communiqué de Brigitte Bareges sur l’inflation des dépenses de communication et des frais de réceptions du Conseil Regional

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

brigitte_bareges_1e_tarn_garonne_jpg.jpg
«Stop à l’inflation des dépenses de communication et des frais de réceptions!»

«Dans son numéro de février, le magazine Capital se livre à une intéressante étude sur les gaspillages locaux. Réalisée par une agence d’évaluation indépendante à partir des comptes de 2008, cette étude fait apparaître que Midi-Pyrénées se classe 9ème sur 22 pour les dépenses de communication et frais de réceptions. Ceux-ci s’élèvent à 7, 6 millions €, soit 2723 €/1000 habitants.
Au demeurant, le classement est encore plus mauvais pour la ville de Toulouse qui occupe la 10ème place dans le classement «dépenses communicationdes grandes villes» avec un budget de près de 6 millions d’€, soit 15047 €/1000 habitants.

Sur la forme, cette étude est d’autant plus intéressante que, jusqu’à présent, régnait une certaine opacité sur le montant des dépenses de communication réellement engagées par le Conseil régional de Midi-Pyrénées. Les budgets présentés année après année en séance publique aux conseillers régionaux sont effectivement assez flous sur ces questions.

Sur le fond, il est évident que consacrer 7, 6 millions € aux dépenses de communication et frais de réceptions est excessif. Je m’engage donc, si je suis élue présidente de Région, à les diminuer de manière significative.
Une maîtrise des dépenses de fonctionnement, tout particulièrement de communication, est une condition indispensable pour maîtriser la pression fiscale. Au contraire, rappelons que les impôts locaux en Midi-Pyrénées ont augmenté depuis 2004 de 30 %.» "

Publié dans Régionnales 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Florence Mazzoleni 06/02/2010 06:10


Légalement, il est interdit de faire exploser les budgets "com" juste avant les élections; il est donc logique de les faire exploser bien avant!
par ailleurs, tout le monde sait que la "com" est le moteur de la réelection.
L'ensemble de la fiscalité des collectivités locales est à revoir. Il est grand temps que nos administrations locales découvrent le sens des mots comme: économie, gestion, rigueur, contrôle des
dépenses, etc.
Combien de marchés se réalisent sans avenant alors qu'ils sont tous réalisés par des "spécialistes"!
moi aussi, j'aimerai bien voter en fin d'année le budget qui me sera nécéssaire pour l'année suivante!
Dans ma commune, avant les dernières élections municipales, les impôts avaient augmentés, en 2 mandats, de plus de 100%!
FM