Lynchage du président : des dérapages inquiétants !

Publié le par A.P.ré. (Xavier Spanghero)


undefined



Cela fait aujourd'hui un mois jour pour jour que le Nouvel Obs publiait sur son site internet le SMS que Nicolas Sarkozy aurait envoyé à Cécilia : "Si tu reviens, j'annule tout !".

Un mois et toujours pas de preuve du dit SMS et pour cause : le SMS en question n'a peut être jamais existé !

En effet, entendu  par les enquêteurs le 21 février dernier, le journaliste  Airy Routier , auteur de l'article du SMS a avoué ne jamais avoir lu le SMS en question. Il aurait écrit son article sur l'information de sources "verbales fiables", sources verbales qu'il n'a d'ailleurs pas daigné divulguer car un bon journaliste "ne divulgue jamais ses sources"

Il est donc fort possible que Mr Airy Routier ou un de ses proches ait tout inventé.

Que le SMS soit un canular ou non, cette affaire montre la totale incompétence de la direction éditoriale du Nouvel Obs qui a publié une information pour le moins calomnieuse sans avoir eu la moindre preuve que les faits soient avérés.

Cette fausse affaire du SMS est symptomatique de la course au lynchage du chef de l'Etat entreprise par les médias depuis quelques mois, et reprise en choeur par l'opposition, François Bayrou et Ségolène Royal en tête.

Tout est prétexte à trainer le président dans la boue, à le salir inlassablement.

Mais la polémique et le mensonge ne grandissent pas ceux qui les pratiquent.

Tout d'abord, les journalistes qui préfèrent traquer les écarts Présidentiels plutôt que de faire un vrai travail journalistique finissent de décrédibiliser une profession déjà mise à mal. Pourquoi acheter le Nouvel Obs si on y lit les mêmes articles que dans Voici et France Dimanche ? Autant acheter l'original.

Ensuite, les ténors politiques qui s'engouffrent dans cette brèche par facilité ne font pas non plus le bon choix : ce n'est pas en ternissant l'image présidentielle que l'on devient présidentiable. Ce n'est pas en s'attaquant au président plutôt qu'aux débats de fond que l'on convainc les indécis.

Certes, les journaux auront bien gagné quelques milliers de ventes dans cette entreprise de démolition de la fonction présidentielle; certes, la gauche aura gagné quelques % peut être décisifs aux prochaines municipales sur rejet de Sarkozy mais qu'en restera-t-il à terme ?

Le journalisme français ne pourra faire l'impasse d'une remise en question profonde s'il veut retrouver un peu de sa superbe.

Quant à la gauche française, sa possible victoire aux futures élections municipales ne cachera pas longtemps son absence totale de projet de société, son incapacité à proposer une alternative crédible à la politique gouvernementale.

Le rejet de Nicolas Sarkozy est aujourd'hui le seul élément fédérateur d'une gauche française en quête d'identité.

Mais on ne construit pas sur le rejet de l'autre, tout au mieux, on survit, mais pour combien de temps ?

Publié dans Actualités nationales

Commenter cet article

Palatan Michael 08/03/2008 08:33

Il y a bien longtemps que la caste des journalistes s'est scindée en 2 : les journalistes et les remplisseurs en recherche de gloire médiatique, d'argent et de pouvoir. Mais qu'ils linchent Sarko ne me dérange pas...
Le roi est mort vive le roi

Mata Hari 04/03/2008 00:01

Evidemment, ni vous, ni Sarkozy ni Moudenc ne craignaient d'attaquer la République et le droit constitutionnel...

Xav. 03/03/2008 23:55

En effet, mais c'est Claude Allègre et Max Gallo qui en parlent le mieux !

Mata Hari 03/03/2008 23:51

Mais quelle hypocrisie !

Je n'en crois pas mes yeux. Je savais que la droite était capable de toutes les pirouettes, mais de celle-là, totu de même !

Votre président a décidé de mener campagne depuis 4 ans en ne faisant que de la communication. Il convoque les journalistes à n'importe quelle occasion, part en vacances avec eux, leur annonce meme "qu'avec carla, c'est du sérieux". Il a utilisé tous les leviers, tous les canaux médiatiques depuis 4 ans. La majorité des journaux ont subi des pressions lorsqu'ils ne se pliaient pas à la volonté du président (affaire Cécilia).

Et maintenant qu'ils osent évoquer ce que les français expriment (33% d'opinions favorables), il s'agit d'un lynchage ??? Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse... (ça va, c'est pas trop biblique, je pensais pourtant que ce genre de référence vous parlerait...)

Quant aux réformes de votre président, les journaux en parlent. Par exemple, vous n'avez donc lu aucun article sur la tentative de dévissage de la constitution ?

Claude Allègre, ancien ministre socialiste 03/03/2008 23:24

« Il y a eu des avancées : le traité européen, la réforme des retraites devant laquelle tout le monde avait, jusque là reculé, un bilan impressionnant comme l'étaient, au bout de huit mois, ceux de De Gaulle ou de Giscard. Le problème est de savoir si Sarkozy va continuer comme De Gaulle ou s'arrêter comme Giscard. Son dynamisme me laisse bon espoir. »