Le mot d'humeur du moment.

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

La pénibilité dans les banques

Invoquer la pénibilité des conditions de travail est le seul argument qu'il reste aux syndicats aujourd'hui pour justifier que le privilégié du privé cotise 40 ans alors que le pauvre cheminot doit s'arrêter avant.

Personne ne dit que conduire un train n'est pas fatiguant. Personne ne dit eue passer sa journée derrière un guichet à vendre des billets de train est passionnant.
Personne ne dit que se lever à 3h00 pour réparer des lignes électriques
est un boulot facile.

Mais moi je dis que mon métier aussi est difficile.
Et pourtant, ça me paraît normal de cotiser plus longtemps compte tenu
de l'augmentation de l'espérance de vie.
Métier difficile car stressant. Pression des clients. Pression de la hiérarchie.
Concurrence acharnée des autres établissements. Risques à gérer. Objectifs
à atteindre. Mutations subies tous les 2 ans. Tous les jours de nouvelles
choses à apprendre. De nouveaux produits à vendre.
C'est sûr, j'ai un beau costume pour aller au travail. C'est pas pour autant que je suis pas fatigué nerveusement le soir quand je rentre chez moi.
Concernant les horaires, c'est fonction des clients. Un client à voir à 18h30. J'y vais.
Même si je termine à 20h30 une journée commencée à 8h00, je reviendrai le lendemain à 8h00. Sinon, remarque désobligeante de la hiérarchie. « Tu travailles le soir ? C'est ton problème, t'es mal organisé et tu ne maîtrises pas ton agenda. »

Une caissière de supermarché, son travail aussi est pénible. Ambiance d'hyper dans les oreilles toute la journée. Les haut-parleurs crachent des annonces toutes les 3mns. Les clients sont hargneux, la hiérarchie te crie dessus. T'es mal payée, mal considérée et t'as des horaires
à la kon.

Le chauffeur routier qui fait de l'international. Travail pénible. Il monte dans son camion le lundi à 6h00, il rentre chez lui le vendredi à 23h00.

On peut multiplier les exemples.

Messieurs les cheminots, votre boulot est pénible. Le nôtre aussi. Je vais bloquer vos comptes, vos chéquiers et vos cartes bancaires histoire de faire grève moi aussi. Je voudrais que mon régime
soit aligné sur le vôtre.
La caissière de supermarché va faire grève aussi. Elle refusera de vous laisser passer en caisse avec vos courses.
Le chauffeur routier va cesser de rouler. Vous n'aurez plus de produits en magasin.

On veut tous une retraite à 55 ans.
Et on va demander à VOUS de bosser jusqu'à 62 ans pour nous la payer.

D'accord ?

Commenter cet article

philippe david 20/11/2007 22:57

BIEN VU. TOUS LES TRAVAUX ONT UN TYPE DE PENIBILITE ET ON NE PEUT PAS COMPARER UN TGV AVEC UNE LOCOMOTIVE A VAPEUR AVEC LES TONNES DE CHARBON A CHARRIER , 800 ° DEVANT ET -10° DERRIERE L HIVER...COMME D HABITUDE NOUS PAYONS AVEC NOS RETRAITES LES AVANTAGES D UNE INFIME MINORITE.....

patrick CRASNIER 20/11/2007 13:52

la température monte, la presse trouve toujours à interviewer celui qui est pour la grève en général un fonctionnaire en récupération.Mais je crois que plus personne n'a de courage, les ministres qui reculent et qui reculeront encore, les d^putés particulièrement silencieux en cette période dure (même le PS a été mangé) Seul Besancenot et ses théories sur le révolution est interviewé le PS ne veut plus venir au micro.Et pendant ce temps on reçoit Hugo CHAVEZ dès que fidèle CASTRO sera remis c'est promis on le reçoit aussi.Tout cela devient ridicule

Xav 19/11/2007 07:45

PARIS (Reuters) - Au cri de "Fillon, tiens bon!", plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Paris à l'appel de plusieurs associations contre le mouvement de grève dans les transports. Les manifestants, entre 5.000 et 10.000 selon les organisateurs, 8.000 selon la préfecture de police, sont partis de la place de la République peu après 15h en direction de la place de la Nation. Beaucoup arboraient des autocollants rouge et blanc "Stop la grève" fournis par l'association libérale Liberté chérie, organisatrice de la manifestation. En 2003, l'association avait mobilisé 18.000 personnes en soutien à la réforme des retraites de François Fillon, à l'époque minstre des Affaires sociales. "Nous avons deux messages", a déclaré Sabine Herold, porte-parole d'Alternative libérale, émanation de Liberté chérie et seul parti officiellement représenté dans la manifestation. "Il y a un premier message, je dirai 'stop au blocage'. Il faut arrêter dans ce pays dès qu'il y a quelque chose qui ne va pas de bloquer l'ensemble du pays pour défendre ses propres intérêts un peu égoïstes", a-t-elle dit. "Le deuxième, c'est donner une sorte de petit coup de pied aux fesses du gouvernement. Il faut faire de vraies réformes, jeter de l'argent sur les problèmes ne les résout pas et il faut aller beaucoup plus loin", a-t-elle ajouté. Elle a précisé qu'une nouvelle manifestation serait organisée le week-end prochain si les grèves se poursuivaient. Sur les pancartes brandies par les manifestants, on pouvait lire: "A bas les privilèges", "Laissez-nous étudier" ou encore, détournement d'un slogan de Mai 68, "Il est interdit d'interdire d'étudier". Plusieurs associations étaient représentées, notamment Sauvegarde des retraites et Etudiants contre les blocages, qui a défilé en tête du cortège. Toutes ont tenu à se défendre de toute affiliation politique. Aucun dirigeant politique de premier plan n'était apparemment présent. "Aujourd'hui, c'est l'apogée d'un grand ras-le-bol. Un ras-le-bol face à la grève des transports, un ras-le-bol face au blocage des universités", a déclaré Audrey Canestrier, responsable nationale de l'UNI, un syndicat étudiant de droite dont les membres ont défilé sans les drapeaux ou insignes de leur organisation. "Aujourd'hui, on nous empêche de travailler, de circuler parce que certains ont décidé de défendre leurs petits intérêts catégoriels", a-t-elle ajouté.

Delaire Jacques-Daniel 19/11/2007 06:07

Nous avons tous eu du mal à arriver à la retraite, la pression sur les cadres après 50 ans est énorme ! Nous avons aussi subit le changement de régime de la retraite des cadres, où le calcul était sur les 10 meilleures années, pour devenir 25 ans et cela fait une sacré moins-value !Sans cette mesure la retraite du régime des cadres n'existerait plus !Avons bloqué la France ?

de BEAUMONT Marielle 18/11/2007 23:15

Les grévistes continuent LEUR combat pensant que leurs revendications sont fondées.La cgt continue son travail puisque les fonctionnaires vont défiler mardi en se plaignant eux aussi.Les français qui se lèvent tôt pour aller travailler attendent que les réformes promises par NS se réalisent.Les parisiens ont encouragé notre gouvernement à tenir bon et les toulousains ,qu'attendent-ils ??J'ai tracté hier pour Contribuables Associés et Alternative Libérale: nous étions 4 dont un étudiant et beaucoup de toulousains nous ont félicités .