Les Progressistes : Philippe de Villiers ne modifiera pas le "centre de gravité" de la majorité

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)



PARIS, 18 août 2009 (AFP) - Le ministre de l'Immigration Eric Besson (UMP, ex-PS) a estimé mardi que l'arrivée du président du MPF Philippe de Villiers ne fera "pas basculer le centre de gravité" du comité de liaison de la majorité et ne modifiera "en rien la politique migratoire" du gouvernement.

"Est-ce que l'entrée de Philippe de Villiers fait basculer le centre de gravité du comité de liaison de la majorité présidentielle? La réponse est clairement non", a déclaré à l'AFP M. Besson qui dirige les Progressistes, mouvement associé à l'UMP.

"C'est valable pour moi, pour d'autres à gauche, comme c'est valable pour Philippe de Villiers", a poursuivi M. Besson, secrétaire général adjoint de l'UMP. "La clé de voûte" de ce comité "c'est le projet présidentiel de Nicolas Sarkozy. Tous ceux qui entre dans son gouvernement ou dans sa majorité, de facto acceptent son projet présidentiel".

           Selon lui, le rapprochement avec M. de Villiers, farouche adversaire de la Constitution européenne, est conforme au projet du chef de l'Etat qui a "toujours dit qu'il voulait transcender le clivage oui/non né du référendum sur le projet constitutionnel européen".


Il s'est dit prêt à travailler avec le président du MPF: "en parlant de moi, Philippe de Villiers a dit: +il est intelligent, nous n'avons pas les mêmes convictions, nous allons nous efforcer de travailler ensemble+: c'est un programme qui me va bien et que je peux lui retourner"


M. Besson a par ailleurs assuré que "la politique migratoire du gouvernement ne sera pas modifiée d'un iota par l'entrée d'un souverainiste au sein du comité de liaison". "Ma boussole en matière d'immigration est la lettre de mission" du président de la République, qui concilie "fermeté et humanité", a-t-il dit.

Besson a par ailleurs assuré que "la politique migratoire du gouvernement ne sera pas modifiée d'un iota par l'entrée d'un souverainiste au sein du comité de liaison". "Ma boussole en matière d'immigration est la lettre de mission" du président de la République, qui concilie "fermeté et humanité", a-t-il dit.

Publié dans Dossiers

Commenter cet article