Nouveau Centre : Hervé Morin réponds au Figaro sur le bilan et l'avenir du Nouveau Centre.

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)


"Le Nouveau Centre doit incarner l'humanisme moderne"

Dans une interview accordée au Figaro magazine, Hervé Morin fait le bilan de l'action du Nouveau Centre, revient sur son rôle au sein de la majorité présidentielle, notamment dans le cadre des élections européennes, et détaille ses ambitions. Il affirme : "Quatre sujets nous préoccupent tout particulièrement : la protection des libertés et notamment  la question de la liberté religieuse, la définition des droits fondamentaux  numériques, ou encore la liberté d’entreprendre. Le deuxième chantier est la promotion de l'idée européenne qui doit constituer un modèle de civilisation. La question de la réduction de la dette et du retour à l'équilibre budgétaire constitue notre troisième chantier. Ce sujet se posera avec une brulante acuité dès que la crise sera derrière nous. Et enfin les nouvelles formes de solidarités plus responsabilisantes sont à inventer pour demeurer fidèle à notre exigence de justice."

 

Quelle est la part du Nouveau centre dans le score des listes conduites par la majorité aux européennes?
En 2004, l’UDF réalisait 12%, je considère donc qu’aujourd’hui nous avons apporté entre 4
et 5 points à l’UMP.
Ce qui est certain c'est que sans nous, l'UMP n'aurait pas atteint 28%. Je constate
que nous avons tenu plus d'une centaine de réunions avec à chaque fois, le soutien  de
nombreux militants enthousiastes.
Je suis d’autant plus heureux d'avoir fait le choix de l'union qu’il a contribué fortement à ce
score sans précédent depuis 1984 pour une alliance politique au pouvoir.

 

Comment analysez-vous l'échec de François Bayrou?
Le glissement de François Bayrou vers la gauche suscite l’incompréhension et le
place dans une situation absurde de concurrence avec les partis de gauche. François Bayrou
s’est égaré sur des terres qui lui sont étrangères. Comment peut-on imaginer que l’électorat de
 centre droit se reconnaisse dans un tel parcours ?
Sa « chevènementisation »est en cours.
Nous savons bien que lors de l’élection présidentielle de 2007 la très grande majorité des
électeurs qui avaient voté pour François Bayrou au premier tour, ont choisi au 2nd tour de
soutenir Nicolas Sarkozy. La famille du centre aspire à un projet autrement plus ambitieux
qu’une sommaire opposition de personne à personne dont Bayrou a fait son seul principe
d’action.

 

Comment le Nouveau centre peut capter ces électeurs?
Il ne s’agit pas de capter mais de convaincre. Et c’est ce que je fais.
En 18 mois d'existence,  11.000 militants nous ont déjà rejoints.  Ce qui représente plus de la
moitié du nombre de militants que comptait l'UDF en janvier 2007.
Après avoir posé les fondations de notre parti, nous avons devant nous trois chantiers: la
 reconstruction d’un parti qui incarne le centre droit, la restauration de notre corps de doctrine
 et l’affirmation de notre identité politique.
Sur le fond,  quatre sujets nous préoccupent tout particulièrement : la protection des libertés et
notamment  la question de la liberté religieuse, la définition des droits fondamentaux 
numériques, ou encore la liberté d’entreprendre. Le deuxième chantier est la promotion
de l'idée européenne qui  doit constituer un modèle de civilisation.
La question de la réduction de la dette et du retour à l'équilibre budgétaire constitue notre
troisième chantier. Ce sujet se posera avec une brulante acuité dès que la crise sera derrière
nous.
Et enfin les nouvelles formes de solidarités plus responsabilisantes sont à inventer pour
demeurer fidèle à notre exigence de justice.

 

Et sur la question du manque de visibilité?
Je ne veux pas me lancer dans une stratégie de la petite phrase et du contre-pied.
Le Nouveau centre doit incarner l'humanisme moderne au sein de la majorité.
Cette incarnation passe par un travail de fond et non par des postures médiatiques.

 

et présenter des listes autonomes aux régionales?
François Sauvadet a été chargé de constituer un groupe de travail pour que nous
puissions déterminer avant le 14 juillet les chefs de file Nouveau centre pour les régionales de
2010.
Nous prendrons le temps de déterminer ensuite notre stratégie dans la mesure où il s’agit d’un
scrutin à deux tours. Nous verrons alors s’il nous faut avoir une position identique dans
chaque région.

 

Et pour les scrutins de 2012?
Il serait logique que mon parti incarne les valeurs du centre et du centre droit à
l’élection présidentielle. Mais mon objectif prioritaire est de  présenter aux prochaines
législatives 40 candidats de moins de 40 ans capables de gagner. Il s’agit pour moi de préparer
l’avènement d’une nouvelle génération politique.

Publié dans Actualités nationales

Commenter cet article