Christian Vanneste : videosurveillance : Arrêtez, vous êtes filmés!

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

 

Le mois dernier, l’assassin présumé d’une joggeuse dont la mort avait ému le pays a pu être retrouvé rapidement parce que sa voiture avait été filmée par une caméra de vidéoprotection et ensuite localisée par un hélicoptère de la gendarmerie. En 1993, la Grande Bretagne avait elle aussi, été touchée par le meurtre d’un petit garçon de trois ans assassiné par deux garçons de 10 ans. Leur arrestation a été rendue possible car l’enlèvement avait été filmé par les caméras de vidéoprotection. La Grande-Bretagne est dotée aujourd’hui de 4, 5 millions de caméras, la France n’en possèderait que 20 000. Louis de BROISSIA, dans une question au Sénat, en 2007, rappelait que l’assassin d’Anne-Lorraine SCHMITT avait été confondu grâce à la vidéosurveillance du RER.

 

Le débat idéologique sur l’utilité de la vidéoprotection est aujourd’hui dépassé, puisque 78% des français y sont favorables. La vidéoprotection a en effet trois buts, elle dissuade ceux qui se savent surveillés, elle facilite la prévention en identifiant les personnes dont le comportement est dangereux, et elle permet enfin d’élucider les délits et les crimes. Partout où elle est installée, on a pu constater une baisse significative de la délinquance.

 

Monsieur le Premier Ministre a annoncé récemment le doublement du budget alloué à la vidéosurveillance, un triplement du nombre de caméras avait été annoncé au début de l’année 2009.

 

Dans ma circonscription, les communes ayant des caméras de videoprotection connaissent effectivement moins d’actes de délinquance et d’incivilités. Il faut encourager de telles mesures.

 

Publié dans Actualités nationales

Commenter cet article