Sécurité Sociale : Vers un transfert de charge des dépenses de soin ?

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)


Cela fait des années que les gouvernements successifs annoncent des mesures pour lutter contre le déficit de la sécurité sociale. De nouvelles cotisations ont été créées (CSG, CRDS...). Les déremboursements ou les faibles remboursements de soins ont engagé un transfert des charges de la Sécurité Sociale vers les assureurs complémentaires privés (les Mutuelles notamment). Cette logique a même été renforcée par les incitations de l'Etat à la souscription par le plus grand nombre d'une assurance complémentaire santé. Plus récemment, la volonté annoncée de responsabiliser les assurés et de limiter les comportements inciviques, a conduit l'Etat à laisser une part des dépenses de soins à la charge de l'Assuré social.

Qu'en pensez-vous ? Comment réduire le déficit et ne pas laisser aux générations futures (moins nombreuses) le poids de la dette ? Donnez votre avis en laissant un commentaire.

Merci

Publié dans Actualités nationales

Commenter cet article

Delaire 22/07/2008 16:05

C'est une vision facile quand on est un citoyen sans problème, avec des revenus etc ! De grace, n'ayez pas l'intention de transformer le système de santé comme aux USA ! Cela intensifierai encore plus les inégalités sociales, de ceux qui souffre du pouvoir d'achat et de ceux qui n'en n'ont pas !
Je crois pour avoir travaillé sur la TVA sociale, que cela serait une bonne solution, mais qui ne serait surement pas accepté par les technocrates de Bruxelles !

Pierrot Hussin 22/07/2008 15:18

Moi je pense qu'il faut à tout prix conserver la gratuité des soins pour tous : quitte à faire cotiser toute la population, via par exemple la mise en place de la TVA « sociale », ou à utiliser le budget de l’Etat.

Renald 22/07/2008 14:06

La gratuité des soins met en place un système pervers qui conduit à la sur-consommation d’actes médicaux et de médicaments. Il est indispensable que les assurés prennent à leur charge une plus grande partie de leurs dépenses de santé, afin de les responsabiliser et d’éviter le gaspillage.