Identité nationale : un grand débat dans toute la France, dès le 2 novembre

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)


Actualités
remonter
Identité nationale : un grand débat dans toute la France, dès le 2 novembre
« Pour vous, qu’est-ce qu’être Français aujourd’hui ? » A compter du 2 novembre 2009 et jusqu’au 28 février 2010, les « forces vives de la nation » sont appelées à venir débattre dans leurs préfectures et sous-préfectures de l’identité nationale.

« Pour vous, qu’est-ce qu’être Français aujourd’hui ? » A compter du 2 novembre 2009 et jusqu’au 28 février 2010, les « forces vives de la nation » sont appelées à venir débattre dans leurs préfectures et sous-préfectures de l’identité nationale.

Dimanche 25 octobre, à l’occasion du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, Eric Besson, ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire a annoncé le lancement d’un « grand débat sur les valeurs de l’identité nationale ».

Sur la méthode, toutes les « forces vives de la nation » sont invitées à participer à des réunions-débats qui se dérouleront dans l’ensemble des préfectures et sous-préfectures du pays à compter du 2 novembre 2009 et jusqu’au 28 février 2010.  Ces réunions-débats seront animées localement par les parlementaires nationaux et européens ainsi que par le corps préfectoral.

Sur le fond,  plusieurs questions et propositions d’actions seront soumises, toutes susceptibles d’être « amendées et complétées ».

Une question portera sur l’identité nationale : « Pour vous, qu’est-ce qu’être Français aujourd’hui ? ». L’occasion de redéfinir la notion de Nation, la volonté de vivre ensemble, de débattre de la place des symboles et emblèmes nationaux…

Deux autres questions porteront sur l’apport de l’immigration à l’identité nationale : « Comment mieux faire partager les valeurs de l’identité nationale auprès des ressortissants étrangers qui entrent et séjournent sur le territoire national ? » ; « Comment mieux faire partager les valeurs de l’identité nationale auprès des ressortissants étrangers qui accèdent ensuite à notre communauté nationale ? » Sera notamment évoquée la mise en place d’un contrat d’intégration républicaine pour les étrangers entrant et séjournant sur notre territoire. Ou encore d’un « contrat avec la nation » (connaissance des valeurs de la République, cérémonie plus solennelle,  etc).

Fin janvier-début février, un grand colloque donnera lieu à une synthèse.

Ce débat s’appuiera également sur le rapport du Haut Conseil à l’Intégration d’avril 2009 « Faire connaître les valeurs de la République » ainsi que sur le rapport parlementaire de mai 2009 sur le « respect des symboles de la République ».

En savoir plus sur le rapport parlementaire

En  savoir plus sur le rapport du Haut Conseil à l’Intégration

L'interview d'Eric Besson

« Un débat quoi dérange » , Direct Matin, page 8, vendredi 30 octobre 2009

« La gauche entre dans le débat à reculons », Le Figaro, vendredi 30 octobre 2009

Dominique Paillé : « promouvoir notre identité nationale »
Lors du point presse du lundi 26 octobre 2009, Dominique Paillé, porte-parole adjoint du Mouvement Populaire, s’est « réjoui de cette initiative. Il est d’une nécessité évidente de traiter de ces questions à un moment où les valeurs de la république sont mises à mal ».  Lire la suite
Toujours lundi, Dominique Paillé a réagi aux propos du coordinateur national du PCF, Pierre Laurent, estimant que ce débat constituait, selon lui, « le retour au pétainisme nauséabond ». Le débat républicain que lance Eric Besson est fait pour « promouvoir notre identité nationale fondée sur des valeurs républicaines et des principes démocratiques partagés qui se situent aux antipodes de ceux auxquels se référaient, de sinistre mémoire, l’Etat français de 1940 ».  Lire la suite

Pour sa part, Frédéric Lefebvre, porte-parole du Mouvement Populaire, note qu’à travers ce débat « il ne s’agit pas de construire notre identité par opposition à celle des étrangers mais de se mettre d’accord sur un socle commun ».  Lire la suite

Nicolas Sarkozy : « le mot "terre" a une signification française »
« Le mot "terre" a une signification française et j'ai été élu pour défendre l'identité nationale française. Ces mots ne me font pas peur, je les revendique ».  Lors de son déplacement à Poligny(Jura), mardi, Nicolas Sarkozy n’a pas manqué l’occasion de revenir sur la polémique naissante autour du grand débat sur l’identité nationale lancé par le ministre Eric Besson. «Rappelant que la France « a un lien charnel avec son agriculture, j’ose le mot : avec sa terre », le Président de la République a souligné que la France « a une identité particulière qui n’est pas au-dessus des autres mais qui est la sienne et je ne comprends pas qu’on puisse hésiter à prononcer ces mots « identité nationale française ». Ils ne sont agressifs envers personne. Ils sont simplement l’expression du devoir que nous devons aux générations qui nous ont précédés et qui ont fait, au prix de leurs vies et de leur sang ce que la France est devenue. Eh bien, la terre fait partie de cette identité nationale française ».

Lire le discours du Président de la République

Xavier Bertrand :  « savoir précisément qui nous sommes au XXIe siècle, où nous allons, ça fait partie des références indispensables »
Secrétaire Général du Mouvement Populaire, Xavier Bertrand a réagi également, mardi, aux critiques de la gauche. « Ce débat sur l’identité nationale n’est pas un débat partisan. Savoir précisément qui nous sommes au XXIe siècle, où nous allons, ça fait partie des références indispensables". Xavier Bertrand ar appelé  que ce débat était  «  présent dans la société française depuis 2007. Nicolas Sarkozy s'était engagé. Ceux qui sont gênés par ce débat sont certainement ceux qui n'ont pas grand chose à dire sur la question »,a-t-il commenté. Il en a profité pour rappeler que « notre famille politique avait des valeurs très fortes, valeurs que partagent les Français. Le Mouvement populaire a des choses à dire sur cette question, des propositions fortes à apporter parce qu'une chose est sûre: dans ce monde du XXIe siècle, il faut des valeurs, il faut des racines, il faut des références",

Publié dans Presidentielles 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gele 10/11/2009 11:49



         Stopper l'émigration ! et vérité sur les immigrés !



Immigration "choisie", le terme est sujet à des critiques. Les gauches poussent par avance des cris d'horreur. Après les crimes du colonialisme voilà que le pillage
des élites est programmé. La réalité est très différente. Actuellement, nous exportons nos bacs plus cinq et nous importons des populations pauvres qui fuient la misère, les dictatures.


   


Ces populations démunies sont à la charge des contribuables français, souvent exploitées par des employeurs esclavagistes ou des réseaux mafieux. Avec nos chômeurs,
les 180 000 jeunes qui sortent du système scolaire sans diplôme ni formation, le réservoir pour des postes de travail peu qualifiés est suffisant pour les entreprises
françaises,  cela après une formation de terrain bien sûr.


 


Plus de 2.100 000 français vivent et travaillent dans le monde après avoir été formés aux frais de la collectivité. Ils font le bonheur des pays d'accueil par leurs
talents, leur création de richesse, leurs impôts. 



Par exemple : nos docteurs es sciences bac + 9  émigrent pour moitié faute d'emplois. Avec notre recherche étatique en quenouille et nos
universités du  19ème siècle,  tout ce beau monde quitte notre belle France pour faire "fortune" sous des cieux fiscalement plus cléments, plus respectueux des
libertés, plus admiratifs des succès que la liberté d'entreprendre permet.



Après les très riches, créateurs d'entreprises, artistes, sportifs chassés par ISF,  suivent  nos professionnels,
artisans, boulangers, cuisiniers, infirmiers, etc. De futurs entrepreneurs dégoûtés, poussés à l'expatriation  par des contraintes financières, administratives, fiscales,
morales………



L'émigration des forces vives françaises, c'est un sujet tabou ! Quant aux polémiques politiciennes sur les immigrés, c'est de l'hypocrisie, droite et gauche savent
que nous n'avons pas les moyens d'accueillir dignement ceux qui aspirent à l'eldorado européen !



Faire des  problèmes des flux migratoires un enjeu majeur pour la France est un faux débat. L'important, c'est la situation réelle de l'économie
française, notre marché du travail atone! Nos entreprises non compétitives. Avec des réformes indispensables qui tarde à venir. Accepter l'économie de marché avec ses aléas, renoncer à
nos  illusions, nos utopies, pour affronter le monde tel qu'il est et non pas comme on voudrait qu'il soit.