Du très bon Fillon !

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

 

Cet après-midi lors de la séance des questions d’actualité, le Président du Groupe Socialiste a utilisé une méthode résolument australienne. Il a destiné au Gouvernement et à sa majorité un boomerang qui voulait faire le catalogue des promesses non tenues du Président Sarkozy. Dans son intervention, il s’est avec une totale irresponsabilité bien gardé de mentionner la difficulté majeure et inattendue que représentait la crise financière et économique mondiale. Il a, comme le suppose ce type d’instrument, reçu le boomerang en pleine figure. D’abord, le Premier Ministre qui a utilisé son privilège de dépasser le temps de parole, a longuement et fortement développé les objectifs politiques du Gouvernement, maintenus malgré la crise, et les résultats qui placent la France parmi les pays européens qui obtiennent les meilleurs indices notamment en matière de croissance. Il lui a été facile de comparer cet effort relativement couronné de succès avec les pitoyables naufrages de la gauche au pouvoir par temps calme. La catastrophe de 81 à 83 marquée d’abord par une politique à contre courant puis par un revirement démentant toutes les promesses du Président Mitterrand demeure la marque de fabrique de la gauche française. Le Gouvernement actuel soutenu par sa majorité gère la crise alors que la gauche l’avait créée. À la fin de l’intervention du Premier Ministre, tous les députés de la majorité se sont levés et l’ont applaudi longuement. Après son discours lors de la réunion du Groupe UMP d’hier qui lui avait permis de remettre les pendules à l’heure notamment celles de Rama YADE, François FILLON donne de plus en plus l’impression d’être l’élément solide et la majorité l’en a remercié. Revenant à l’essentiel, c’est-à-dire à la lutte pour la croissance et pour l’emploi, le Premier Ministre tournait la page des sujets secondaires et des erreurs de casting. Il reste à remercier Monsieur AYRAULT pour le service rendu… avec talent ! 

 

Publié dans Actualités nationales

Commenter cet article