du financement des universités, et l'augmentation de la précarité, la tension
est montée entre un groupe « d'autonomes » surexcités et un étudiant de la fac de droit, responsable de l'UMP-Facs. Ce dernier, qui a défendu sous les huées les réformes gouvernementales, a bien
failli être sérieusement chahuté avant qu'un militant de Sud-Etudiant ne s'interpose. « Des individus sont venus m'intimider pour me dire que je repartirai en sang », assure dans un communiqué le
jeune référent du parti majoritaire. De leur côté, les organisateurs de l'AG retiennent surtout la naissance d'un important potentiel de mobilisation. « Les gens étaient nombreux et motivés,
c'est très positif. Nous tiendrons donc une nouvelle assemblée générale mardi prochain, et nous participerons à la manifestation de ce même jour », conclut Côme, de l'inter-organisation, à
l'origine de la réunion d'hier. Hugo Clément