Municipales 2008 : LA GAUCHE S’ACTIVE A TOULOUSE

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

undefined

 


Le candidat du parti socialiste ne sait plus comment faire pour convaincre les Toulousains de voter pour lui aux élections municipales.
En effet son programme est bien pale, bien cher et bien peu attirant face aux résultats et au projet du maire sortant. De plus ce programme est truffé de contre vérités, d’affirmations fausses, de projets existants déjà (par exemple la gratuité des cantines scolaires pour les familles en difficultés.)
Alors comme d’habitude il fait sonner les trompettes de l’attaque personnelle, de l’argument partisan plus que le développement de vrais projets.
Je voulais par cet article rappeler par exemple que Pierre COHEN, profitant du mécontentement des chercheurs (organisé par la gauche bien sur en cette période électorale) affirme que Toulouse doit devenir une métropole Européenne de recherche et que ce n’est pas possible tant que l’aéronautique sera la seule industrie Toulousaine. Cet argument est intéressant car il montre que Monsieur COHEN ne connaît pas les dossiers, et qu’il aurait été bien inspiré de se taire sur ce sujet.
 
En effet déjà lorsque Dominique Baudis était Maire de Toulouse, il se battait avec force pour que la diversification de l’industrie se fasse à Toulouse. Son principal opposant était le président du conseil général PS Pierre Izard. Ce président affirmait que tant qu’il serait au conseil général l’industrie prioritaire serait l’aéronautique. Nous avons eu ensuite Monsieur Douste Blazy qui s’est battu pour Toulouse avec ses armes de ministres, il a obtenu trois pôles de compétitivité pour notre ville, malgré les oppositions despotiques du conseil général et de son président. 

Le cancéropole est sorti de terre et suit son chemin. Les autres projets sont encore en cour de préparation. Comme on peut le voir Monsieur COHEN a trouvé un argument qui ne joue pas en sa faveur surtout que le président du conseil général est à ses côtés dans cette campagne, avec cette équipe c’est le retour au 20eme, siècle, la mono industrie, l’union de la gauche, les communistes aux manettes dans la ville etc.
Ce qui me fait réagir, c’est un tract reçu ce jour, envoyé à toute la presse intitulé « 37 ans de droite cela suffit », ce tract étant cosigné par le futur maire, le président du conseil général etc. Quand on en arrive à ce genre d’argument, souvenez vous sous Mitterrand le « au secours la droite revient » si ridicule et si peu honnête, c’est que le fond du projet ne tient pas la route.
Si les Toulousains qui trouvent à plus de 70% que le maire actuel a un bon bilan se mobilisent tous dimanche, c’est au premier tour qu’il peut passer. C’est un challenge réalisable si tout le monde s’y met.
Source : Patrick Crasnier
www.jazzpote.net

Publié dans Toulouse 2008

Commenter cet article

Xav. 06/03/2008 11:26

il faut bien sur lire "s'adapter instantanément"

Xav. 06/03/2008 11:25

Ceci dit, les problématiques de Toulouse et de Ramonville ne sont pas les mêmes.

D'un coté une ville qui gagne 30 habitants par jour, de l'autre une qui stagne complétement.

L'expansion de Toulouse explique bien par exemple les problèmes de transports qui ne peuvent s'adapter instanément à la demande des nombreux arrivants.

Ramonville n'est peut être pas si mal gérée mais ce n'est vraiment pas une ville dynamique.

Avec un campus de 30 000 étudiants à ses pieds, elle avait pourtant de quoi à devenir attrayante ...

lum 06/03/2008 10:55

La compétition électorale est féroce en mauvaise foi.
Il serait absurde de voir l'excellence ou la nullité d'un coté comme de l'autre.

Ramonville est une ville très bien gérée, qui assume ses choix, et les électeurs ont réélu les sortants. Leurs politiques culturelles, ou en matière d'handicap, par exemple sont reconnues.

Toulouse, ville très riche, a été plutôt bien gérée aussi. Mais il y a des points noirs en terme de transports, de développement durable, (malgré quelques avancées)de manque d'ambition à cause du dogme de la dette 0, ou encore au niveau culturel ou de réunification de la ville. Allez vous promener à Bellefontaine ou Empalot, et parlez moi d'un bilan excellent.

Il y a donc des points positifs et négatifs des deux cotés, le bilan ne suffit pas.

C'est donc sur la vision, les valeurs et le projet que ça se joue. Et là je choisis clairement Cohen.

Delaire Jacques-Daniel 05/03/2008 15:58

Je souscris complètement à l'article de Patrick, et je suis désolé pour notre ami lum, le bilan est exellent, pas comme à Ramonville... !

lum 05/03/2008 15:48

"Le candidat du parti socialiste ne sait plus comment faire pour convaincre les Toulousains de voter pour lui aux élections municipales.
En effet son programme est bien pale, bien cher et bien peu attirant face aux résultats et au projet du maire sortant."

Blague ?
On peut ne pas être d'accord, mais juger que :
-le bilan du sortant serait si bon
-le programme de Cohen soit pale ou peu ambitieux
ne me parait pas très sérieux.