Budget de la ville de Toulouse : réaction de Jean-Luc Moudenc

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)


Si vous voulez ne rien savoir des critiques de l’opposition municipale sur les orientations du budget municipal toulousain, je vous invite à lire le compte rendu qu’en a fait samedi  le journaliste de « La Dépêche du midi », à qui j’ai laissé un message par sms pour lui dire franchement  mon sentiment…

(voici ce compte rendu :

Au nom de l'opposition, Jean-Luc Moudenc s'est élevé contre « le flou budgétaire général », regrettant notamment l'absence « de projets de développement économique », « de réponses concrètes » ou « d'objectifs chiffrés ». Il prédit « le dur retour à la réalité » sur le dossier des transports et considère que « le doute a été introduit sur l'augmentation de la fiscalité ». « C'est l'incertitude budgétaire totale », conclut Moudenc. Pierre Cohen morigène l'ancien maire : « Comment pouvez-vous donner des leçons alors que vous portez la responsabilité de la catastrophe financière (*) que subissent les transports ? » Joël Carreiras enfonce le clou : « Si vous aviez créé une communauté urbaine dès 2001, c'est 270 millions que nous aurions perçus. ça en fait des rames de métro ! »

(*) La dette de Tisséo s'élève à 1,4 milliard d'euros.")


Et si vous espérez une vue d’ensemble du futur budget, vous la chercherez en vain dans le document budgétaire que nous a remis mon successeur.


On ignore si le niveau record des investissements que nous pratiquions sera maintenu ou pas, tant les grands projets marquent le pas… On croit comprendre que Toulouse va s’endetter pour la 1ère fois depuis 10 ans, mais on ne nous dit pas à quelle hauteur… On confirme la création de la consensuelle communauté urbaine, mais on ne connait pas son impact financier ! M. Cohen nous dit qu’il veut qu’en 2009, chaque Toulousain paie 129 euros (au lieu de 54 en 2008)  pour les transports mais il accepte que l’effort de chaque habitant des communes voisines se limite à 14 euros…

Les transports en commun sont décrétés prioritaires, mais on ne décide pas clairement  des travaux d’augmentation de la capacité de la ligne A, nécessaires pour éviter la saturation,  et on bloque toujours le projet de prolongation de la ligne B à Labège…


Le patron du Parti communiste au Conseil municipal demande qu’on discute  un jour de sa volonté d’augmenter les impôts et le Député-maire ne lui répond ni oui, ni non…


Nous demandons que la Mairie fasse un geste pour sauver TLT, tous les orateurs  jurent la main sur le cœur que TLT est super, mais la Majorité municipale repousse notre vœu…

Le Député-maire proclame son fervent soutien à tous les grévistes du moment, mais quand je m’étonne que les mots « emploi », « entreprise » ou « développement économique » ne figurent pas dans son document, il me dit que je me trompe d’assemblée…


Le logement social est célébré dans les paroles, mais dans les actes quelques 2000 logements sociaux dont j’avais prévu la construction sont toujours bloqués dans des ZAC qui n’en finissent pas d’être « remises à plat » depuis mars …

Quand aux problèmes de sécurité – hélas toujours dans l’actualité toulousaine -, une seule ligne leur est consacrée avec l’annonce sans cesse repoussée d’un « office de la tranquillité », dont la mission n’est toujours pas définie …


Je pourrais continuer longtemps cette litanie des incertitudes, mais je  vais en finir là pour ne pas vous endormir ! Vous l’aurez compris, 8 mois après le changement municipal, on ne sait toujours pas où on va …

Au fond, la seule orientation budgétaire évidente après la séance du  Conseil municipal de vendredi, c’est : on est dans le brouillard et on y reste !

Jean-Luc MOUDENC

Maire de Toulouse de 2004 à 2008

Publié dans Toulouse 2008

Commenter cet article

Pinocchio 01/12/2008 21:43

Toulouse Avenir lance son nouveau logo: www.toulousoscopie.com