Démocratie, un produit exportable ??? par JL Chavoillon

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

« Le travail est au cœur des valeurs qui nous rassemble »

 

La Lettre de l’A.P.Ré

 

Les Réformateurs Toulousains

Par Jean-Louis CHAVOILLON

 

 

 

JLC2222.JPG 

 

Démocratie, un produit exportable ???

Le départ du Président tunisien Ben Ali Tunisie a été à l’origine de rassemblements de joie en Europe et plus particulièrement en France tout en attendant les mêmes rassemblements de solidarité face au massacre des chrétiens d’Orient.

Mais que ferait-on au nom d’une juste Liberté revendiquée ? La « révolution de Jasmin » à remis en avant l’idée que là où la liberté s’impose, le reste doit s’effacer. Peu importe si l’image du pays est celle d’une semi- guerre civile.

S’efface aussi simultanément le bilan d’un « chef d’Etat » qui avait fait de la Tunisie, un pays tournée vers le « progrès », une destination touristique prisée, prodiguant la scolarisation massive de la jeunesse, évité aux femmes le port du voile islamique et permis le développement économique et sanitaire du pays.

Personne n’évoque le sujet tabou : la montée de l’islamisme. Pour conjurer le sort, fidèle à notre naïveté tournée vers notre concept de démocratie, tel un produit exportable, ce sont les leaders du Parti communiste tunisien que l'on invite à s’exprimer sur nos ondes, comme pour conjurer par le simulacre cette menace bien réelle.

On se croirait faire un retour dans le passé avec l’Iran, lorsqu’au renversement du régime du Shah, on annonçait le début du processus démocratique présumé durable.

Après la Tunisie, c’est au tour de l’Egypte, avec en ligne de mire la fin du régime du « pharaon » MOUBARAK. Vive la liberté et vive la vérité même si elle n’est pas toujours facile à attendre

L’élite constituée prête à prendre la relève dans le cadre d’un renouveau naturellement démocratique, formée par les penseurs des plus grandes universités de l’Islam, saura sûrement imposer à leur pays respectif la déclaration universelle des droits de l’Homme chère à nos yeux.

Ceci nous conduit à nous interroger sérieusement sur la politique étrangère conduite depuis des années par nos gouvernants et sur la « realpolitik » pratiquée au nom d’une « certaine idée de la France » qui fit qu’elle eut, un temps, notre Histoire.

Une déclaration parmi tant d’autres : Ségolène Royal a déclaré :

« Il ne faut pas voler au peuple tunisien cette victoire, et en tous cas, si je puis être utile, le moment venu, bien sûr que je serai au côté du peuple tunisien y compris pour une présence lors de l'organisation de ces élections s'il y a besoin de caution, de garantie ».

Quant on connait le déroulement des élections internes du PS où Ségolène ROYALE s’est vu écartée « démocratiquement » de la direction du parti, on n’est pas sûr que le peuple tunisien apprécie cette déclaration « d’espérance »l.

Notons aussi le message que la France a adressé au Maghreb et à l’Afrique en refusant l’hospitalité à celles et ceux devant lesquels elle déroulait hier le tapis rouge pour signer des contrats. Hypocrisie ou « REALPOLITIK » ?

Enfin ! Dernière vérité des chiffres : On aura appris qu’entre 600.000 et 1 million de Tunisiens vivent en France, tout en sachant que la Tunisie n’est pas le pays dont l’immigration est la plus importante dans notre beau pays.

Le peuple tunisien est libre désormais de choisir sa voie.

Restons prudent : l’Egypte va bientôt rejoindre le camp des démocrates.

Soyons optimiste : l’Iran devrait suivre prochainement

Publié dans Actualités nationales

Commenter cet article