Ingrid Betancourt libérée

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

Publié dans Actualités nationales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Delaire 09/07/2008 08:40

pourquoi la décorer de la Légion d'Honneur, c'est ridicule !

restrepo 09/07/2008 02:22

Puis M. Restrepo a vivement critiqué ces émissaires auprès des Farc qui agissent au nom de la France, de la Suisse et de l'Espagne.

Ces médiateurs "sont apparus en de nombreuses occasions plus comme des conseillers politiques des Farc que comme des médiateurs", a-t-il affirmé.

"Le président (colombien Alvaro Uribe, ndlr) a dit clairement à M. Jean-Pierre Gontard et à M. Noël Saez, alors qu'ils se trouvaient à Bogota, que le gouvernement colombien n'a pas confiance dans leur travail", a poursuivi le Haut commissaire pour la paix.

"Je crois que le travail pendant de nombreuses années des deux médiateurs n'a, en dépit de leur bonne volonté, produit aucun résultat, et en plus ces derniers ont été manipulés par les Farc", a ajouté M. Restrepo.

"Le délégué français a offert aux Farc de faire lever le qualificatif d'organisation terroriste, d'engager des négociations directes ainsi que d'ouvrir un bureau (des Farc, ndlr) à Paris en février", a-t-il encore affirmé.

Puis le haut responsable a accusé l'émissaire suisse Gontard d'avoir remis de l'argent (500.000 dollars) aux Farc au Costa Rica, "semble-t-il dans le cadre d'une prise d'otage". "Transporter et donner de l'argent à une organisation en marge de la loi n'a rien à voir avec une médiation", a estimé M. Restrepo.

petit rappel 07/07/2008 12:06

Libéré le 27 février, Luis Eladio Perez tient des propos alarmistes : « Elle va très mal. Je l’ai vu quelques minutes avant d’être libéré. Elle était faible, maigre et sans force morale. Elle sait qu’elle peut être la dernière à être libérée et cela l’angoisse énormément. » Selon lui, certains guérilléros ont « tenté d’abuser sexuellement d’Ingrid » sans ajouter d‘autres précisions.

patrick CRASNIER 06/07/2008 11:47

Une belle brochette de commentaires après cette libération dont tout être humain doir se réjouir même s'il n'est pas en phase avec ce quis e dit ou ce qui se passe.
La diarrhée de texte de Raphael montre en lisant en peu (même si c'est difficile tant le texte est confus) que les merxistes et autres maoïste ou troskistes sont bien navrés de ce qui se passe, l'intox habituelle fait son chemin et va même jusqu'à justifier le terrorisme. Oui Monsieur même marxiste ce sont des terroristes.
Quant à Royal je pose la question que fait-elle au Québec avec une délégation officielle elle n'est qu'au conseil régional du Poitou à ce que je sache? Qui lui pays son voyage pour délirer hors de France sur le président de la république. A chaque fois qu'elle l'ouvre, même son camp s'indigne. Outre son incompétence elle prouve en parlant qu'elle n'a vraiment rien à dire. Un ami me disait il vaut toujours mieux passer pour un imbécile en ne disant rien que de le prouver en parlant.
Alors oui Ingrid Bétancourt est libre, la diplomatie Française y a été pour quelque chose et c'est bien.

steeve 05/07/2008 12:43

PARIS - A deux jours de l'ouverture du G-8 sur l'île d'Hokkaïdo (Japon), le président français Nicolas Sarkozy a lancé samedi une nouvelle charge en faveur de l'élargissement des discussions aux pays émergents.

"Il n'est pas raisonnable de continuer à réunir le G-8", a-t-il jugé. "Ca n'est pas raisonnable de se réunir à huit pour régler les grandes questions du monde en oubliant la Chine, 1,3 milliard d'habitants, l'Inde, 1 milliard d'habitants, en n'ayant aucun pays arabe, aucun pays africain et aucun pays de l'Amérique latine", a-t-il dit, "ce n'est pas juste".

"Si on veut la paix et le développement pour le monde, il faut que tout le monde soit invité", a-t-il martelé.

Le président français a aussi redit son souhait d'une réforme du conseil de sécurité des Nations unies pour y inclure de nouveaux membres. Mais, a-t-il prévenu aux candidats à un poste de représentant permanent, "il faut qu'ils soient prêts à en payer le prix, y compris le prix du sang". "On ne peut souhaiter avoir la première place et ne pas se comporter comme un pays qui a la première place". AP