Incitation à la violence : carton rouge à l’opposition

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)


Incitation à la violence : carton rouge à l’opposition


Selon Frédéric Lefebvre, «  à force de courir derrière Monsieur Besancenot, qui n’est autre que la vitrine légale des casseurs, les responsables du PS et du Modem incitent à la violence dans notre pays ». « On ne peut pas excuser l'inexcusable comme ils le font chaque jour », a-t-il ajouté.

« Quand on a une crise de cette ampleur dans notre pays, on travaille à l'unité nationale, on ne travaille pas à la division nationale. Or, aujourd'hui pour des raisons de pure politique politicienne, Mme Aubry, M. Bayrou, Mme Royal passent leurs journées à essayer de surfer sur les angoisses des Français pour essayer de se refaire une santé », a déploré Frédéric Lefebvre.

« A force de voir les partis politiques démocratiques avoir des attitudes non républicaines et tout excuser, on a cette montée de la violence chez un certain nombre d'individus généralement d'extrême gauche ou anarcho-libertaires qui profitent du climat d'excuse que ces partis politiques font régner aujourd'hui dans notre pays », a estimé Frédéric Lefebvre.

« Nous sommes le seul pays où les partis démocratiques, au lieu de condamner cette violence, ces actes de révolte, passent leur temps à les excuser » a-t-il conclu.

Publié dans Actualités nationales

Commenter cet article

marc d'Héré 08/04/2009 12:11

N'oublions  pas Villepin  qui, lui aussi, justifie sans scrupule les séquestrations de patrons et de cadres.