Airbus/ Boeing: Réaction des députés européens à la décision de l'OMC - Christine de Veyrac et Tokia Saïfi

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

Airbus/ Boeing: Réaction des députés européens à la décision de l'OMC - Christine de Veyrac et Tokia Saïfi

Les députés européens Tokia Saïfi et Christine de Veyrac ont pris connaissance du rapport intermédiaire de l'Organisation Mondiale du Commerce sur le conflit commercial entre Boeing et Airbus publié vendredi dernier.

Le différend qui oppose les deux constructeurs aéronautiques porte sur les conditions dans lesquelles ces entreprises auraient reçu des aides d'Etat pouvant fausser la concurrence.

 

Boeing reproche notamment à Airbus des avances remboursables qu'elle juge illégales et contraires aux règles du commerce international.

 

Ce pré-rapport de l'OMC n'aurait pas condamné le principe des aides remboursables permettant  à Airbus de faire financer partiellement le coût de lancement d'un nouveau modèle d'aéronef par les Etats européens.

L'élue toulousaine Christine de Veyrac, soutenue par sa collègue de la commission du commerce international Tokia Saïfi se sont félicitées de cette décision favorable à l'avionneur européen.

 

Elles ont déclaré : "Le rapport intermédiaire de l'OMC est d'autant plus favorable à Airbus qu'il l'autorise explicitement à recevoir des prêts pour le financement de son nouvel avion l'A350 XWB. Nous attendons avec intérêt le deuxième volet du rapport de l'OMC faisant état de la plainte lancée par l'Union européenne contre les Etats-Unis qui devrait être publiée début 2010."

 

Cette réaction traduit l'engagement fort des élus européens pour soutenir le constructeur aéronautique européen, déjà illustré par une résolution du Parlement européen en 2008.

Publié dans Dossiers

Commenter cet article

JEAN DU TERROIR 23/09/2009 11:02


Nous n'en attendions pas moins des eurodéputés en question sur un sujet aussi sensible où la Commission de Bruxelles a souvent tendance à s'aligner sur les positions de l'OMC quant à la
condamnation des "aides publiques" à nos industries stratégiques.

Car nos "partenaires" indiens ou chinois ne seraient pas contre l'idée de racheter..