M. Sarkozy veut mettre l'UMP en ordre de bataille pour 2012

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

LeMonde.fr LeMonde.


Tout remettre à plat. Après un an et demi de transition et de tâtonnements, Nicolas Sarkozy s'apprête à modifier de fond en comble l'UMP; son organigramme, son fonctionnement et sa stratégie. Le parti majoritaire, dont il reste le seul patron, doit être remis en ordre de bataille, redevenir une arme de conquête pour l'échéance présidentielle de 2012. C'est l'un des chantiers prioritaires de l'Elysée en ce début d'année.


Le 24 janvier, le chef de l'Etat officialisera en personne le remaniement complet du parti en participant à son conseil national, qui doit acter le renouvellement des instances. Un objectif majeur a guidé cette réorganisation : M. Sarkozy veut placer ou replacer tous les acteurs de la majorité au centre du parti majoritaire. Ne laisser aucun protagoniste en dehors du jeu, pour mieux contrôler chacun.


La configuration du secrétariat général, instance de gestion et d'animation du parti, attend encore d'ultimes arbitrages. Aux côtés de Xavier Bertrand, qui entrera officiellement dans ses fonctions à sa sortie du gouvernement, quatre ou cinq secrétaires adjoints seront nommés : le secrétaire d'Etat à la prospective, Eric Besson, Frédéric Lefebvre, jusqu'alors porte-parole du parti, Nathalie Kosciusko-Morizet qui occupait déjà la fonction, et/ou la secrétaire d'Etat à la famille, Nadine Morano.


Le nom de Jean-François Copé est évoqué pour parfaire le casting. Le chef de l'Etat veut reprendre la main sur le groupe UMP de l'Assemblée nationale. A ses yeux, les parlementaires ont manifesté trop d'indépendance lors de l'examen des textes sur le travail dominical et sur l'audiovisuel public. En vacances à Singapour, le député de Seine-et-Marne nous a indiqué qu'aucune proposition ne lui avait été faite.


Son éventuelle nomination à l'UMP lui permettrait de reprendre un pied dans le parti, de ne pas laisser cette arme à son rival Xavier Bertrand, mais elle réduirait ses marges de manoeuvre, alors que l'entrée en vigueur de la révision constitutionnelle va accorder plus de pouvoirs au Parlement.

 

L'ENTRÉE D'ERIC BESSON, SYMBOLE FORT

M. Copé, qui avait été écarté du gouvernement en 2007 pour avoir affiché prématurément son ambition présidentielle, a jusqu'à présent revendiqué son indépendance. "Je n'entrerai pour rien au monde au gouvernement. Au groupe, je me suis reconstruit à un poste ou on est élu et non pas nommé", expliquait-il encore peu avant Noël. L'UMP ? Il avait fait une croix dessus, s'appliquant à développer son propre réseau, à travers ses clubs "génération.fr".


L'entrée d'Eric Besson au secrétariat général de l'UMP sera un autre symbole fort. L'ancien socialiste, qui avait rejoint M. Sarkozy entre les deux tours de l'élection présidentielle de 2007, incarnera l'ouverture souhaitée par le chef de l'Etat.


Depuis plusieurs semaines, M. Sarkozy s'est appliqué à préparer les militants à cette révolution culturelle. Il s'est livré à cet exercice à l'occasion notamment de ses meetings secrets et à huis clos qu'il a organisés, à l'heure du déjeuner, à chacun de ses déplacements en France. Le chef de l'Etat n'ignore pas que la base de l'UMP a peu goûté, en 2007, l'air de l'ouverture au gouvernement.


Devant les militants, il a insisté sur la nécessité de "faire bouger les lignes" pour rester un mouvement fort, capable d'attirer de nouveaux publics. "Je suis devenu le DRH des socialistes", a-t-il ironisé à Meaux, le 28 novembre.Le chef de l'Etat veut profiter de l'affaiblissement du PS et du centre pour élargir le périmètre de l'UMP. Il a trouvé auprès de M. Besson, toujours dans la rancoeur envers son ancien parti, un candidat idéal à la transgression. L'ancien économiste du PS devrait parallèlement s'élever dans la hiérarchie du gouvernement en remplaçant Brice Hortefeux au ministère de l'immigration et de l'identité nationale. Une fonction vivement contestée par la gauche lors de sa création.


M. Lefebvre serait, quant à lui, remercié pour son activisme. Depuis un an et demi, le député s'est montré le plus zélé pour défendre le bilan de M. Sarkozy, accompagner son action en organisant des débats, comme "les ateliers du changement", et polémiquer avec l'opposition sur les plateaux de télévision et de radio. Mme Morano, ancienne porte-parole de l'UMP qui avait fait part de son souhait d'être plus active dans l'appareil, serait, elle, récompensée pour sa fidélité.


Les autres ajustements sont attendus au conseil national, le "parlement du parti", où M. Hortefeux sera numéro un ou deux selon la volonté de M. Sarkozy de ne point froisser Jean-Pierre Raffarin, l'actuel vice-président du conseil. Jean-Louis Borloo, président du Parti radical, devrait lui aussi rejoindre cette instance.


D'autres modifications sont en cours de négociation. La fonction de porte-parole, que se partageaient Frédéric Lefebvre, Chantal Brunel et Dominique Paillé, pourrait être supprimée en étant confiée à M. Bertrand. Jérôme Peyrat, conseiller à l'Elysée, quittera sa fonction de directeur général de l'UMP. Il sera remplacé par Eric Cesari, ancien directeur de cabinet de Patrick Devedjian, un Corse issu du clan Pasqua. Le nombre de secrétaires nationaux sera réduit et leurs délégations modifiées.


Grâce à ce mécano, M. Sarkozy espère neutraliser les ambitions personnelles tout en redynamisant le parti. Pour le chef de l'Etat, rien ne vaut le règne par la division.

 

source : Yahoo ! actualités (le monde.fr)

Publié dans Actualités nationales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gold31 11/01/2009 20:23

Non Tonio, ce n'est pas ainsi que se font les décomptes !Même si sur le fond je suis entièrement d'accord avec vous, puisque que l'ayant annoncé moi même sur mon site par erreur ( 88% en faveur de de Veyrac...ce qui est en soi énorme soulignons le quand même au passage ).Mais si vous observez les règles internes du parti, les bulletins blancs et les abstentions ne sont pas pris en compte. (Ne m'en veuillez pas, ce n'est pas moi Tonio, qui dicte les règles des élections internes.)Dans ce cas de figure, effectivement, Christine de Veyrac a obtenu 100% des suffrages exprimés, c'est-à-dire de votants qui étaient appelés à voter oui ou non !Mais si vous souhaitez que nous restions sur le chiffre de 88%, je suis entièrement d'accord avec vous, car pour être franc, un taux de 100% a même pour moi, quelque chose de génant.Enfin, pas de quoi en faire un fromage. Allons-y pour 88%.

Tonio Fuster 11/01/2009 09:28

Vous êtes un menteur M. Gold31. Vous continuez à diffuser de fausses informations, toujours plus grosses les unes que les autres. Mme de Veyrac que j'apprécie n'a pas été élu à 100 % des "grands electeurs" mais à 88 %. Continuez à la désservir et je vous tiendrais responsable d'une partie de la division de l'UMP 31.Résultats de l'élèction à la présidence de l'UMP 31:Nombre d’inscrits : 165Nombre de votants : 162Bulletins blancs : 20Nombre de suffrages exprimés: 142Soit 88% des suffrages en faveur de Christine de Veyrac.

Gold31 10/01/2009 21:26

Non seulement l'info est une intox, mon cher Crasnier, mais Christine de Veyrac a démenti cette rumeur, en m'en informant personnellement.Derrière le masque que vous évoquez Patrick, à propos de Capituleinfos, se cachent très certainement ceux qui hier, sûrs de leur réélection au bureau de l'UMP31, prônaient le rassemblement, nous accusant nous, de semer la division dans nos rangs.Aujourd'hui réunis par une majorité jamais vue à ce jour ( 100% de grands électeurs, ont élu "de Veyrac" ), l'UMP a désormais retrouvé toutes ses chances d'aider le futur candidat " du rassemblement " à battre Cohen lors des prochaines municipales.Mais aider le futur candidat à battre Cohen, ne signifie pas pour moi, qu'il faille continuer à soutenir un Moudenc, 4 fois battu, et jamais élu que je sache, à ce jour !Alors maffré, comme on a coutûme de le dire chez nous, ou peut-être plus sûrement encore mauvais tacticien, voire même les deux à la fois, Moudenc c'est un fait, n'est pas un battant, c'est le moins que l'on puisse dire.On me remerciera demain, d'avoir une fois encore dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas, à savoir que Moudenc n'est plus crédible, et ne mérite plus notre confiance.Cela me vaudra des vélléités, une fois encore, mais comme chacun sait, j'en ai l'habitude.Avoir le courage de dire les choses, est un mal nécessaire, et il faut savoir crever un abcès jusqu'au bout, ou bien accepter l'éventualité de voir les socialistes installés au Capitole pour 20 ans encore, comme nous en a prévenu...Xavier Bertrand.Gold31 

crasnier Patrick 08/01/2009 15:00

Info non validée, annoncée par le figaro comme une supposition et rerpise par un blog d'auteurs qui n'assument pas leur identité. Le masque n'est pas un moyen honnête de prendre des positions, amis nous sommes habitués avec de nombreux blog qui bavent sous couvert d'anonyma, ce qui montre un grand courage.cette information doit être validée, si elle est vraie elle ne sera que la douce continuité des malhonnêtetés politiques venant de ceux qui ne chenchent que la place à n'importe quel prix. VOUS AVIEZ DIT RUPTURE ? lisez le livre de Philippe David que j'ai reçu ce matin à radio plus "journal intime d'une année de rupture" il est intéressant, sopn auteur n'est pas caché derrière un pseudo et il dit les choses avec humour

Capituleinfos 07/01/2009 21:43

Après avoir conquis l'UMP31, Christine de Veyrac pourrait quitter Toulouse, pour être N°2 sur la liste des européennes dans le centre de la France ...Plus d'infos sur www.capituleinfos.fr