Un livre ranime la menace de divisions au sein du PS

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

Reuters
  • Le Parti socialiste renoue avec ses divisions, cette fois à propos de la taxe carbone, et voit se rouvrir le débat sur l'élection de son premier secrétaire qui aurait été entachée de fraudes en novembre 2008.

L'ancienne candidate à la présidentielle, Ségolène Royal, et Martine Aubry semblaient fait la paix lors de l'université d'été du PS à La Rochelle, mais la proposition du gouvernement d'une taxe pour limiter la consommation des énergies fossiles illustre à nouveau leurs divergences.

 

La présidente de la région Poitou-Charentes estime que cette taxe constituerait un impôt insupportable et injuste tandis que la patronne des socialistes se dit favorable à une fiscalité écologique, même si elle s'oppose à la manière dont cette proposition est présentée par le gouvernement.

 

Invitée par Nicolas Sarkozy à l'Elysée pour discuter de cette question, Martine Aubry a indiqué mercredi qu'il n'y avait qu'une seule position du PS, qui a été adoptée début juillet et "réitérée à La Rochelle et lors d'un bureau national il y a trois semaines à l'unanimité moins une voix".

 

La ligne de fracture au sein du parti s'est élargie avec la publication mardi de quelques feuilles d'un livre, "Hold-uPS, arnaques et trahisons", affirmant que Martine Aubry a été élue à la tête du PS à l'automne dernier grâce à de vastes fraudes.

 

Les journalistes Karim Rissoulu et Antonin André disent disposer des preuves d'un bourrage des urnes lors du scrutin, remporté de justesse par la maire de Lille après l'intervention d'une commission interne au PS.

Ségolène Royal, qui avait été battue de 102 voix, s'est émue de ces révélations.

 

"J'ai ressenti un choc en pensant aux dizaines de milliers de militants qui se sont faits voler leur vote. On savait que ça avait triché, mais pas avec cette ampleur et pas avec ce système d'organisation", a-t-elle déclaré mercredi sur France 2.

 

"Je n'ai pas encore lu la totalité du livre, je vais le faire avec mon équipe et ensuite je ferai une déclaration solennelle dans quelques jours", a-t-elle précisé. "Je vous dirai en responsabilité ce que nous comptons faire".

 

LIVRE "MALVEILLANT"

 

Interrogée à sa sortie de l'Elysée, Martine Aubry a reconnu avoir entendu parler du livre.

 

"Il semblerait qu'il soit malveillant avec tous les socialistes", a-t-elle déclaré. "Je crois que les Français ont besoin de tous les socialistes aujourd'hui, et moi, j'essaie de faire de la politique à un bon niveau."

 

Le porte-parole du PS, Benoît Hamon, a estimé sur TV5 Monde que l'ouvrage, qui doit être publié prochainement, constituait "un livre mal informé qui s'arrange avec les témoignages des uns et des autres pour construire un récit à charge contre le PS".

 

Il juge que Ségolène Royal a "tort de poursuivre dans des combats qui ressassent le passé", rappelant qu'il y a eu un "verdict" rendu par la commission chargée du décompte des voix.

 

Pour sa part, Jean-Luc Mélenchon, transfuge du PS et fondateur du Parti de gauche, a fait valoir que la triche n'était pas un phénomène inhabituel au PS.

 

L'ancien ministre de Lionel Jospin raconte qu'il avait été victime d'une telle pratique lorsqu'il fut candidat face à François Hollande après le congrès de Brest en 1997 et lors du congrès du Mans en 2005 après le "non" au référendum sur le Traité constitutionnel européen.

 

Interrogé sur RTL, l'ancien Premier ministre socialiste Laurent Fabius a déclaré qu'il n'y avait pas à sa connaissance "d'élément probant" prouvant une fraude en novembre dernier.

 

Dans un sondage Ifop pour Le Journal du Dimanche, 55% des Français se disent "plutôt satisfaits" de sa gestion du PS, 40% d'entre eux se déclarant "plutôt mécontents".

 

Elizabeth Pineau et Pierre Sérisier, avec Yann Le Guernigou, édité par Gilles Trequesser

source : yahoo ! actualités

Publié dans Dossiers

Commenter cet article

Yahoo 10/09/2009 12:50

Le leader d'Europe-Ecologie Daniel Cohn-Bendit a estimé que "tout le monde a triché" au Parti socialiste lors de l'élection de la première secrétaire mais "visiblement le camp Aubry a un peu mieux triché que le camp Royal". "Ca me rappelle le Tour de France (...) Ils sont tous dopés, seulement y en a un qui est un peu mieux dopé ou un peu moins bien dopé", a ironisé M. Cohn-Bendit sur i-Télé, interrogé sur les accusations de fraude lors de l'élection de Martine Aubry, portées dans un livre. "Tout le monde a triché, tout le monde le sait" parce que "la triche fait partie depuis des années de la culture politique dans certains départements, dans certaines régions du Parti socialiste. Ca c'est l'héritage socialiste du Parti communiste", a-t-il expliqué. "Visiblement, le camp Aubry a un peu mieux triché que le camp Ségolène Royal" mais "franchement, ça m'est complètement égal", a ajouté le député européen. "Si les futures primaires" pour désigner le candidat à la présidentielle "se passent dans la culture socialiste, de toutes façons, c'est pas ma tasse de thé", a-t-il prévenu.