CPNT : la gestion de la region Poitou Cahrente

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

CPNT

Thierry JoulinUne communication de Thierry JOULIN, Conseiller régional CPNT de Poitou-Charentes, Délégué CPNT Charente Maritime et membre du Bureau national de CPNT sur la façon dont se passent les choses au sein du Conseil Régional de Poitou-Charentes et ce, au travers de l'exemple de la gestion de l'après-tempête Xynthia.
Ambiance, ambiance, au pays de Ségolène Royal où l'autocratisme le dispute à la pensée unique !

Qu'elle est belle ma Région Poitou-Charentes ! Ou plus exactement qu'elle serait belle ma Région si nous n'avions pas une Présidente de Région dont l'ego mais aussi l'égoïsme demeurent incommensurables.


La pensée unique et uniquement la pensée unique est à l'ordre du jour, c'est à dire "faites ce que je dis mais ne vous occupez pas de ce que je fais" !!


Et puis un jour d'hiver 2010, la Charente-Maritime est frappée de plein fouet par Xynthia, c'est pour notre façade atlantique l'apocalypse ; pas une digue n'a résisté à l'ampleur de cette violence, 40.000 hectares de terres agricoles submergées, la moitié des carrelets de pêche détruits, des maisons saccagées, des établissements ostréicoles et mytilicoles laminés.


Un seul remède à ce terrible fléau qui non seulement a détruit mais aussi, ne l'oublions pas, qui a également tué car l'homme est démuni, impuissant devant un tel phénomène !


Cette solution, bien évidemment, c'est la réfection, le renforcement, la remise en état des digues. Il n'y a pas d'autres solutions que d'apporter rapidement un soutien aux communes touchées pour reconstruire ces protections que sont les digues. Mais pour cela il faut de l'argent, beaucoup d'argent et c'est là tout le rôle des collectivités territoriales.


Le Conseil Général présidé par Dominique Bussereau a pris acte, dans l'heure qui a suivi ce drame, de l'ampleur, de la gravité de la situation et a fait débloqué aussitôt des subventions par millions d'euros pour reconstruire immédiatement et dans l'urgence les digues qui présentaient le plus de vulnérabilité.


Je signale en effet que la compétence "digue" n'est dévolue légalement à aucune autorité, à aucune collectivité et c'est celle qui peut, qui prend cette compétence. C'est pourquoi l'Europe, l'Etat, le Conseil Général, le Conseil Régional, voire même une quelconque collectivité territoriale peut financer une remise en état. Ce n'est tout simplement qu'une question de volonté, mais aussi bien évidemment une question de responsabilité devant les citoyens que l'on représente.


D'ailleurs, j'en veux pour preuve que la Vendée, durement touchée elle aussi par Xynthia, a créé un partenariat avec la Région des Pays de Loire et que cela fonctionne parfaitement bien. Ceci signifie très simplement que quand on veut, on peut mais surtout que c'est possible, contrairement à ce que la présidente du Conseil régional de Poitou-Charentes voudrait bien nous faire croire...

 

J'ai donc, en ma qualité de conseiller régional CPNT, demandé lors de commissions had hoc que la Région crée ce partenariat avec le département afin de parer au plus pressé, ce que le département lui-même réclamait sachant que, financièrement, la facture serait colossale et que l'Etat ne pourrait pas intervenir directement et surtout rapidement.
Soutenu par mes collègues du groupe Majorité Présidentielle dont fait partie CPNT, cette demande a été acceptée et validée par les Présidents de commission qui, je le précise au passage, sont pourtant soit Vert "dur", soit Vert "tendre" mais de toute façon écolos jusqu'au bout des ongles.


Malheureusement, et on ne peut que le déplorer, au sein de la région Poitou-Charentes, ce ne sont pas les Présidents de commission qui décident, ni même la Majorité mais exclusivement et seule "Madame la Présidente" de région. Résultat:  cette demande légitime, faite pour le bien des populations durement touchées par Xynthia, pourtant acceptée et ô combien neutre sur le plan politique, est donc restée "au placard" !!!


Il faut reconnaître, et surtout préciser pour bien comprendre la situation, que la Présidente de gauche a pour habitude de ne travailler qu'avec ses élus de gauche (et encore... pas tous !!!) mais très difficilement avec ceux de droite, arc-boutée qu'elle est sur son clivage politique qui prend le pas sur l'intérêt général régional.


Aussi, créer comme je le proposais un partenariat avec le Conseil Général de Charente-Maritime, présidé en outre par Dominique Bussereau, ministre de la majorité Présidentielle, pensez donc ! C'est, pour elle, inconcevable !


Car aux dires de notre Royale Présidente, mettant en avant toute sa bravitude, ce domaine étant selon sa propre analyse exclusivement réservé à l'Etat et par conséquent, la région ne mettra donc pas un centime dans ce dossier car l'Etat n'a qu'à prendre ses responsabilités et se débrouiller !


On voit là l'immense grandeur politique de cette dame qui vient personnellement distribuer des chèques de 500 euros aux personnes en difficulté du fait de cette tempête Xynthia alors que, je le rappelle, nous étions alors en pleine en campagne électorale régionale (il faut bien soigner son image...). Il y a pourtant des structures chargées de cela mais ayant le "défaut", il faut bien l'avouer, d'être plus anonyme et mettant moins en valeur Mme Royal. Alors imaginez : apporter quelques millions d'euros pour un partenariat avec le département dirigé par la Majorité Présidentielle, cela reste peu médiatique, moins hégémonique et n'a donc aucun intérêt pour madame la présidente et ce, malgré les difficultés des habitants... Quelle "importance" ?!


Devant l'attitude nauséabonde désormais régulièrement employée à l'égard de l'opposition par cette dame, je tenais tout simplement à dénoncer ces comportements bien peu démocratiques où le respect n'existe absolument pas et où l'ambiance est féodale.


Il nous est, en effet, impossible de présenter un quelconque dossier ou même d'émettre une simple idée : le simple fait qu'il ou qu'elle émane de l'opposition suffit à l'éliminer d'office, sans débat. Aucune de nos remarques n'a, à ce jour, été prise en compte et retenue, c'est dire !


Alors de là à penser qu'elle aurait pu être Présidente de la République française, je laisse à chacun le soin d'imaginer ce que serait, aujourd'hui, notre beau pays et les méthodes qui y seraient en vigueur et ce, sans même parler de ses lubies proécologie extrême !!!

Publié dans Régionnales 2010

Commenter cet article