Autorisation de la publicité pour le vin sur internet

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)


 Autorisation de la publicité pour le vin sur internet

François Sauvadet, député de Côte d’Or et président du Groupe Nouveau Centre, se félicite de l’adoption lors des débats sur le projet de loi "Hôpital, patients, santé et territoires" de l’amendement visant à autoriser la publicité pour le vin sur Internet.

En 1991, la loi Evin avait fixé la liste des supports sur lesquels la publicité des boissons alcoolisés était autorisé et Internet n’avait pas été mentionné puisque le "réseau des réseaux" n’en était alors qu’à ses prémices. Résultat, Internet n’a jamais été autorisé à offrir de la publicité pour le vin.

L’adoption de cette mesure qui modernise la loi Evin, au vu de l’évolution des nouvelles technologies et de la concurrence, met donc fin à un vide juridique particulièrement pénalisant pour les producteurs de vin français rappelle le député. En effet, ces derniers sont actuellement pénalisés en matière de vente en ligne alors qu’au même moment les sites de vente à l’étranger prospèrent sans obstacles.

François Sauvadet précise qu’il soutient d’autant plus cet amendement que celui-ci concilie nécessité économique et impératif de santé publique. En effet, ce dispositif prévoit de protéger les populations vulnérables, en particulier les jeunes puisque les sites qui leur sont destinés sont exclus de toute publicité pour ces produits.

Par ailleurs, le président du Groupe Nouveau Centre, se réjouit que le gouvernement ait tenu compte des préoccupations de la filière vitivinicole en faisant adopter un amendement qui exclut les dégustations de vin dans les salons, les foires ainsi que toutes les offres forfaitaires comprenant du vin, de l’interdiction de la vente d’alcool au forfait prévue à l’article 24 du projet de loi "Hôpital, patients, santé et territoires".

Si le député Nouveau Centre soutient activement la lutte menée par le gouvernement contre l’alcoolisation des jeunes et se félicite que l’on s’attaque enfin aux manifestations "open bar" des soirées étudiantes, il rappelle que la mise en application en l’état de l’article 24 aurait touché également les salons et les foires viticoles alors que ces manifestations ne posent aucun problème au regard de l’objectif poursuivi.

Publié dans Actualités nationales

Commenter cet article