André Santini explique à l'A.P.Ré. pourquoi il soutient Nicolas Sarkozy

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

Ma position d'homme libre

Au sein d'un parti qui se dit « libre », mon choix est celui d'un homme libre !

En décidant de soutenir Nicolas SARKOZY à l'élection présidentielle, je ne

soutiens pas un parti, mais un homme que je connais depuis plus de trente ans. Ma démarche n'est pas solitaire : beaucoup de militants et d'élus avec qui j'ai constitué le CDRS, veulent, comme moi, contribuer de manière constructive à la campagne présidentielle. Je ne renie en aucun cas l'UDF et ses valeurs.


Je suis de ceux qui, en 1978, ont contribué avec le PSD, aux côtés des clubs Perspectives et réalités, du Parti républicain, du Parti radical, du CDS, à la création de l'UDF et qui, 17 ans plus tard, au Congrès de Lyon, ont participé activement à la création de la Nouvelle UDF. Je suis celui qui a fait le meilleur score de l'UDF aux dernières élections régionales (590 000 voix). En ce sens, je crois avoir apporté plus à l'UDF que ce que l'UDF m'a apporté.


Je reste fidèle en amitié à François BAYROU mais ne partage pas sa stratégie politique, lorsqu'il double la gauche par la gauche. Comment concrètement, la mettre en ouvre au gouvernement ? Avec qui ? Avec quelle Majorité à l'Assemblée nationale ? Si la démarche de François BAYROU du « ni gauche - ni droite » est intellectuellement satisfaisante, je crains malheureusement qu'elle n'ait d'autre horizon que le premier tour. Elle nous divise, elle

divise celles et ceux qui nous ont toujours soutenus et suivis, en rassemblant un électorat hétéroclite et disparate qui ne saurait constituer une base solide pour l'avenir.


Raymond BARRE, lui-même, rappelait que « quand on appartient au Centre, il ne faut jamais rompre avec sa majorité. Si l'on refuse l'alliance, on prend le risque de l'isolement ».


Mon choix n'est pas opportuniste, la meilleure preuve étant que je prends cette décision alors que François BAYROU n'a jamais été aussi haut dans les sondages.


Mon choix est un choix de fidélité aux racines de la famille centriste qui m'a fait m'engager en politique et un choix de confiance dans un homme. Ce choix, c'est compter pour agir et non se compter pour séduire.


Mon choix est un choix de coeur, car Nicolas SARKOZY est un ami, mais surtout un choix de conviction.


L'essentiel est de battre la gauche et d'éviter un nouveau 21 avril. Nicolas SARKOZY est le plus à même d'y parvenir et d'entreprendre les réformes dont notre pays a tant besoin, voilà pourquoi j'estime qu'il faut un rassemblement autour de son nom dès le 1er tour. Je ne souhaite pas que la France soit à nouveau gouvernée par un Premier ministre socialiste comme le propose François BAYROU !


Pour connaître Nicolas SARKOZY depuis si longtemps, je sais qu'il est un homme bien, et déterminé à faire avancer la France dans le bon sens.


André SANTINI

Ancien ministre

Maire d'Issy les Moulineaux

Député des Hauts de Seine


 

Publié dans Dossiers

Commenter cet article