Copenhague : Le monde est fou mais gardons l’Espoir ! par Jean-Louis Chavoillon

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

« Le travail est au cœur des valeurs qui nous rassemble »
La Lettre de l’A.P.Ré
Les Réformateurs Toulousains
Par Jean-Louis CHAVOILLON

JLC2222.JPG

Le monde est fou mais gardons l’Espoir ! 

En écrivant cette nouvelle lettre de l’A.P.Ré,  c’est la première réflexion qui me vient à l’esprit. 

Arrivé presque au terme du sommet de Copenhague, la Conférence vitale pour l’avenir de notre planète est annoncée comme un échec.    
 
Tous s’accordent pour dire que l’arrivée des dirigeants du monde entier, est le dernier espoir pour éviter un échec total et pour refuser d’accepter un réchauffement planétaire qui serait catastrophique. On parle d’une simple déclaration d’intention. Sans faire de la science fiction cinématographique, la fin du monde serait t’elle vraiment en 2012 ?
 

Je ne peux répondre à  cette question  mais nous assistons au triomphe de l’égoïsme et à la prise du pouvoir des pays qui ne sont plus émergents. C’est le spectacle du chacun pour soi, de la confrontation entre les vieilles nations ou groupe de nations et les puissances montantes telles que la Chine, l’Inde ou le Brésil qui refusent de freiner leur développement et qui préfèrent sacrifier les générations futures. 

Le monde est fou pourtant il convient de garder l’espoir en refusant la fatalité, en nous mobilisant et en croyant, j’ose le dire, sur l’esprit de responsabilité que doivent avoir nos dirigeants. 

Diverse personnalités commencent à parler dont le prix Nobel de la paix Desmond TUTI déclarant que : 

“Nous avons marché à Berlin et fait tombé le mur. 
"Nous avons marché en Afrique du Sud et fait tombé l'apartheid. 
"Nous avons marché à Copenhague -- et nous ALLONS obtenir un Vrai Accord ”  
 

Même si COPENHAGUE est un échec ou un demi échec, lorsque les plus hautes personnalités affirment ce genre de propos, nous pouvons espérer qu’il y aura un « après COPENHAGUE » et que certains pays se regrouperont pour faire pression auprès des mauvais élèves. 

Le monde est fou ! 

Fermez les yeux, vous êtes dans un superbe bureau proche de WALL-STREET. D’un coup, votre Président de multinationale et votre directeur général déclarent solennellement: « La crise financière n’est plus qu’un mauvais souvenir ; et dire que j’ai pensé me remettre en question ». 

Une nouvelle bulle spéculative est en train de se créer mais ce n’est plus l’actualité du moment. Une injection massive de liquidités dans l’économie mondiale a entrainé la reproduction d’un scenario que tout le monde commence à connaître : record de l’once d’or, cours des actions à la hausse, un baril qui remonte, des pays qui renouent timidement avec la croissance comme les USA, l’Allemagne et la France. Face à cela, le chômage continue d’augmenter, la consommation européenne s’inscrit à la baisse, le dollar s’effondre, les capitaux vont vers des économies « dynamiques » à l’image de celle du Brésil entrainant une flambée de leur monnaie donc de leur compétitivité. 

C’est le règne de la spéculation et de l’argent roi sans pour autant reposer sur la création de richesse, pervertissant ainsi le capitalisme comme le stalinisme a perverti le  communisme et l’idéal du genre humain qu’il défendait. 

Le monde est fou pourtant il convient de garder l’espoir. Nicolas SARKOZY, au plus fort de la crise a donné le ton. Il est temps, sans pour autant rentrer dans la nostalgie du gaullisme en proposant l’étalon or comme monnaie internationale, que le monde se dote d’un outil de paiement international. Le dollar ne peut plus prétendre jouer ce rôle. 

Le monde est fou ! 

  • Avec un Etat hyper endetté. Nous vivons au dessus de nos moyens et François FILLON l’a déjà affirmé en son temps avant de rectifier le tir par la suite.
  • Avec l’apparition de maladies nouvelles comme la grippe A : c’est la course à la « piquouse » dans une pagaille totale au nom du principe de précaution. Bernard DEBRE a d’ailleurs affirmé regretter « que la France qui ne représente qu’1% de la population mondiale, ait acheté 10% des réserves de vaccin disponibles dans le monde »
  • Avec le détournement du débat sur la réforme de la taxe professionnelle par la socialistes alors que tout le monde s’accorde à dire  qu’il est un impôt injuste et pénalisant l’outil de production
  • Avec le débat sur la réforme des collectivités locales. Certains politiques font de la résistance, au nom d’un certain intérêt général. Pourtant il temps de supprimer un échelon administratif, de proposer le mandat unique, de procéder au regroupement de communes et de faire de la Région le véritable échelon capable de concurrencer les Lander  allemands ou les grandes régions espagnoles. S’il le faut le Président devra utiliser le référendum comme l’avait fait Charles de GAULLE pour l’élection du Président de la république au suffrage universel.
  • Avec un débat sur la « Burka ». certains affirment qu’il convient de respecter la liberté de chacun. Accepter cela, c’est ramener la femme au moyen âge au nom de la tolérance occidentale, gommant d’un trait de plume les années de combat que les femmes ont mené pour leur émancipation.
  • Avec les « resto du cœur », le secours populaire et autres associations qui battent de nouveaux records et qui prennent le relais d’un état défaillant en luttant pour procéder à un traitement de charité de la misère
  • Avec des agriculteurs désespérés qui ont vu leur revenu chuter de 34%. Si l’Homme ne peut plus vivre de son travail, ce dernier n’a pas plus de sens et c’est toute notre civilisation qui se meut à l’image du climat.

Au-delà de ce triste bilan, souhaitons que 2009 qui s’achève ne soit qu’une année de transition. 

La crise économique mondiale en cours doit être considérée comme un défi pour l'avenir et non pas seulement comme une situation d'urgence qui appelle des réponses rapides. Nous sommes au XXI siècle et le courage du Politique doit être de poser la bonne question :

Sommes-nous prêts à une révision en profondeur du modèle dominant de développement, en le corrigeant de manière concertée et en misant sur le long terme? 

En cette fin d’année, je profite de cette occasion, au nom de toute l’équipe de l’A.P.Ré, pour vous   souhaiter de très bonnes fêtes à tous et pour vous présenter à quelques jours de 2010 tous mes vœux. MONTESQUIEU l’humaniste,  disait que « pour faire de grandes choses, il ne faut pas être un si grand génie ; il ne faut pas être au dessus des hommes, il faut être avec eux ». Espérons que nos politiques connaissent cette citation et gardons foi en l’Avenir. 

 

Jean-Louis Chavoillon

Président de l'A.P.Ré.

 

En cette fin d’année, je profite de cette occasion, au nom de toute l’équipe de l’A.P.Ré, pour vous souhaiter de très bonnes fêtes à tous et pour vous présenter à quelques jours de 2010 tous mes vœux. MONTESQUIEU l’humaniste, disait que « pour faire de grandes choses, il ne faut pas être un si grand génie ; il ne faut pas être au dessus des hommes, il faut être avec eux ». Espérons que nos politiques connaissent cette citation et gardons foi en l’Avenir.

Publié dans Toulouse

Commenter cet article