Cohen et les jeunes : une tromperie électoraliste avalisée par les faits

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)


" Toulouse est une ville où la jeunesse a trop longtemps été oubliée. Parce que les jeunes apportent à la ville et que la ville ne leur apporte rien, Pierre Cohen se positionne clairement en faveur d'une politique nouvelle en direction des jeunes. "

Programme de campagne de Pierre Cohen

Qu'en est-il, pourtant, après plus de 6 mois de mandat ? Non pas que je soutienne la mise en œuvre des propositions de Pierre Cohen, que j'ai bien entendu critiqué durant la campagne. Il faut pourtant convenir que ces projets ont été choisis pas les Toulousains ; donc quoi de plus normal, dès lors, de s'interroger sur leur mise en œuvre ?

Le constat, ce cadre étant posé, est simple : rien, absolument rien, n'a été fait ou même lancé par Pierre Cohen en faveur des jeunes Toulousains.

Je me permets de rappeler ici les nombreuses et vastes promesses de campagne du nouveau député-maire de Toulouse :

 

-Transports

Pierre Cohen avait fait des transports, et notamment de la gratuité pour tous, puis uniquement pour les jeunes finalement, 

sa promesse phare durant la campagne. Nous avions rétorqué, simplement, et mathématiquement, que cette promesse était totalement démagogique et irréalisable. Elle aura tenu 6 mois, le nouveau maire ayant annoncé lors de sa conférence de presse des 6 mois de mandat que l'idée n'était plus à l'ordre du jour.

De plus, haro avait été fait sur VelôToulouse, pas assez démocratisé, couvrant soit disant uniquement le centre, et n'étant pas ouvert la nuit. Le réseau est pourtant totalement couvert – plan d'aggrandissement du réseau voulu par Jean-Luc Moudenc dès son lancement – et le service est toujours fermé à 2 heures du matin… Une promesse tenue de moins…( Et qu'on ne me dise pas qu'il faut des mois pour faire ouvrir VeloToulouse la nuit ! )

 

-Logement

De même, Pierre Cohen avait lourdement critiqué la politique de logement de l'ancienne municipalité. Je rappellerai deux choses. D'une part, rien n'est fait, rien ne bouge aujourd'hui, et le maire ferait bien de dégeler les projets ZAC qui doivent suivre leur cours. D'autre part, encore 6 mois avant l'élection, Jean-Luc LMoudenc offrait pour un euro symbolique plusieurs terrains pour la construction de logements étudiants… Quid, aujourd'hui, de la politique de logement pour les jeunes ? A nouveau, rien, rien du tout, n'a été lancé. Promesses et espoirs en l'air.

Notons au passage qu'avait été promise "la création d'un système de caution solidaire et de mutualisation, en faveur de locataires aux faibles ressources, garantissant les propriétaires et permettant de favoriser l'occupation des logements vacants ". Bien entendu, pas de nouvelles.

 

-Culture

Pierre Cohen avait proposé, dans son livret de campagne :

" Une politique tarifaire audacieuse et la mise à l'étude d'un passeport interculturel permettant l'exercice de pratiques culturelles diversifiées. ". Est-ce même à l'étude ?

" La simplification des dispositifs tarifaires en faveur des jeunes par l'instauration d'une carte Jeune unique, gratuite pour les primo arrivants et les boursiers, ouvrant notamment droit à la gratuité des musées toulousains les mercredis et dimanches. "

Notons que la plupart des musées toulousains sont déjà gratuits pour les étudiants. Pierre Cohen ne devait pas être au courant, et a probablement abandonné l'idée…

Fort heureusement, des Assises de la culture ont lieu. Au moins, la ville s'assoit, à défaut de bouger!

 

-Sport 

La litanie devient presque indécente à réciter. Car encore une fois, rien ou presque n'a été si ce n'est que lancé. Le candidat Cohen avait tout de même prévu, comme Ségolène Royal voulait faire raccompagner les fonctionnaires de police chez elles,

" D'aider au déplacement et à l'accompagnement des jeunes vers les lieux d'entraînement, dans ou hors de leurs quartiers ". Bien entendu, pas de nouvelles, tout comme pour la prise en charge des licences sportives pour les jeunes par la municipalité.

 

-Vie étudiante

Gardons le meilleur pour la fin. La proposition phare de Pierre Cohen en matière de vie étudiante, c'était de détruire la cité administrative ( de quel droit d'ailleurs, le maire de Toulouse peut-il décider de détruire un batîment de l'Etat ?) afin d'y créer une cité internationale de la jeunesse, qui contiendrait des logements sociaux et des ateliers culturels. La conférence de presse des 6 mois a enterré ce projet irréaliste, en annonçant clairement qu'il était abandonné. Merci, de rien !


Aucun des problèmes qui touchent la vie étudiante à Toulouse ne sont pris à bras le corps : rien pour le logement étudiant ; rien pour le problème du transport véhiculé auquel sont contraints certains étudiants "régionaux " et qui subissent les problèmes de parking ; rien pour l'accessibilité à des services fondamentaux qui bloquent financièrement les étudiants, comme le permis de conduire sur lequel nous avions fait des propositions, sur l'accès aux services municipaux, et l'accueil de ces derniers dans notre ville. Rien !

Pierre Cohen ne fait donc que confirmer ce que l'on redoutait durant la campagne. Pis que l'inaction flagrante, il est en train de pêcher dramatiquement par tromperie électoraliste, ayant promis tout et son contraire, et n'en faisant pas la moitié, voire faisant l'inverse.

C'est à se demander s'il y a même un élu en charge de ces questions, tant l'inexistence totale de projets et de réponses aux problèmes des jeunes toulousains est flagrante.

Les Toulousains doivent le savoir. Car le péché a un nom : la tromperie électoraliste !


http://www.jpop31.fr/

Publié dans Toulouse 2008

Commenter cet article

J.D.Delaire 20/10/2008 04:35

Les anticléricaux s'invitent à la première messe de l'Opus Dei à Toulouse

ALLÉLUIA. Les paroissiens de l'église de la Dalbade à Toulouse sont rentrés à la messe ce dimanche matin entre une rangée de policiers et une chorale de joyeux anticléricaux regrettant sans fausses notes que la Vierge n'ait «pas connu l'avortement»

Le premier office du prêtre Franck Touzet ne sera pas passé inaperçu. Y étaient présents l’archevêque du diocèse, Robert Le Gall et le vicaire de l’Opus Dei en France, Antoine de Rochebrune, félicitant ce dernier d’avoir fait appel à ses services alors qu’il était à la recherche d’un prêtre.

L’archevêque Robert Le Gall «assume» le fait d’avoir nommé un membre de l’Opus Dei dans cette paroisse : «c’est ma décision», dit-il à LibéToulouse. Admettant aussi que cette décision a fait grincer quelques dents «au sein même» de son conseil épiscopal.

L’Opus Dei créé en 1928 en Espagne, qui a soutenu le franquisme et qui est réputé n'en avoir rien renié sent le soufre. Pour faire front pacifique à tout débordement, la paroisse de la Dalbade avait d’ailleurs mobilisé ses scouts.

Une chorale d'anticléricaux et une rangée de policiers devant la Dalbade.

La police a débarqué 45 minutes avant l’heure de la messe. Les scouts étaient déjà sur le parvis. L’un d’eux se refuse à broncher quand les cinquante manifestants entreprennent de dénoncer «les méthodes sectaires» de l’Opus Dei : «la rue est à tout le monde», sourit le jeune homme.

Cette paroissienne n’est pas du même avis qui, pressant le pas, se demande «qui sont ces abrutis ?» Ces «abrutis» expliquent en chantant que «la prière, c’est vulgaire» et demandent sur le même ton aux «curés pédophiles» de «libérer les enfants». L’écho de la contestation résonne jusque sous la nef au moment où Monseigneur Le Gall regrette justement le «tapage médiatique» fait autour de cette affaire.

Le maire PS de Toulouse Pierre Cohen s'est le premier «indigné» au mois d'août de l'arrivée de ce prête eu égard à la mémoire des Républicains Espagnols. Ce sont ensuite 32 membres de l'association Partenia 31, proche de Mgr Jacques Gaillot, qui se sont dit «scandalisés» par cette nomination. Le courrier qu'ils ont adressé à l'archevêque lui reproche d'avoir ignoré «les liens que les Êvêques de l'Opus Dei ont avec les dirigeants les plus réactionnaires en Amérique du sud et en Europe».

Cette nomination est affaire pourtant simple, développe l’homme d’église sur le site officiel du diocèse de Toulouse : il y a aussi des Franciscains, des Dominicains, des Jésuites dans les paroisses de la ville, y dit-il. Pourquoi pas donc un membre de l’Opus Dei. L’un d’eux, indique-t-il, est d’ailleurs confesseur à l’église de la rue du Taur…

Encore des "incivilités" par une bande de braillars démoniaques, qui osent insulter la Sainte Vierge sur le parvis de l'église,et qui se sentent soutenus par Pierre Cohen, à Toulouse c'est la descente aux enfers...!

Benjamin Breeg 15/10/2008 09:28

Ce n'est que le début !!!

Toulouse est montée très haut ces dernières années, plus dure sera la chute !

J.D.Delaire 15/10/2008 05:25

Et en plus, vous vous faites de la pub avec votre site...! Nul n'est parfait, mais attention ils ont tous les culots à gauche, on le voit bien ci-dessus !

immo Toulouse 14/10/2008 17:01

J'ai votée pour lui et je ne m'en cache pas. Le maire sortant aurait il tenu ses promesses ? Rien n'est moins sûr !

J.D.Delaire 14/10/2008 11:46

Pierre Cohen, c'est pour les toulousains, le restant de la colère de Dieu...! Dans quel état sera Toulouse à la fin de son mandat...?