L’APRé UNE REUNION INTERESSANTE

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)


Mardi 29 Avril 2008 au Cineccita, Jean Louis Chavoillon président de l’APRé avait convié les adhérents et sympathisants à une réunion importante, puisque portant sur l’avenir de la droite UMP à Toulouse. (voir le lien)

Après un accueil chaleureux, Jean Louis Chavoillon nous a présenté les disposition prévues à ce jour par Christian Raynal, chargé de mission nommé par Paris pour réorganiser l’UMP 31, suite à ce qui avait été appelé la bérézina électorale dans notre département.

Il nous a été présenté une organisation provisoire, Jean Louis Chavoillon affirmant que Christian Raynal avait fondé sa réflexion sur deux thèmes « le rajeunissement des cadres » et « l’arrivée des militants regroupés dans des mouvements très actifs » comme l’APRé par exemple. Jean Louis Chavoillon lui-même s’étant vu confié une responsabilité dans les domaines du développement durable et de l’environnement.  L’information de la démission de Philippe Douste Blazy nous a été confirmée, ainsi que le souhait des instances Nationales d’organiser des élections internes en automne. Jusque là,  la période est transitoire, certains responsables parisiens ayant pris la décision de venir auditer l’UMP 31 et faire la synthèse des actions à mener pour retrouver le chemin de la victoire future. Un sujet a aussi été abordé dans ce discours d’introduction, c’est le retour confirmé de Dominique Baudis, pour l’instant sans véritable poste mais comme « conseillé de l’UMP31 aux côtés de Christian Raynal »

Après cette introduction Jean Louis Chavoillon a proposé aux participants à cette réunion de s’exprimer et le feu des questions a commencé. Beaucoup de personnes voulaient s’exprimer et l’ont fait  sans retenue, je vais essayer d’en rendre un commentaire assez fidèle, même si les interventions ont été très larges et un peu sur tous les sujets.

Ce que l’on peut retenir globalement de cette séance d’échange de parole c’est en premier une forte demande des militants d’avoir non pas une liste de noms donnée par les tenants du pouvoir qui décident à la place de tout le monde mais bien un projet d’actions à mener. Il a aussi été beaucoup dénoncé l’attitude de l’UMP du passé face aux militants. On a pu entendre les mots de désintérêt pour la base, refus d’entendre, militants quantité négligeable. La plupart des intervenants assurant que les échecs répétés ne sont pas le fait du hasard mais d’une inaction totale de ceux qui dirigeaient l’UMP depuis trop longtemps sans remise en question d’aucune sorte.

Le sujet d’un retour à une véritable démocratie a aussi été un sujet très âprement discuté, tous au presque demandant que les militants soient véritablement impliqués dans le choix des dirigeants à la fois de l’UMP 31 mais aussi de l’UMP nationale. Certains ont pris la parole pour dire qu’ils avaient pris la carte de l’UMP au moment ou l’élection du président National a été décidée. Cette élection devant se faire par les militants. C’est cette démocratie qui les avait motivés pour adhérer c’est la disparition de cette démocratie qui les fera partir. Bien sur le thème des élections interne à aussi abordé les dernières élections et ses dérives, en particulier avec les procurations qui ont faussé totalement les scrutins et qui n’ont pas permis aux militants actifs et impliqués de se faire élire. Seuls les tenants du pouvoir ont été reconduits et c’est sans doute une des raisons des échecs. En effet depuis les élections internes dernières, tous ont fait la remarque qu’aucune action n’avait été menée vers la base, aucun réunion efficace pour mobiliser, aucune action pour faire adhérer etc.

Enfin les sujets des hommes imposés par Paris ou bien du retour de Dominique Baudis ont été largement évoqués et commentés. Une première remarque a été pour constater que depuis plus de trente ans l’UMP 31 (et avant le RPR) ne ressemblait pas aux fédérations des autres départements. Cette constatation a été la base d’une réflexion sur le fait que depuis trop longtemps la fédération de haute Garonne n’est pas vraiment une fédération RPR ou UMP mais une espèce de centrisme non affirmé, avec la volonté presque de s’excuser d’être de droite. Le fait que Dominique Baudis n’est jamais voulu s’implique véritablement dans un parti, sa volonté d’être un centriste sans étiquette, lui permettant de ménager tout le monde a été dénoncé par beaucoup de participants. Son retour n’a vraiment pas fait d’heureux et même le contraire. Des voix se sont exprimées pour dénoncer un retour imposé comme cela se passe depuis plus de trente ans, une fin de règne qui ne mobilise pas, un passéisme qui n’intéresse pas les jeunes (notre avenir) Ce sont les mots entendus.

De plus la campagne électorale des municipales (ou l’absence de campagne) est revenue sur le devant de la discussion, certains affirmant qu’un candidat refusant de se dire UMP avec le soutien de Dominique Baudis affirmant la même chose, la défaite qui s’en est suivie, ne peuvent permettre aujourd’hui aux militants d’accepter que ces hommes soient imposés aujourd’hui.

Le consensus de fin de réunion s’est bien sur fait autour de trois grand thèmes, de vrais élections où ceux qui ont des volontés d’action et de réforme et non pas la recherche d’avoir une place ont une vrai chance devant les militants. Le refus que les personnes du passé soient imposées, surtout après les échecs répétés. Le retour à un vrai militantisme UMP avec à la tête de la fédération un véritable président UMP et pas un ersatz refusant ce parti et refusant de s’engager sur la politique nationale de Nicolas Sarkozy.

Patrick CRASNIER
http://www.jazzpote.net/

Publié dans Toulouse 2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article