ET APRES! (Patrick Crasnier)

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

ET APRES!
 
Segolène Royal a été élue en interne au parti socialiste, nous avons été envahis depuis par les unes de journaux, de télévision, de radio, comme si l'élection interne d'un parti qui ne peut arriver à faire 15% au premier tour en 2002, était un résultat national.
 
Je dis non, ségolène Royal n'a pas encore été élue présidente de la république loin de là. Tout d'abord parce que l'appareil du parti, qui fonctionne avec des vieilles habitude staliniennes s'imposera dans la campagne. Non les éléphants ne sont pas mort, il n'est qu'a voir Jacques LANG rayonnant dans les interview. Elle n'est pas présidente non plus car la discipline de vote n'existe pas chez les militants socialistes, il n'est qu'a se rappeler les élection Européennes.
 
Enfin le parti socialiste, derrière Ségolène Royal aura bien du mal à se faire entendre des extrèmes révolutionnaires qui veulent encore argumenter avec des propos marxiste ou pier encore trotskiste.
 
De notre côté à l'UMP nous avons un candidat potentiel dont l'image est forte. Bien sur un débat interne existe, ses projets ne font pas l'unanimité, mais un débat est utile et je ne vois pas pourquoi les socialistes seraient des génies car ils débattent et que la droite serait en état de faiblesse du fait de ses débats. Il faudrait m'expliquer.
Pour terminer cette petite réflexion, j'ai entendu les socialiste dire en substance que le véritable combat commençait, que l'election de Ségolène Royal donnait le lancement "du combat contre la droite.
Cette manière archaique de faire de la politique, en travaillant sur le négatif et non pas sur le positif a généré un électorat qui ne vote pas pour mais qui vote contre.
Les militants qui œuvrent pour Nicolas Sarkozy n'ont pas cette mentalité, il ne travaillent pas contre quelqu'un mais pour la France. je propose donc à tous de réfléchir sur la force de l'argument que nous propose les socialistes, et dont nous pouvons faire un élément de communication.
 
                          Si Ségolène Royal combat avec son parti CONTRE LA DROITE, Nicolas Sarkozy se bat avec l'UMP POUR La FRANCE.

 
Patrick CRASNIER

Publié dans Dossiers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article