La lettre de l'A.P.Ré.

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)


« Le travail est au cœur des valeurs qui nous rassemble »

La Lettre de l’A.P.Ré
                                                                 Les Réformateurs de l’UMP


                                                             Par Jean-Louis CHAVOILLON


L’heure du choix

Au cours de sa campagne, le candidat centriste n'a cessé de vanter l'exemple allemand où droite et gauche gouvernent ensemble.

Alors que la France a connu depuis trop longtemps un manque de courage politique et une cohabitation qui a paralysé cette nécessité de rupture avant le passé, recréer une cohabitation « à l’allemande » serait dangereux pour l’avenir de notre pays.

Pourquoi ?

La « grande coalition » à l'Allemande n'a pas été choisie par les électeurs

Ceux qui ont voté social-démocrate en Allemagne n'ont jamais souhaité cette alliance, pas davantage que ceux qui avaient voté CDU pour ne plus voir Schröder au pouvoir. Les peuples sont étrangers à cette alliance. Ses seuls responsables appartiennent aux appareils respectifs de la CDU et du SPD. La grande coalition procède d'un accord négocié au cours de longues nuits, au terme d'un marchandage de postes et d'attributions. Là où le président de l'UDF voit la volonté des peuples de dépasser le clivage droite-gauche, il n'y a, en réalité, qu'un traditionnel jeu de donnant-donnant entre deux partis rivaux pour sortir d'une impasse politique et institutionnelle. Le 14 février, le magazine Stern publiait d'ailleurs le verdict du peuple allemand : 57 % des sondés ne sont pas satisfaits du travail de leur gouvernement.

La « grande coalition » est incapable de gouverner sur le long terme

La Grande coalition se fissure de partout dès lors qu'il s'agit de faire des choix d'avenir. Citons simplement les incidents de ces dernières semaines :

·  le SPD (gauche) a été le premier à dégainer au milieu du mois de mars en se lançant dans une dénonciation unilatérale des plans américains de bouclier antimissile, provoquant la colère de leurs alliés de la CDU-CSU (droite) ;

·  Récidive du SPD quand, la semaine dernière, ceux-ci annoncent leur intention d'instituer un salaire minimum, ce à quoi la droite est opposée puisqu'en Allemagne les salaires sont négociés branche par branche par les syndicats et le patronat ;

·  Pendant le week-end pascal, le ministre CSU de l'économie a annoncé des baisses d'impôts et notamment de la fiscalité sur les entreprises, provoquant les protestations de la gauche du SPD ;

·  Le SPD commence à constituer une alliance avec les Verts et les Libéraux, semblant ainsi se préparer à faire exploser la grande coalition.


En prenant l'Allemagne comme exemple de la politique d'union nationale que le candidat du centre prétend incarner, celui-ci se tire une balle dans le pied et démontre tout simplement l'ineptie de ce modèle de gouvernement.

Il existe des différences réelles et profondes entre la droite et la gauche, qu'il est inutile de vouloir gommer : sur la politique fiscale, le temps de travail, la gestion de l'immigration ou la politique de sécurité, la droite et la gauche proposent deux lectures de la société différentes. Leurs projets sont incompatibles, et c'est d'ailleurs pour que chaque citoyen puisse choisir entre ces deux visions que les élections ont été inventées ! C’est le propre de tout pays démocratique.

Au nom de ce choix démocratique, l’A.P.Ré et les Réformateurs toulousains de l’UMP, appellent au vote utile et se prononce pour un choix clair afin de ne pas rater ce rendez-vous que la France attend depuis trop longtemps.

Ensemble, Il est temps de redonner l’Espoir.


JL CHAVOILLON

Président de l’A.P.Ré

Les Réformateurs Toulousains de l’UMP

Publié dans Dossiers

Commenter cet article

Delaire Jacques-Daniel 18/04/2007 10:22

Quand on ne sait plus où l\\\'on est, ni avec qui l\\\'on est, on est nulle part ou ailleurs...
La France et les français méritent à nouveau de redevenir la grande nation du temps où le général de Gaulle était à sa tête ! Il n\\\'y a plus à hésiter ou chercher des combines, l\\\'enjeu est capital, la rupture nécéssaire, pour l\\\'avenir de notre peuple et de nos enfants, il faut voter massivement Sarkosy dès le premier tour !
Jacques-daniel DELAIRE