CIRCULEZ IL N’Y A RIEN A VOIR !

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

C’est un peu en ces termes que l‘on peut résumer la réponse de la direction de la centrale de Golfech, aux habitants de la zone de l’usine nucléaire après que le retentissement de la  sirène   pendant plusieurs longues minutes.

MONTAUBAN - Un déclenchement intempestif de la sirène d'alerte de la centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne), lundi soir, a provoqué un vif émoi dans la population alentour, a-t-on appris mardi auprès du maire de ce petit bourg, Alexis Calafat, qui ne cache pas sa colère. 

Suite à ce  déclenchement c’est  un début d'affolement  des populations qui a été constaté.  Tout le monde est sorti pour voir ce qui se passait, ce qui est le contraire de ce que l'on doit faire en cas d'accident, et la question peut légitimement être posé :

 LES POPULATIONS RESIDANT DANS LES ZONES DE CENTRALES SONT-ELLES ASSEZ FORMEES ET INFORMEES.

Le maire, par ailleurs président de la commission locale d'information sur la centrale, a reçu un grand nombre d'appels de ses administrés.  Mais c’est directement à la centrale de GOLFECH que certains habitants ont tenté d’appeler, c’est même un journaliste résidant à Valence d’Agen qui en a fait les frais en premier. Les responsables  ont refusé de répondre, prétextant qu’il ne se passait rien, refusant même de s’expliquer sur ce qui se passait. Ils ont même été jusqu’à refuser d’admettre que la sirène provenait bien de cette centrale, un comble quand on connait l’inquiétude quotidiennes des habitants de cette région, surtout depuis la catastrophe de Fukushima.

AUVILLAR  commune placée en zone de sécurité n’entend pas les sirènes.

Surprenant aussi, suite à l’incident de Lundi soir, survenu dans la centrale de GOLFECH (sirènes déclenchées intempestivement), le Maire d’Auvillar, Monsieur  DELRIEU nous informe que dans sa commune personne n’a été inquiet car personne n’a entendu de sirène. Cette information qui pourrait paraître anodine et même drôle révèle les nombreuses failles existantes dans la protection des populations. Ne pas entendre les sirènes peut être reposant quand elles se déclenchent intempestivement, mais dans le cas contraire, qu’adviendrait-il ? Le maire apprenant cet incident 24 heures après se pose beaucoup de questions quant à la protection de ses administrés. Il serait légitime, pense-t-il que toutes les procédures de sécurité soient remises à plat et que l’ensemble des acteurs de cette zone soient réellement protégés. Il est aussi très important de noter que le maire d’Auvillar a affirmé au téléphone, le mardi 3 Mai à 16 heures, qu’il venait d’apprendre ce qui s’était passé le lundi soir. Quand on lit le communiqué de presse de la centrale affirmant avoir prévenu la préfecture et tous les maires des communes en zone de sécurité à 21 heures le lundi soir, on peut légitimement se poser des questions sur la qualité de leurs informations.

Quoi qu’il se dise, les mauvaises habitudes de désinformation laissent toujours se développer les doutes.

Nous somme dans la période anniversaire de Tchernobyl, nous sommes toujours en prise directe avec le Japon même si plus aucun média ne s’y intéresse, les habitants des zones concernées sont donc très réactifs en ce moment et ce n’est que légitime. Les mauvaises habitudes des responsables du nucléaire, au plus haut niveau nous ont tellement habitué à l’absence de transparence que nous ne pouvons pas empêcher certaines personnes, plus inquiètes que d’autres, ou plus militantes anti nucléaires, de refuser de prendre pour argent content cette erreur de sirènes. Certaines personne interrogées au téléphone se posent des questions, du style : « mais que cache ce déclenchement de sirène ? » ou bien «  Ils nous disent qu’il n’y a rien mais qui croire, la sirène ou les responsables de la centrale ? »

Sans se laisser aller à une suspicion paranoïaque, la peur peut faire douter de tout, les cadres de cette usine, dans un réflexe de protection ont refusé de donner une information transparente, ils ont même nié l’évidence. Cela suffit pour faire naître toute sorte de fantasmes et de peurs  irraisonnées. La seule possibilité que les choses soient sereines serait une communication vraie, transparente et honnête, on peut dire quand on voit un incident comme celui là que nous en sommes loin.

La seule communication officielle a été celle d’un membre de la direction de la centrale nucléaire. Il  a assuré qu'il n'y avait eu aucun défaut de fonctionnement de la centrale, ajoutant qu'une enquête était en cours pour déterminer la cause du déclenchement intempestif de la sirène pendant une dizaine de minutes vers 20 heures.

Phrase un peu sibylline, qui ne rassure personne maintien cette communication dans une opacité difficile a accepter, surtout de la part de ceux qui vivent en permanence sous la menace du risque nucléaire.

Enfin si la sirène est défectueuse, se déclenchera-t-elle le moment venu en cas de besoin, ou bien si elle fonctionne très bien ce que tend à dire l’EDF alors a-t-elle sonné à bon escient.

Toutes les centrales sont actuellement en cours d’évaluation, commençons pas les sirènes.

Depuis la catastrophe Japonaise, l’état Français, sous la pression des groupes anti nucléaire et des autres pays d’Europe a décidé d’évaluer toutes nos centrales. Peut être faudrait-il commencer par évaluer les fonctionnements des systèmes de sécurité, des zones protégées et de faire de vraies formations des populations. Lorsque l’usine d’AZF a explosé, nous avons entendu toutes les radios dire que les Toulousains devaient se confiner à cause du nuage éventuellement toxique, alors que dans un  rayon très large plus aucune fenêtre n’était debout. Là c’est encore pire, les populations les plus proches entendent la sirène et leur premier réflexe est d’aller voir dehors ce qui se passe. Et les villages les plus éloignés dans la zone à sécuriser n’entendent rien, il y a certainement quelque chose à faire dans ces domaines.

Patrick CRASNIER Pour l’APRé

Commenter cet article

Phil 18/05/2011 21:19



L'UMP nous empoisone c'est un peu limite. Bravo l'apre !!!


Beau coup d'eclat