Toulouse : une ambition pour Francazal

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

 

Le 1er septembre dernier, la base aérienne militaire de Francazal a fermé, dans le cadre de la réorganisation drastique de notre armée de l’air. La question est posée : que vont devenir les 290 hectares, la piste d’envol et les vastes hangars (150 000 m2), auquel on peut ajouter les 50 hectares du terrain voisin « Ecopôle », soit 340 hectares ? A moins de 10 kilomètres du Capitole, il s’agit d’une opportunité foncière d’une rare ampleur ! Excepté le maire de Cugnaux, on entend peu les élus locaux majeurs s’exprimer sur ce sujet pourtant stratégique…


On pourrait, bien sûr, y projeter une immense zone d’habitat, mais la priorité de notre agglomération n’est-elle pas de créer de la richesse, ne serait-ce que pour financer des investissements et infrastructures utiles pour l’avenir ? C’est pourquoi, je propose que Francazal retrouve sa vocation d’origine, et soit transformée en plateforme industrielle dédiée à principalement à l’aéronautique civile.

De nombreuses activités y sont possibles :


- maintien du Groupement parachutiste et des avions de transport aéroporté qui y sont attachés (aujourd’hui les Transall, demain l’A400 M)


- développement de la maintenance d’hélicoptères civils et militaires


- transfert d’entreprises de maintenance aéronautique générale aujourd’hui à l’étroit à Blagnac et Colomiers


- transfert de l’aérodrome d’affaires « Blagnac 1 », dans le cadre d’un plan de développement de cette activité étrangement sous-dimensionnée ici


- transfert des écoles de pilotage des grandes écoles (ISAE, Sup Aéro) aujourd’hui très contraintes à Lasbordes


- développement du pôle météo toulousain, qui a besoin d’une piste


- et pourquoi pas l’organisation d’un meeting aérien annuel, spectacle populaire qui manque à Toulouse depuis plus de 10 ans ?


Bien sûr, ces idées sont des thèmes de réflexion, et celle-ci ne se veut ni achevée, ni systématique. Une telle plateforme ne pourrait que conforter le pôle aéronautique toulousain, créer des emplois et produire des revenus fiscaux importants pour les collectivités locales. Je suggère que ces revenus soient affectés au développement des projets de transport en commun, dont nous savons qu’ils auront besoin de forts financements au cours des 25 ans à venir. Voyons loin et soyons ambitieux ! Et que, sans tarder, la Communauté urbaine du Grand Toulouse se rende propriétaire du terrain en négociant avec l’Etat !


Jean-Luc MOUDENC

Maire de Toulouse de 2004 à 2008

Publié dans Municipales 2014

Commenter cet article

Delaire 09/10/2009 09:04



09/10/2009



Affaire Guissé : "Démentiel" affirme Eric
Deroo, l'auteur de "la Force noire"




L'historien et réalisateur Eric Deroo, spécialiste reconnu des troupes coloniales et auteur de "la Force noire", réagit à l'affaire Guissé, ce jeune para à qui la Justice
conteste la nationalité française.


"Sur le plan symbolique, cette affaire est démentielle, inacceptable. Alors que, ces dernières années, la Défense s'est beaucoup mobilisé autour de la mémoire des soldats coloniaux, quel
message est envoyé au travers de cet épisode ? Aux jeunes issus de l'immigration, on fait comprendre que, même sous l'uniforme, ils peuvent être mis dehors !  En terme de
communication, c'est une grave erreur".


"L'affaire ne sera pas non plus sans retentissement en Afrique francophone, où l'on suit de près ce qui se passe en France. Que répondrons-nous demain aux gens qui nous diront que, non
seulement nous avons tardés à verser les pensions des anciens combattants, mais que l'on va jusqu'à contester la nationalité française à des jeunes qui servent dans notre armée ? Cela tombe
d'autant plus mal que 2010 sera l'année d'un double anniversaire : les cinquante ans de l'indépendance des Etats africains et les soixante-dix ans du ralliement de l'Afrique équatoriale
française à de Gaulle, dès 1940. Le président de la république entend marquer cet évènement en invitant des délégations de ces pays au prochain 14 juillet."


"Au plan juridique, cette affaire réveille la veille crainte de l'administration française quant aux Africains qui pourraient prétendre, plus ou moins, à la nationalité française, du fait
du passé colonial. Cela concerne sans doute plusieurs centaines de milliers de personnes en Afrique noire".

Vouloir maintenir des parachutistes oui, mais à condition de les respecter, ce que ne fait pas ce gouvernement et on peut se demander ce que font Hervé Morin et Michèle Alliot-Marie
pour les militaires concernés ! Parfois, j'ai honte d'être français
Un ancien officier TAP






Gold31 06/10/2009 22:28



Le maire de Toulouse Pierre Cohen
parraine personnellement une famille de sans-papiers ( par Gold31 )



Gold31 06/10/2009 20:02



Le PS de Pierre Cohen à Toulouse : Après
l’occitan…l’éloge du Kif ! (par gold31)



Gold31 03/10/2009 12:27



Le maire
socialiste Pierre Cohen fait du métro toulousain …la risée de la France entière ( par Gold31 )