Taux communaux de taxe foncière sur les propriétés bâties en 2008 dans les 30 premières villes françaises par la population

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

Classement par taux les moins élevés

Ville Taux

1 PARIS 7,11%

2 LE MANS 12%

3 METZ 15,62%

4 VILLEURBANNE 15,66%

5 LYON 16,11%

6 LIMOGES 17,21%

7 AIX EN PROVENCE 17,64%

8 NICE 20,14%

9 TOURS 20,82%

10 MARSEILLE 20,90%

11 CLERMONT-FERRAND 21,28%

12 STRASBOURG 21,30%

13 SAINT ETIENNE 21,48%

14 TOULOUSE 21,96%

15 SAINT DENIS (Réunion) 22,65%

16 BREST 23,07%

17 RENNES 23,45%

18 LILLE 23,56%

19 TOULON 23,90%

20 BESANCON 23,93%

21 NANTES 25,13%

22 DIJON 25,57%

23 LE HAVRE 27,24%

24 BORDEAUX 27,68%

25 AMIENS 27,76%

26 MONTPELLIER 29,58%

27 REIMS 30,71%

28 NIMES 31,05%

29 ANGERS 31,49%

30 GRENOBLE 33,70%

Source : Site Internet de la Direction générale des impôts 2008 : http://www.impots.gouv.fr

Publié dans Actualités nationales

Commenter cet article

extrait du blog de Jean-Luc Moudenc 05/12/2008 20:35


 
Avec mes collègues et amis élus des grandes villes de France, j’ai participé hier à une réunion de préparation d’un livre noir de la gestion des régions et villes socialistes. Roger KAROUTCHI, Secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement, Président du groupe majorité présidentielle au Conseil régional d’Ile-de-France, a réuni les Présidents des Groupes UMP et apparentés de l’ensemble des conseils régionaux et les Présidents des Groupes d’opposition de droite et du centre-droit dans les grandes villes françaises à l’occasion d’un déjeuner de travail ce mardi 2 décembre.
A cette occasion, et sans grande surprise, il m’a été confirmé que les socialistes gèrent depuis 2004 les régions françaises de façon déraisonnable : augmentation des impôts régionaux de plus de 30% sur l’ensemble du territoire, multiplication des dépenses démagogiques, saupoudrage des subventions aux associations. Depuis trois ans, à l’initiative de Roger KAROUTCHI, ces dérapages ont été dénoncés grâce à la publication, chaque année, d’une édition actualisée du « Livre noir des régions socialistes ».  Depuis le mois de mars dernier, la plupart des grandes villes françaises sont administrées par le Parti Socialiste, on peut donc légitimement craindre que les mêmes méthodes de gestion produisent les mêmes effets et que les mêmes dérives se propagent dans les grandes villes de France. C’est pourquoi, le 14 octobre dernier, Jacques DOMERGUE, député de l’Hérault et président du groupe d’Opposition municipale à Montpellier, a pris l’initiative de réunir les présidents des groupes d’Opposition des grandes villes dirigées par la Gauche. N’ayant pu assister à cette première réunion, c’est mon collègue et ami François CHOLLET qui avait représenté l’Opposition municipale toulousaine. L’objectif de cette première rencontre : préparer un « Livre noir de la gestion des villes roses ». 
Ce 2 décembre, avec notamment l’ancien ministre Jean-François LAMOUR, Député et Président du Groupe d’Opposition municipale de Paris, nous avons donc échangé sur nos expériences respectives et réfléchi à la préparation de ces ouvrages sur la gestion socialiste dans les régions et dans les grandes villes françaises.
Sept des dix plus grandes villes de France sont aujourd'hui à gauche (Paris, Lyon, Toulouse, Lille, Strasbourg, Nantes, Montpellier). Si, avec mes collègues et amis élus dans ces villes, nous travaillons de manière isolée, nous n'existerons pas au plan national. C'est pourquoi nous nous sommes unis pour dénoncer certaines dérives locales. Nous voulons faire respecter les droits de l'Opposition et faire vivre la démocratie locale.
A l'instar du « Livre noir des régions socialistes », nous voulons attirer l’attention des contribuables sur l’explosion de la fiscalité locale dans les années à venir dans l’ensemble des grandes villes à gestion socialiste. Par exemple, à Toulouse, après sa disparition depuis près de dix ans, le député-maire a annoncé récemment le retour de la dette municipale à Toulouse (je vous invite à lire l'article paru dans le Figaro ce 3 décembre 2008  articlefigaro.pdf)
Jean-Luc MOUDENC
Maire de Toulouse de 2004 à 2008