« Nouveau monde, nouveau capitalisme »

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)


« Nouveau monde, nouveau capitalisme »


eric-billet-1.jpgC’était la semaine dernière et c’est déjà si loin. Ce colloque fut pour moi un pur plaisir. Par la qualité et l’éloquence des orateurs. Par la convergence de leurs thèses sur la régulation du capitalisme.

Par l’incarnation physique de ce multilatéralisme auquel nous aspirons. Par la présence de quelques personnalités, Michel Rocard, Tony Blair notamment, qui ont marqué mon engagement politique.
Les actes de ce colloque seront prochainement publiés. Nous en reparlerons. 

eb_rocard_janv_09.jpg

eb_tb_150109.jpg













République, Nation, Identité Nationale

Le Président de la République m’a nommé Ministre de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire et son choix est pour moi un honneur.
Je lui suis reconnaissant, ainsi qu’au Premier Ministre, d’avoir choisi un élu de mon profil personnel et de mon parcours politique.
Créé il y a 20 mois, ce ministère est devenu, grâce à l’action déterminée de Brice Hortefeux, un vrai ministère régalien, bien éloigné des polémiques stériles et surprenantes qui avaient accompagné sa création.
Le nombre de contrats signés avec les pays d’émigration autant que l’adoption par les 27 pays de l’Union Européenne, dirigés par des gouvernements de droite comme de gauche, d’une politique commune de l’immigration, attestent de la qualité de sa gestion.
Brice Hortefeux a posé les fondements d’une immigration maîtrisée conforme aux engagements de campagne du Président de la République et je poursuivrai son action.
Il a lui-même décrit ce que devait, à présent, être la nouvelle impulsion à donner à ce ministère : donner un élan volontariste à la politique d’intégration, faire de l’identité nationale le socle de notre unité nationale, accroître nos relations solidaires avec les pays « du Sud ».

Je veux faire de ce ministère un grand ministère républicain, le ministère de l’unité nationale.
Je crois que ce ministère est -et doit être- celui de l’accès et du renforcement de la citoyenneté.
Je veux qu’il contribue aussi à la promotion de la diversité.


P.comme PS. P. comme Pavlov

L’information de ma possible nomination ayant été divulguée dans la presse depuis 3 semaines, les socialistes ou plus exactement certains socialistes, ont pu, sans que je ne puisse répondre, pousser des cris d’orfraie ou se  livrer à des attaques personnelles, le plus souvent (courage et élégance obligent), à l’abri qu’autorise l’anonymat du « off » demandé aux journalistes…
Le plus dur pour moi sera donc de résister à la tentation de répliquer et de polémiquer. Je vais m’y efforcer. En commençant par mesurer ici mes propos.

Je me contenterai donc de faire remarquer sobrement à mes chers ex-camarades, ou plus exactement a mes ex chers camarades :

- qu’ils ont l’art de tomber allègrement dans les pièges qui leur sont tendus ou qu’ils se tendent eux-mêmes : abandonner, par leurs cris, la République, la nation, l’identité nationale, la citoyenneté, la maîtrise de l’immigration, l’intégration… à Nicolas Sarkozy et à son gouvernement me paraît d’une efficacité relative. Observons sereinement la trajectoire du boomerang…
- qu’il me serait à la fois précieux et utile de connaître la position des socialistes sur l’immigration.
En quoi serait-elle différente de celle du gouvernement ?
En quoi serait-elle différente de celle d’un Royaume-Uni au gouvernement travailliste ou d’une Espagne au gouvernement socialiste ?
- qu’à ma connaissance, le seul rapport produit par les socialistes sur l’immigration depuis 2002 fut l’oeuvre de Malek Boutih.
Ce rapport, intelligent, construit, convaincant mit les socialistes tellement mal à l’aise et les plaça devant de telles contradictions qu’il fut interdit… de discussion, tant au bureau national qu’au secrétariat national du PS par le Premier Secrétaire.
Les socialistes pourraient-ils le publier ?

A défaut, si je le retrouve, je pourrais peut-être le faire pour contribuer à éclairer nos concitoyens ; je crois l’avoir emporté.
- qu’il me semble me souvenir que dans le débat télévisé d’entre deux tours qui opposa, en 2007, Nicolas Sarkozy à Ségolène Royal, la candidate socialiste affirma ne pas avoir de divergences avec son concurrent en matière de politique de l’immigration. La nouvelle direction aurait-elle changé d’analyse et de ligne ? Je prendrais connaissance avec intérêt de ses nouvelles propositions.


D’abord le travail :

Pendant quelques jours, je vais m’exprimer le moins possible pour m’attacher à la découverte des fonctionnaires, des dossiers et des politiques de mes nouvelles fonctions.
Comme tous les besogneux, j’ai besoin de travailler mes dossiers avant de prétendre les maîtriser et exprimer des orientations.
Je reviendrai donc, publiquement et sur ce blog dans quelques jours .  A bientôt.
 

Publié dans Dossiers

Commenter cet article